Automobile : "L'Europe possède aussi un potentiel de croissance non-négligeable"

 |   |  496  mots
Frédéric Labia, analyste spécialisé du secteur automobile chez Amundi (DR).
Frédéric Labia, analyste spécialisé du secteur automobile chez Amundi (DR). (Crédits : DR)
Frédéric Labia est analyste spécialisé du secteur automobile chez Amundi. Il livre pour La Tribune ses perspectives du marché mondial de l'automobile pour les dix prochaines années.

La Tribune : Une étude de l'observatoire Cetelem publiée mercredi 24 septembre a estimé que le marché automobile mondial atteindrait les 105 millions d'immatriculations à horizon 2020. Estimez-vous cette perspective réaliste ?

Frédéric Labia : Je suis plus optimiste puisque, d'après mes modèles, je table sur un marché à 100 millions de véhicules dès 2017, soit une croissance moyenne comprise entre 4% et 5% par an sur cette période. C'est une trajectoire cohérente avec la période récente. Pour 2020, j'anticipe un marché de 113 millions de voitures.

Hormis la Chine, où se trouvent les gisements de croissance ?

Effectivement, 65% de la croissance du marché automobile sur cette période proviendra de l'Asie, dont les deux tiers en Chine. Il faut bien sûr compter sur les pays du Sud-est asiatique, mais également sur l'Inde...

Cela fait des années qu'on parle de l'Inde comme un pays porteur pour le marché automobile, mais ce n'est jamais venu...

L'Inde souffre de problèmes d'infrastructures majeurs. Mais l'émergence d'une classe moyenne dans un pays où le PIB par habitant est en hausse constante devrait  normaliser le marché automobile qui, avec 27 voitures pour 1.000 habitants, fait de l'Inde l'un des pays les plus sous-équipés du monde. On peut imaginer ce que cela donnerait si ce taux atteignait 30 ou 33 voitures pour 1.000 habitants compte tenu de la démographie du pays...

Ne voyez-vous pas de risques qui pourraient perturber ces prévisions ?

Il existe des risques macroéconomiques. Je rappelle que l'industrie automobile est très liée aux évolutions macroéconomiques. En août, par exemple, les marchés brésiliens et russes ont plongé de façon spectaculaire de 20% à 25%. En Chine, il existe un autre risque lié à la mise en place de nouvelles réglementations contraignantes. A Pékin, par exemple, la municipalité a instauré il y a 3 ans un quota d'immatriculations de 240.000 véhicules par an, là où les constructeurs vendaient 500.000 voitures auparavant.

L'Occident va-t-il participer à la croissance du marché mondial ?

Tout à fait, l'Europe devrait constituer 20% de la croissance du marché automobile à l'horizon 2018. Elle est encore 20% en-dessous de son pic et représente donc un potentiel non-négligeable. Les États-Unis apporteront un peu moins de 10% de la croissance mondiale.

De ce point de vue, doit-on encore craindre des surcapacités de production ?

L'Europe a quelque peu réduit ses surcapacités qui avaient atteint 20% il y a quelques années. Aujourd'hui, on les estime entre 10% et 15%. La difficulté c'est que le marché européen est un marché très concurrentiel avec des marges qui se sont beaucoup réduites.

Comment voyez-vous le monde de l'automobile dans dix ans ?

Une voiture sur deux sera produite en Asie. Les constructeurs occidentaux devront s'adapter et ce n'est plus le marché asiatique qui s'adaptera aux conceptions occidentales, mais plutôt l'inverse. On peut ainsi s'attendre à ce que le marché européen se voit imposer une généralisation des motorisations essence au détriment du diesel, ou encore des boîtes de vitesses automatiques.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2014 à 18:55 :
Vivement la généralisation des boites automatiques, c'est tellement plus confortable!
a écrit le 06/10/2014 à 21:38 :
M.Labia voit parfaitement juste quand il dit:
"On peut ainsi s'attendre à ce que le marché européen se voit imposer une généralisation des motorisations essence au détriment du diesel, ou encore des boîtes de vitesses automatiques.
Renault va devenir le sous traitant de Nisssan.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :