PSA consomme trop de cash et... supprime 8.000 emplois

 |  | 673 mots
Lecture 3 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
PSA Peugeot Citroën annonce 8.000 suppressions de postes en France et la fermeture du site d'Aulnay, Le groupe consomme 200 millions d'euros de trésorerie par mois. Il a affiché une perte opérationnelle de 700 millions d'euros au premier semestre dans la division automobile. Sa dette est la plus élevée des grands constructeurs mondiaux, après Fiat-Chrysler.

PSA Peugeot Citroën, qui a annoncé jeudi la suppression de 8.000 postes en France et la fermeture de son usine d'Aulnay, est dans une crise très grave, laquelle  menace son avenir. Et ce, malgré son alliance discutable de février dernier avec GM, dont les activités européennes sont chroniquement déficitaires ! Le rpésident de PSA, Philippe Varin, a reconnu ce jeudi que le constructeur "consomme 200 millions d'euros de cash par mois". La firme en avait déjà avalé "1,46 milliard au second semestre 2011". Le flux de trésorerie aura donc été négatif de près de 3 milliards d'euros sur une année. Et le patron de PSA  prévoit "un retour à l'équilibre du "cash flow" opérationnel à la fin... de 2014". Pas avant.

Philipe Varin  a également indiqué, deux semaines avant la publication officielle des résultats financiers semestriels, que son groupe enregistrait une perte opérationnelle de 700 millions d'euros pour la division automobile au titre des six premiers mois de 2012. Et ce, après une perte de 497 millions au deuxième semestre de l'an dernier. Le résultat net du groupe était "négatif au premier semestre 2012", a-t-il ajouté. PSA est du coup lourdement endetté. C'est même le plus endetté des grands groupes automobiles mondiaux aujourd'hui, après l'ensemble Fiat-Chrysler, selon un tableau comparatif que le patron a montré lors d'une conférence de presse. La dette était de 3,4 milliards d'euros au 31 décembre dernier. Et elle s'aggrave, avec "des taux d'intérêts qui pèsent".

Chute de la production

Le président de PSA a  brossé un tableau très sombre devant les journalistes. C'est de bonne guerre : il devait justifier un plan social draconien. Il a imputé essentiellement la crise du groupe à la chute du marché européen, d'une amplitude imprévue. "Les marchés européens devraient reculer de 8 % en 2012, et même de 23 % par rapport à 2007. Ils retrouvent leur niveau d'il y a vingt ans". Dans ce contexte, "la production de PSA s'est contractée de 18 % au premier semestre, compte tenu du nécessaire ajustement des stocks", a indiqué le patron. "Le taux moyen d'utilisation des usines européennes s'est détérioré à 76 % au premier semestre, contre 86 % en 2011".

6.500 départs nets

Au vu de cette situation, PSA a annoncé ce jeudi matin aux partenaires sociaux "l'arrêt en 2014 des activités de production à Aulnay (Seine-Saint-Denis), qui emploie 3.000 personnes". La production sera recentrée sur le site voisin de Poissy, qui fabrique des véhicules sur la même plate-forme "1" des petits modèles. Le président s'est engagé à reclasser en interne, essentiellement à Poissy, 1.500 salariés. Par ailleurs, le groupe en crise a annoncé la suppression de 1.400 emplois dans l'usine bretonne de Rennes, sur un total de 5.600 salariés.

En outre, PSA a décidé de supprimer 3.586 postes dans les effectifs de structure, sur la base du volontariat, dont 1.325 postes à la direction industrielle et 1.407 en recherche et développement. En tout,  les effectifs français de PSA vont baisser de 6.500 personnes, si l'on tient compte des 1.500 reclassements en interne des salariés d'Aulnay.... lesquels se feront toutefois au détriment des intérimaires. Ces suppressions de postes s'ajoutent aux 1.900 déjà prévues en novembre dernier dans l'Hexagone. Aujourd'hui, PSA emploie en France plus de 100.000 personnes, dont 80.000 dans les activités automobiles.

la famille Peugeot "pas ravie"

"C'est la seule voie pour assurer l'avenir de PSA", a averti solennellement Philippe Varin. A une question sur la confiance de la famille Peugeot dans sa gestion, le président a rétorqué laconiquement : "il est normal qu'un actionnaire familial ne soit pas ravi de la chute de l'action". La famille actionnaire - le groupe familial détient 25,2 % du capital et 37,9 % des droits de vote -  n'est pas du tout satisfaite, en effet, de la gestion de Philippe Varin, selon nos informations du 20 juin dernier ("le patron de PSA sur un siège éjectable"). Philippe Varin avait pris ses fonctions le 2 juin 2009, suite à la tumultueuse présidence de Christian Streiff, qui n'aura duré, elle, que deux ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2012 à 8:17 :
Avec Peugeot Voici enfin que la réalité économique met au pied du mur l?idéologie socialiste, il sera extrêmement instructif de suivre l?évolution des choses, cars de la réponse qui sera faite par les politiques dépendra l'avenir de la France. En effet on ne peux pas taxer peugeot d'avoir délocaliser sa production au détriment de la main d??uvre française, c'est le seul constructeur a produire autant ici. Par ailleurs son marché national est saturé, tout est fait pour décourager le consommateur a faire rouler son véhicule. la voiture est une source de revenu pour l'état formidable a commencer par l'essence que l'on y met. Ce qui coince aujourd'hui ce sont les coûts de productions, dont la main d??uvre. Qui dira que les 35 H y sont pour quelque chose ? L'entreprise est a l'agonie a
ce rythme la Sté est morte dans quelques mois, allons nous par tous les moyens tenter de faire vivre une entreprise dépassée ? ou allons nos prendre l'exemple de GM qui a fait faillite et qui est a ce jour capable de renaître de ses cendres avec des concepts de véhicules totalement nouveaux ?
a écrit le 12/07/2012 à 22:57 :
Le lion est mort ce soiiiiir.........
a écrit le 12/07/2012 à 22:03 :
LES TRAVAILLEURS SONT DES PROSTITUÉS


Ce texte n'est pas de moi mais de mon frère XAVIER-LOUIS DE IZARRA

J'aurais aimé qu'il fût de moi.

=======

Raphaël Zacharie de IZARRA

Le travail est réclamé par les esclaves à tel point qu'ils séquestrent leur patron pour travailler et souffrir toujours plus.

Voyez les syndicalistes de la CGT, prêts à tout pour se prostituer.

Le travailleur veut du travail et des chaînes ? Qu'on lui en distribue autant qu'il le souhaite !

Autrefois le travail était considéré comme une déchéance, aujourd'hui c'est devenu un honneur.

Comment appelle-t-on une personne qui donne son temps, son corps et sa vie pour de l'argent ? Une prostituée tout simplement.

Les travailleurs sont donc des putes, des esclaves consentants et heureux de l'être...

C'est à peine croyable : les patrons (les pensants) ont réussi à modeler le cerveau des moutons (les exécutants) !

Nombreux sont ceux qui tombent dans le piège.

Contrairement à ce que vous pensez, le travailleur ne travaille pas pour les autres mais d'abord pour lui-même. C'est avant tout un égoïste.

Il me semble donc tout à fait moral et honnête que les esclaves nourrissent les esprits supérieurs en leur versant une pension.

On ne peut pas se prétendre élite et se salir les mains comme le peuple.

Au lieu de chercher du travail vous les chômeurs, profitez plutôt de votre vie en contemplant avec amour les sous-hommes qui travaillent pour votre confort.

Et n'ayez aucun scrupule puisqu'ils sont tellement conditionnés qu'ils vous méprisent.

Je ne suis pas ironique, juste humaniste parce que je veux purifier la Terre de ses esclaves.

C'est plus fort que moi, mais j'aime les humains.

Je ne veux plus que les hommes cherchent à trimer comme des machines.

Or le seul moyen de les réveiller est de les mépriser, de les fouetter, de leur botter le cul comme on le fait envers celles et ceux qui rabaissent l'humanité à travailler. Je pense notamment aux prostituées, aux pauvres, aux nazis, aux gauchistes, aux pédophiles, aux syndicalistes, bref aux criminels en tout genre.

Les ouvriers sacrifient leur vie pour de l'argent qui leur permettra d'accéder au paradis illusoire du confort matériel. Pauvres types ! Minables ! Cocus !

Rendre grâce à ces imbéciles d'ouvriers, c'est les encourager dans leur vice, c'est les inciter à marcher sur l'enfer, c'est les aider à mourir sans dignité.

Participer à la richesse de l'humanité n'est pas de savoir tourner des boulons, mais de cultiver l'art de vivre.

Révoltez-vous Travailleurs de tous pays, ne courez plus à l'usine, cassez vos chaînes, et accédez enfin à une vie plus simple, minimaliste sans télévision, sans gadgets, sans vos tocs qui pourrissent vos âmes.

Xavier-Louis de Izarra

VOIR LA VIDEO :

http://www.dailymotion.com/video/xpknla_les-travailleurs-sont-des-prostitues-raphael-zacharie-de-izarra_news

Raphaël Zacharie de IZARRA
Réponse de le 12/07/2012 à 22:59 :
Faut arrêter la fumette l'ami.
Réponse de le 13/07/2012 à 11:49 :
Ce chichon est pur porc de race Basque et légèrement relevé au piment d'Espelette.
a écrit le 12/07/2012 à 19:36 :
je voulais acheter une peugeot mais avec la retraite de polypensionné que je vais percevoir dans 9 ans, j'ai renoncé à l'utilisation d'une voiture, j'utilise un vélo . J'ai aussi cessé d'acheter des journaux .
a écrit le 12/07/2012 à 19:14 :
Le problème des constructeurs français ce sont leurs concessionnaires qui se gavent avec des marges de 25 à 30 % (Mais si avec les différentes primes et bonus)
le jour ou ils auront compris les français ne resteront pas devant leurs portes
a écrit le 12/07/2012 à 16:51 :
Il faut sortir Varin de là... Quel massacre aura connu PSA en 10 ans... Les heures de gloires du groupe paraissent bien loin !!
a écrit le 12/07/2012 à 16:06 :
Pourquoi ne pas vendre ces voitures a l'etranger,quitte a se faire moins de marge?!
Réponse de le 12/07/2012 à 16:51 :
Heu... Croyez vous vraiment que PSA soit un groupe si "important" en ne vendant qu'en France ?? Le gros du CA de PSA se fait à l'étranger. Chine, Brésil, ... PSA est très présent à l'international !
Réponse de le 12/07/2012 à 17:09 :
@rb: c'etait une blague?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :