Sur fond de crise, le Mondial de l'automobile donne la priorité au Vert

 |   |  1318  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>DR</small>)
<b>Mondial de l'auto - </b>L'industrie tricolore est en crise. Dans ce contexte morose, le Mondial de l'automobile, qui ouvre ses portes aux professionnels ce jeudi, sera centré sur la traque des émissions polluantes. Petites voitures, moteurs à trois cylindres, électricité et hybrides sont au programme. Mais aussi les voitures pour l'international.

Le Mondial de l'automobile parisien ouvre ses portes ce jeudi aux professionnels et samedi au public porte de Versailles, dans un climat extrêmement morose. N'en déplaise au ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg et à ses discours lénifiants, l'auto française est en danger. La crise économique et la saturation structurelle des débouchés en Europe sont certes des facteurs clé. Mais elles n'apparaissent pas seules en cause. Menacée par les entraves à la circulation imposées par les municipalités qui multiplient les embouteillages pour écoeurer les automobilistes, la politique ultra-répressive avec des radars tous azimuts perçus comme autant de taxes supplémentaires, la fiscalité discriminante pour le moyen et haut de gamme, l'industrie tricolore se retrouve acculée, exclue des segments des grosses voitures à fortes marges et de plus en plus concentrée sur les petits véhicules d'entrée de gamme hyper-concurrentiels, souvent produits... hors de France pour des raisons de coûts.

Victimes aussi de l'insuffisante compétitivité de l'entreprise France dans son ensemble, les usines tricolores de Renault et PSA ont fabriqué moins d'un million d'unités (957.604 unités à peine, voitures particulières et utilitaires légers) au premier semestre, soit une chute de 13,8%. PSA a reculé de 12,6% et Renault de 16,3%. PSA produit encore 41% de ses véhicules dans l'Hexagone, mais Renault 21% seulement! La baisse ne date pas d'hier. En 2005, les deux constructeurs avaient assemblé sur le territoire national 3,2 millions de véhicules. L'an passé, leur production atteignait moins de 2 millions à peine ! Et ce sera pire encore cette année.

Les usines tournent d'ailleurs en sous-régime. Le taux d'utilisation des sites de petits modèles de PSA en Europe dépasse à peine les 60%. Le constructeur a annoncé en juillet 8.000 suppressions de postes et la fermeture du site d'Aulnay en région parisienne d'ici à 2014. Certes, Opel (GM), Ford, Fiat sont également en surcapacités chroniques en Europe. Les français ne sont donc pas les seuls à affronter ces problèmes. Il n'empêche.

Dans ce contexte franco-français pour le moins difficile, le Mondial de l'automobile sera quand même la fête de l'automobile, y compris chez les constructeurs tricolores ! Mais les inévitables et douloureuses restructurations seront forcément présentes dans les discours, en toile de fond. Car les marchés sont en berne. Renault a ainsi de nouveau revu à la baisse ses prévisions pour les marchés français et européen lors d'une présentation à des analystes. Le groupe au losange table à présent sur un recul des immatriculations de 13% en France, au lieu d'une baisse comprise entre 8 et 10% précédemment. Pour l'Europe, il prévoit un recul de 8% au lieu d'un effritement entre 6 et 7% jusqu'ici.


Voici, en avant-première, les thèmes-clés de ce Mondial, qui restera ouvert jusqu'au 14 octobre :

Les petites voitures au programme

Au Mondial, ce sera un festival de citadines. Et les français seront en position de force. La petite Renault Clio IV, livrable dès octobre, sera en effet l'une des attractions primordiales du salon. Tout comme la gamme de petites berlines Peugeot 208 - commercialisées depuis le printemps - avec la dernière version sportive GTi. Deux modèles fabriqués pour partie en France, et, pour l'autre en Turquie (Renault) et en Slovaquie (Peugeot). Les petites, les marques tricolores savent faire. Renault vise carrément 350 à 400.000 unités de sa Clio IV, même si l'aggravation de la crise en Europe a obligé la firme de Boulogne-Billancourt à revoir légèrement à la baisse ses objectifs initiaux.

 

Des dérivés de ces deux braves petites françaises sont prévus, avec notamment des (faux) 4x4  - dont la version Peugeot sera visible au Mondial sous forme de concept pour une fabrication prévue dans l'Hexagone -, un break pour la Clio, un cabriolet pour la 208. La firme au losange dévoilera aussi sa petite Sandero II à bas coûts. Chez PSA, Citroën s'apprête pour sa part à lancer une Citroën DS3 cabriolet à l'assaut des Fiat 500 et Mini décapotables, tout en restylant son minispace C3 Picasso. Mais les concurrents seront aussi là en force, avec notamment la « mini » Opel Adam, une Ford Fiesta profondément remaniée et la Fiat 500L ainsi que Panda 4x4, bientôt mises sur le marché.

La traque du C02 avec des petits moteurs

Ce sera indubitablement un thème majeur de l'exposition parisienne, corrélé en partie aux petits véhicules. Bruxelles a en effet fixé un objectif de 95 grammes de C02 au kilomètre pour les émissions de véhicules neufs en moyenne en 2020, contre 135 grammes aujourd'hui, toutes marques confondues. Rude gageure. Sur ce thème, les deux groupes tricolores sont très bien placés. Renault comme PSA montreront au salon des petits moteurs innovants à trois cylindres, pour les Clio IV et 208, qui devraient rivaliser avec les motorisations équivalentes sorties ces derniers temps chez Volkswagen ou Ford. L'américain va même monter son trois cylindres dans ses monospaces compacts C-Max , mais aussi dans ses nouvelles familiales Mondeo. PSA rappelle d'ailleurs qu'il était le champion des plus faibles émissions moyennes de gaz à effets de serre des constructeurs en Europe au premier semestre 2012.

Les voitures vertes électrique et hybrides

Qui dit réduction du C02 dit nouvelles technologies. En-dehors des moteurs thermiques à trois cylindres, le Mondial sera une vitrine pour les électriques et hybrides. Clou du salon : la Zoé électrique de Renault. C'est en en effet le premier vrai véhicule conçu exclusivement pour une traction électrique, après la Leaf de son allié japonais Nissan. Les autres voitures « zéro émission » étaient à ce jour des adaptations de véhicules thermiques. Sur la Zoé, qui devrait coûter grosso modo le prix d'une Clio grâce au super-bonus gouvernemental, tout a été optimisé pour l'électricité, avec notamment un substantiel accroissement de l'autonomie, talon d'Achille habituel des modèles « zéro émission ». C'est sur ce véhicule, dont la production vient de commencer à Flins (Yvelines) pour une commercialisation en toute fin d'année, que repose l'essentiel du pari électrique de Renault. Les capacités potentielles de production sont de 150.000 unités.

Mais l'hybride sera aussi largement présent  avec la gamme thermique-diesel de PSA, mais surtout thermique-essence de Toyota, qui dévoile notamment la nouvelle compacte Auris II avec une version hybride spécfique. Les hybrides rechargeables, que PSA semble abandonner pour le moment, seront présents sur les stands Toyota (Prius), Mitsubishi (Outlander) ou Volvo (V60 Plug-in) et livrables prochainement.

Les modèles pour l'international

La voiture mondiale pour pays émergents sera aussi au programme, avec aussi une préooccupation environnementale en ligne de mire, dont le plus bel exemple est la Dacia Logan II (mais aussi Sandero II) du groupe Renault, un véhicule produit en Roumanie, mais aussi à terme en Russie, au Brésil, voire en Colombie. Le modèle destiné aux pays émergents par excellence. Renault va d'ailleurs produire près d'un million de véhicules de sa gamme « Entry » (entrée de gamme sous les marques Renault ou Dacia) cette année (Logan I, Sandero I, Duster, Lodgy, Dokker).

Dans un registre plus modeste, PSA exposera durant les journées professionnelles du Mondial ses Peugeot 301 et Citroën C-Elysée. Ces deux nouveaux véhicules produits en Espagne ne seront pas commercialisés en France. Ils seront réservés aux pays émergents, avec une production prévue aussi en Chine. 200.000 unités par an sont prévues. Toutes les stratégies sont possibles. Ford part ainsi du principe opposé. Le constructeur de Dearborn mise  au contraire sur  la voiture mondiale unique, telle la nouvelle familiale Mondeo, produite sous la même forme aux Etats-Unis, en Europe et en Chine. Vive la diversité automobile


 

_______

 

>> Diaporama : les "green cars" du Mondial de l'automobile

>> Diaporama : les "supercars" du Mondial de l'automobile qui nous font rêver

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2012 à 21:11 :
Il faudra que le constructeur automobile France faire un voyage au JAPON chez TOYOTA pour voir comment on faire les industries créatives spécialiste marketing.
a écrit le 28/09/2012 à 1:59 :
Question : et avec la voiture électrique, il va falloir rouvrir Fessenheim avant de l'avoir fermer, où cela ne suffira pas et il faudra construire d'autres centrales nucléaires ??
a écrit le 27/09/2012 à 21:22 :
À Marion : Vous avez raison, le problème de la recharge est majeur. Il entraîne surtout des problèmes encore plus importants de consommation d'énergie fossile et électrique qui, moi, m'inquiète au plus au point et que j'essaie d'expliquer dans une page de mon site déjà indiquée "http://jeanpierre.rousset.free.fr/Automobile/Mes_reflexions/sur_l_electrique_autonome.html". Quand je vois l'obstination dans la voie de l'électricité sur batteries d'accumulateurs, je suis effrayé et je crains de sombres jours à venir pour la planète. J'espère un retour à la raison. C'est vrai qu'à l'échelon individuel et seulement aujourd'hui, les acheteurs de véhicules électriques y trouvent leurs comptes. C'est vrai aussi, toujours cela de pris ne direz-vous !... C'est toutefois de courte vue car l'électricité sera aussi taxée comme le pétrole, on peut faire confiance à nos lobbies et nos politiciens, sans compter les dépenses et pollutions "collatérales". En tout cas, en ce qui me concerne, en dehors de l'aspect environnemental déplorable et du fait que je n'ai aucun pouvoir d'influencer, il est hors de question que j'achète un véhicule électrique ni même une hybride car pour 15 à 20000 km par an en moyenne, le retour sur investissement n'y sera pas. Je préfère alors m'orienter soit vers la petite voiture neuve classique, ou si, plus grosse, vers une restauration d'une belle ancienne type DS, Traction ou Chambord pour le plaisir. Je me régale déjà avec ma 2CV de 1981, une passion.
Réponse de le 27/09/2012 à 23:07 :
attendez, faut m'expliquer la !!!!!!!!!!
vous dites que cela vous inquiète de rouler en électrique pour la pollution de la planète ( production d'électricité, fabrication des batteries .....)
et vous roulez en 2CV, une voiture hyper-polluante!!!!!!!!
je comprend pas tout la, votre fibre écologique est bizarre.
de plus, vous roulez entre 15 et 20000 km par, et bien vous êtes en plein dans la moyenne pour acheter une électrique (et oui le retour en investissement sera la, sur du renault avec location batterie)
Réponse de le 28/09/2012 à 22:46 :
- [1] -Tout d'abord, je constate que vous n'avez pas lu la page de mon site où sont exposés mes arguments que je ne peux reproduire ici. - [2] - Ensuite, je n'ai jamais prétendu, personnellement, abandonner le moteur thermique car il est incontournable encore pour une bonne trentaine à quarantaine d'années, disent les scientifiques, pour un passage de "l'économie pétrole" à une "économie hydrogène" où la voiture électrique à pile à combustible aura toute sa place. Je suis plutôt partisan d'utiliser, en attendant, le moteur thermique avec un peu plus d'intelligence, je pense - [3] - Enfin, la 2cv est pour moi uniquement un véhicule de loisir, de nostalgie sur laquelle je peux intervenir très facilement. Je me régale avec. Je fais donc très peu de kilométrage par rapport à ma voiture principale une C5 Sillage BVA et ma secondaire une Twingo Pack II. En terme de pollution, j'en produit donc beaucoup moins que celles d'aujourd'hui qui ont votre grâce. À chacun ses goûts. Il est arrivé de m'arrêter en voiture spécialement pour regarder avec insistance une 2CV, une DS 19, une Traction ou une 203 alors que je ne jette tout juste qu'un regard désinvolte voire ironique sur une insipide Ferrari devant laquelle beaucoup font la danse du ventre sans pouvoir se la payer. - [4] - Si vous lisez mes commentaires sur mon site comme je vous y invite, vous comprendrez peut-être qu'il est hors de question que j'achète la moindre électrique ni la moindre hybride qui ne présentent que des inconvénients majeurs face à leurs avantages. Par ailleurs, la majorité des gens se moquent mal des problèmes de pollution à voir le type d'achat qu'ils effectuent : des diesels tout azimut. Il est vrai qu'on ne connaît rien d'autre que le CO² comme critères car c'est bien pratique. À chacun son opinion !...
a écrit le 27/09/2012 à 19:52 :
le problème de l'électrique est la recharge, pourquoi on ne conçoit pas des points énergie où on échange en 3mn les batteries pour des batteries chargées, si on a bien conçu le matériel au départ pour faciliter l'échange ? quand on voit qu'aux grands prix, ils font le plein et changement de pneus en 7s, on doit pouvoir changer des batteries en 3mn ? trop simples pour les intellos français qui compliquent les pb les plus simples ? désolée, n'ayant pas fait X ou l'ena, j'ai des solutions simples !
Réponse de le 27/09/2012 à 23:20 :
Cela s'appelle une station quick-drop et a ete developpe par Renault...avec surement quelques X dans le lot ! Vous pouvez deja acheter une Fluence avec ce systeme. Il faut juste investir dans les infrastructures en France...
a écrit le 27/09/2012 à 17:47 :
Depuis que je lis les commentaires et les remarques de tous les gens qui émettent des réticences à acquérir un véhicule électrique en restant toujours attachés à leur modèle thermique, je reste intimement persuadé que la voiture électrique à production autonome d'énergie (groupe électrogène embarqué) est la voie intermédiaire transitoire dans l'attente d'une nouvelle énergie un peu plus propre sans révolutionner la vie de tout le monde. La General Motors propose pour plus de 45000 euros ses modèles Chevrolet Volt et Opel Ampera sur cette configuration ancestrale et, personnellement, j'aurais bien aimé que PSA et Renault s'engouffre dans ce créneau laissé libre pour des petites et moyennes voitures et dans lequel il serait plus aisé de proposer des voiture à bas coût qui font un carton. Je n'ai pas l'impression qu'il sont disposés à en prendre le chemin.
Réponse de le 27/09/2012 à 23:09 :
et bien non, car vous consommez quand même du pétrole, donc l'intérêt est moyen.
Réponse de le 27/09/2012 à 23:23 :
A 45000 euros le modele, allez-vous l'acheter ?! A ce prix la, il vaut mieux acheter de l'electrique et louer ponctuellement suivant les besoins (we, vacances). D'autre part, techniquement, le rendement d'un groupe electrogene est tres mauvais compare meme a des centrales thermiques, alors le geste pour la planete...
Réponse de le 28/09/2012 à 16:12 :
À lire vos remarques à tous les deux, je ne suis pas du tout sûr que vous ayez lu ma page d'argumentations. Je vous indique à nouveau : http://jeanpierre.rousset.free.fr/Automobile/Mes_reflexions/sur_l_electrique_autonome.html. Pour moi, en tout cas, le pétrole, on en consommera bien plus, INDIRECTEMENT avec la voiture électrique sur batteries d'accumulateur sans compter les taxes à venir sur la consommation pour les recharges accompagnées d'une augmentation inéluctable du prix de l'électricité que nos chers lobbies et politiciens se feront forts d'implanter. Yves Calvi à "C dans l'Air" d'hier a vite fait de couper la parole à Gérard Feldzer quand il a évoquer qu'il fallait 8 EPR supplémentaires, si je me souviens bien, dédiés aux besoinx de la recharge des batteries et Nicolas Le François quand il a tenté de parler de la Chevrolet Volt et de l'Opel Ampera. Tout comme vous, j'étais un fervent de la voiture électrique à batteries mais à bien réfléchir, j'en suis vite revenu.
a écrit le 27/09/2012 à 15:53 :
Politique ultra-répressive, ne plus conduire en France ne me gène pas du tout et plus besoin de voiture !
a écrit le 27/09/2012 à 15:19 :
L'automobile me passionne. J'interviens surtout sur les articles qui touchent à la voiture dite "de demain". Ils me désespèrent. ==> D'abord par les réactions souvent suicidaires et très individualistes des français qui achètent étrangère plus de la moitié de leurs voitures (plus de 52% en 2011), allemandes en particulier, alors qu'il y a tout ce qu'il faut en France, sans se soucier un moindre peu des conséquences de leurs choix sur le chômage, très souvent pour des raisons assez fallacieuses. C'est une question de mentalité. D'ailleurs plus de 60% des jeunes d'aujourd'hui rêvent de rentrer dans la Fonction Publique. À part les ministères régaliens incontournables, elle est plutôt le refuge du traitement social du chômage que beaucoup à gauche voudraient voir généralisé. Ce n'est donc pas avec ça que la France est partie pour se redresser car cela ne produit rien, cela ne vend rien, cela ne rapporte rien et cela coûte surtout beaucoup. Pourrait-on donc compter sur les idées novatrices de ces jeunes ? en dehors de ceux qui sortent prématurément de l'école sans qualification donc alors que l'industrie, aéronautique en particulier, propose de nombreux postes de techniciens surtout et d'ingénieurs toujours non satisfaits. ==> Ensuite, par les orientations des constructeurs vers des voitures électriques et hybrides qui, dans l'état actuel de la technologie, sont une supercherie. L'empreinte écologique de la voiture électrique est désastreuse (voir http://jeanpierre.rousset.free.fr/Automobile/Mes_reflexions/sur_l_electrique_autonome.html) et l'hybride n'est pas autre chose qu'une voiture thermique normale bricolée à laquelle on a ajouté une petite motricité auxiliaire dérisoire pour ne pas trop augmenter le poids, donc plus chère, et pour faire croire aux gens qu'ils vont avoir un retour d'investissement rapide avec la petite économie d'essence. En plus diesel, c'est le délire !... La voiture électrique a le vent en poupe aujourd'hui, car en réalité, pour l'accueillir convenablement, d'énormes aménagements et modifications des infrastructures routières, autoroutières et de services en passant par la fabrication des batteries seront obligatoires ce qui excite l'avide gourmandise des lobbies pour les profits pharaoniques qu'ils voient en perspective. La consommation d'énergie fossile et l'électricité sera très probablement supérieure à celle d'aujourd'hui. Ces aménagements et modifications ne seront en rien des investissements pour l'avenir car ces infrastructures adaptées seront vite caduques dès que l'on passera dans 30 ou 40 ans, c'est demain, de "l'économie pétrole" à "l'économie hydrogène" où la voiture électrique à pile à combustible trouvera tout son plein intérêt. De mon point de vue donc, c'est vers une solution d'attente de cette nouvelle économie qu'il faut s'orienter. Le développement de la VOITURE ÉLECTRIQUE À PRODUCTION AUTONOME D?ÉNERGIE présente l'énorme avantage de continuer le développement soutenu de la motricité électrique en utilisant le moteur thermique, encore incontournable, dans des conditions optimales de consommation, de pollution et d'usure, le tri-cylindre gardant donc tout son attrait, TOUT EN S'INTÉGRANT D'EMBLÉE, SANS AUCUNE MODIFICATION, dans les INFRASTRUCTURES ACTUELLES DU RÉSEAU ROUTIER et avec les mêmes autonomie et performances de celles actuelles. ==> Enfin, il faut "féliciter(!!!)" les médias, surtout de l'automobile qui entretiennent l'idée que les voitures françaises sont de mauvaise qualité et peu fiable au profit des étrangères en ressassant en boucle qu'il n'y a de qualité que dans les voitures allemandes alors que pour ma part, j'ai été possesseur de 12 voitures françaises que j'ai toutes gardées entre 8 et 14 ans (Twingo achetée en 1998) qui ont toujours marché très correctement et qui ne m'ont jamais laissé sur le bord la route. Lors de leur changement, je regardais bien entendu les voitures étrangères, et très franchement elles ne m'ont jamais fait sauté en l'air. Quand je pense qu'une entrée de gamme BMW coûte aussi cher que le premier modèle de C5 Citroën, pour moi, "il n'y a pas photo" en faveur de cette dernière largement supérieure à une série 3 à plus de 30000 euros, 25% plus chère pour le modèle concurrent de ma C5 Sillage BVA à équipements équivalents achetée en 2007.
Réponse de le 27/09/2012 à 16:25 :
Une chose me gêne ; 12 voitures avec une moyenne de 11 ans , cela fait 132 ans . Admettons que vous ayez eu 2 voitures à votre usage en permanence ,nous avons encore 66 ans de détention de vos véhicules ..........un VRAI PAPET !!!!! BRAVO !!!
Réponse de le 27/09/2012 à 17:29 :
Désolé, un peu simpliste de faire la moyenne mathématique !.... J'ai eu jusqu'à trois voitures simultanément utilisées par ma femme, ma fille et moi-même en 55 ans de permis de conduire et vous concède bien volontiers avoir été le propriétaire d'une R8 et d'une 4L pendant 3 et 4 ans achetées à mon père et que j'utilisais avant bien évidement. Il n'y a eu que ma Twingo achetée en 1998 que je n'ai pas l'intention de changer et une Renault 25, 11 ans que j'ai gardées le plus longtemps. Aujourd'hui, je suis à ma deuxième C5. Mais tout cela n'enlève rien au fait que les voitures achetées étaient somme toute fiables et de bonne qualité selon moi.
Mais, en plein marasme économique de l'industrie automobile, n'y a-t-il que cela qui a retenu votre attention même si mon opinion et ma vision n'est pas partagée ?
Réponse de le 27/09/2012 à 18:44 :
Ravi d'avoir ces précisions .Je suis parfaitement de votre avis . La fiabilité de nos nationales n'a RIEN à envier aux autres ,je n'en ai d'ailleurs jamais eu à me plaindre lorsque je compare à ceux que je connais, spécialement les possesseurs de "Golf"qui peuvent bien fanfaronner mais à quel prix car l'entretien en est un peu élevé, dirons-nous pudiquement !!!
a écrit le 27/09/2012 à 15:13 :
Acheter vert c'est mettre son compte bancaire au rouge, le vert sera interresant quand il sera concurentiel en prix avec les produits traditionnels, en france le vert se traduit toujours par un surcout et des taxes
Réponse de le 27/09/2012 à 19:48 :
donc il faut augmenter le prix du gasoil et de l'essence, surtout si on raisonne coût global, problèmes de santé que la société (nous) doit payer...
Réponse de le 27/09/2012 à 23:29 :
Refaites vos calculs ! Avec une Zoe a 13700 euros, une location de batterie + conso au meme prix que le carburant, une assurance et un entretien vraisemblblement moins chers, le vehicule electrique est economique.
a écrit le 27/09/2012 à 13:14 :
Mais pourquoi donc les automobilies françaises sont en déclin comme leurs voisines italiennes, mais qu'est ce que le gouvernement français fait faut ou tout faut. Pendant ce temps c'est l'Allemagne qui rigole, les BMW, les Porsche, les VW, les audi cartonnent mais qu'est ce que la France fait faut, pendant ce temps, le minsitre du déclin social et industriel dit des fausses vérités sur les entrepreneurs sud coréens et leurs voitures, vous vous imaginez même les sud coréens font mieux que les Français, mais qu'est ce qui ne joue pas dans ce pays, les industriels ne marchent pas, les politiques fort en gueule mais pour le reste ils ne valent pas un clou de soulier, le Montebourg le premier, ils auraient dû mettre Mélanchon comme ministre on aurait rigoler à se fendre en deux !
a écrit le 27/09/2012 à 10:11 :
Le marché de l'automobile, une endémique marquée par ses prix de revient qui serait trop élevés en France et plus largement en Europe dont le coût du travail , mais cela s'ajoute a un pouvoir d'achat qui s'érode chaque année qui pousse davantage vers plus de frugalité, d'avoir un travail qui puisse perdurer avec un niveau de rémunération stable et décent, des prêts à des taux attractifs avec un amortissement du capital plus rapide et non pas des échéances de départ 2/3 d'intérêts et 1/3 de capital, une TVA significative qui s'ajoute, et un modèle économique des constructeurs imposant leurs exclusivités pour les coûts des pièce de rechanges et de coûts de main-d??uvre particulièrement prohibitifs ...
a écrit le 27/09/2012 à 9:55 :
L'industrie automobile Française se lamente sur son sort, mais ses modèles n'ont pas de succès car il ne sont pas au goût du consommateur. La stratégie des fabricants Français est en dehors de la plaque et les prétextes invoqués sont souvent peu honnêtes, par exemple la compétitivité entravée par le coût du travail en France: le dernier rapport de l'UE sur le coût du travail dans l'industrie automobile montre qu'en allemagne à l'industrie automobile florissante, le coût de l'heure de main d'oeuvre est de 47,32? alors qu'en France dans ce même domaine elle n'est que de 35,32?! mais en allemagne on adapte les modèles au attentes des clients et on n'essaye pas d'imposer ses vues, on crée des modèles spécifiques pour les états en plein développement, on pratique de véritables études de marché en place de tentatives d'imposer ses points de vue, on organise la production de façon rationnelle. Alors que nos dirigeants arrêtent un peu de pleurer sur leur sort, ils sont souvent depuis longtemps à la tête de leurs entreprises et sont donc responsables de leur erreurs stratégiques!
Réponse de le 27/09/2012 à 14:36 :
@Et si ... : déjà, si les voitures françaises avaient une ligne plus personnalisée et élégante qu'un vieux chewing-gum collé sous une semelle, elles feraient déjà plus envie ! Perso, j'ai une Clio I de 16 ans, que je trouvais pas terrible au début, mais au fur et à mesure du temps qui passe et des modèles qui sortent, je la trouve de plus en plus élégante. J'appréhende vivement le moment où je devrai la remplacer !!
a écrit le 27/09/2012 à 7:53 :
"Mais l'hybride sera aussi largement présent avec la gamme thermique-diesel de PSA, mais surtout thermique-essence de Toyota(...)" : : je rappelle à notre aimable journaliste que diesel et essence sont des motorisations thermiques. Si c'est hybride, ce serait plutôt électrique-diesel ou électrique -essence...
a écrit le 27/09/2012 à 7:39 :
j'acheterai une voiture électrique le jour ou elles seront moins chères que les autres, que je pourrai faire les memes trajets et ou faire le plein d'électricité sera aussi facile que le plein d'essence
Réponse de le 27/09/2012 à 15:14 :
+1 mais a mon avis mieux vaux attendre l'hydrogene.
Réponse de le 27/09/2012 à 15:14 :
+1 mais a mon avis mieux vaux attendre l'hydrogene.
Réponse de le 27/09/2012 à 15:14 :
+1 mais a mon avis mieux vaux attendre l'hydrogene.
Réponse de le 27/09/2012 à 15:33 :
La fée électricité est de retour mais qui ose nous donner le cout du rechargement et surtout des infos sur le devenir des batteries.... paroles gazeuses
.Et une opinion pourquoi des pubs vantant la qualité allemande alors que la fiabilité française est souvent reconnue au même niveau.
Nos constructeurs devraient réagir...ou s'associer.
En tout cas marre des hauts de gamme et du luxe; Tous les acheteurs français ne sont pas des riches nantis.
a écrit le 27/09/2012 à 7:14 :
avec toutes les tax que je paye jamais j achèterai français et en plus les voiture françaises son mal équiper , et les radar qui nos pique nos dernier denier , et à Paris on ne peut plus cerculer et bien d autre chose

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :