Peugeot est-il devenu une marque Premium ?

 |  | 1536 mots
Lecture 8 min.
Peugeot vient de réinventer son identité visuelle et fait passer son logo au format écusson, en référence à celui des années 1960, mais aussi pour marquer sa montée en gamme.
Peugeot vient de réinventer son identité visuelle et fait passer son logo au format écusson, en référence à celui des années 1960, mais aussi pour marquer sa montée en gamme. (Crédits : Peugeot)
La marque automobile vient d'achever le renouvellement de sa gamme, achevant avec succès sa stratégie de repositionnement haut-de-gamme. Véritable vache à lait du groupe PSA (désormais Stellantis), Peugeot continue à augmenter significativement la valeur de ses modèles, mais continue à se revendiquer marque généraliste. Cette stratégie n'a toutefois pas trouvé recette dans les pays émergents.

Consécration ! Peugeot a décidé d'assumer sa stratégie de montée en gamme en la traduisant par une nouvelle identité de marque. Fini le lion frappé à la manière des bannières militaires médiévales, c'est désormais un écusson qui arborera les nouvelles voitures de la marque, à commencer par la nouvelle 308 qui sera présentée mi-mars. Déjà observé en 2018 sur le e-Legend - une version revisitée de la vieille 504 coupé -, ce nouveau logo (en photo de une) est un clin d'œil à celui porté dans les années 1960, dans la nouvelle tendance néo-rétro qui se propage à toute l'industrie automobile.

Un écusson comme Porsche ou Lamborghini

Mais c'est aussi une façon de se rapprocher des labels les plus premium du marché comme Porsche ou Lamborghini et, dans une moindre mesure, Alfa Romeo. Après dix ans de travail de repositionnement, la marque au lion estime être mûre pour arborer plus franchement sa qualité de label haut-de-gamme... Car derrière ce marketing de style, les enjeux financiers et industriels sont majeurs pour PSA, devenu Stellantis après avoir fusionné avec FCA.

Lors de la présentation de la nouvelle identité graphique, Linda Jackson, nouvelle directrice générale de la marque au lion, et Matthias Hossann, nouveau designer, n'ont pas manqué d'adjectifs pour refaire le « story-telling » de Peugeot, cette « marque qui a fêté ses 210 ans en 2020 ». Selon le successeur de Gilles Vidal (l'ancien directeur du design parti chez Renault), ce blason « est un symbole fédérateur et multiculturel » qui se distingue à l'heure où « tout devient lisse et sans saveur », « insipide » a-t-il même ajouté.

« Il doit répondre à trois valeurs essentielles de la marque », souligne Linda Jackson : « l'intemporalité, la personnalité et la qualité ».

Interrogé par La Tribune, Thierry Lonziano, le directeur marketing, explique que « ce onzième logo de l'histoire de Peugeot témoigne de notre besoin d'évoluer et de nous projeter dans le futur et ouvrir une nouvelle ère » : électrification, expérience client, mobilité... Les sujets de transformation ne manquent pas pour justifier cette « évolution ».

« Pricing Power », leitmotiv de Carlos Tavares

En réalité, la véritable matrice repose sur cette stratégie de montée en gamme. Commencée avec la 308 en 2014, elle prend de l'ampleur avec le 3008 lancé en 2016. Design acéré, finitions intérieures plus soignées, qualité des motorisations et du châssis, sans parler de iCockpit qui allie petit volant et tableau de bord digitalisé. A chaque nouveau lancement, la marque au lion n'a cessé de monter de plusieurs crans le niveau de prestations. Même la petite citadine 208 s'est mise au diapason de cette philosophie avec des prix nettement plus haut que la précédente génération. Au-delà, c'est tout un univers de marque beaucoup plus « premium » que les équipes design emmenées par Gilles Vidal ont su réinventer. Et les clients adhèrent ! La fameuse finition « GT Line », la plus chère, peut réaliser jusqu'à un tiers des ventes d'un modèle... La stratégie du « pricing power », véritable mantra du discours de Carlos Tavares, a fonctionné au-delà de toute espérance. Encouragés par les très bonnes performances sur le marché de la revente, la fameuse « valeur résiduelle », Peugeot ne s'est pas contenté de défendre ses prix, il les a relevés.

Sur certains modèles, Peugeot a même supprimé le premier niveau de finition qui ne trouvait plus preneur. Le 3008 est devenu le cas d'école de cette incroyable montée en gamme. En quatre ans, ce SUV compact s'est vendu à plus d'un million d'unités... En 2019, il s'en est vendu plus de deux fois et demi plus que son concurrent français, le Renault Kadjar. Mais si les volumes sont impressionnants, c'est la qualité des ventes qui détonne. Avec plus de 30% de finitions « GT » et « GT Line », le 3008 se vend très cher. Peugeot a même renoncé au premier niveau de finition avec l'arrivée de la version restylée présentée en septembre.

Les prix du 3008 s'envolent

Mais mieux encore, la marque au lion n'a cessé d'augmenter les prix de son célèbre SUV, élu voiture de l'année en 2017. Vendu autour de 25.900 euros à son lancement en 2016 dans sa version de base, ce prix plancher est passé à 31.000 euros début 2021, soit une hausse de 20% ! Et les ventes ne fléchissent pas... Le site de Sochaux est toujours saturé et attend avec impatience le lancement de la nouvelle génération prévue en 2022. Lors du lancement du 3008, un cabinet d'audit avait estimé que le 3008 enregistrait une marge opérationnelle de 12%.

Quatre ans après, Peugeot vend donc plus de voitures, à un prix toujours plus cher. Car la formule a été appliquée à un nombre de modèles qui s'est multiplié : 5008, 508... Même sur le segment B, une catégorie réputée très concurrentielle, Peugeot est parvenue à proposer des produits à plus forte valeur ajoutée. Son 2008 et sa 208 sont montés de plusieurs crans en termes de positionnement prix. Le prix d'appel de la petite citadine a carrément augmenté d'un tiers par rapport à la génération précédente. La nouvelle 308 qui doit être présentée fin mars pourrait marquer un nouveau palier dans cette stratégie de montée en gamme.

Vache à lait de PSA

Ce succès a fait de Peugeot la véritable vache à lait du groupe PSA tandis que Citroën et DS étaient encore dans une phase de redémarrage, le groupe automobile ne cessait d'améliorer sa rentabilité. En 2019, le groupe automobile français emmené par Carlos Tavares affichait une marge opérationnelle de 8,5%. Elle est même montée à 9,4% au deuxième semestre 2020, c'est-à-dire hors confinement.

Mais le succès de Peugeot interpelle. La perception de montée en gamme de la marque lion n'a-t-elle pas été plus rapide que ne l'aurait souhaité la direction qui jure que Peugeot reste une marque généraliste ? La marque se prive-t-elle d'une partie de ses clients ? Au niveau du groupe PSA, il y a une logique commerciale imparable : pour un SUV dont le prix se situe entre 25.000 et 30.000 euros, il y a le Citroën C5 Aircross, construit sur la même plateforme et équipé de la même famille moteur. Cette segmentation a été redoutablement efficace en Europe et un important gisement de rentabilité. Mais sa croissance en volume a déçu. D'ailleurs, Peugeot vend moins de voitures qu'au lancement de ce plan. En 2019, la marque vendait 1,4 million de voitures, contre 1,6 million en 2014. La faute aux pays émergents qui ont une approche très dichotomique du marché : entrée de gamme très compétitif d'un côté, et des marques premiums de l'autre. Dans ces conditions, le « pricing power » est difficile à défendre et la marque qui n'est pas identifiée haut-de-gamme devient immédiatement trop chère.

Des ventes recentrées en Europe

De plus, en Amérique Latine notamment, le repositionnement prix est empêché par les amplitudes de variations de change intempestives et les barrières douanières dissuasives. Cela constitue une tension sur les coûts qui interdit toute marge de manœuvre. D'ailleurs, Peugeot n'a pas réussi à déployer toute sa gamme dans cette région du globe. Les Sud-Américains pourront acheter une vieille 408 pour toute grande berline, et n'auront pas le droit au très premium nouveau 2008. Seul le 3008 et la nouvelle 208 donneront un aperçu du nouveau Peugeot.

Landtrek

Quant au pourtour méditerranéen, (Maghreb, Turquie), la dépendance de la marque à son modèle low-cost la 301, lancée en 2012, est encore forte et la bascule vers le Premium prendra du temps. En Chine, c'est encore pire..., puisque rien ne semble enrayer la chute vertigineuse des ventes de Peugeot depuis 2018. Avec 60.000 voitures vendues en 2019, la marque est loin des 400.000 immatriculations de 2014.

Résultat : Peugeot s'est recentré sur l'Europe. 83% des ventes sont désormais situées sur le Vieux continent, contre 60% en 2014. Et la part des profits est encore probablement plus élevée.

Le Landtrek à la conquête des pays émergents

Mais pour Peugeot, le problème n'est pas le positionnement prix. C'est la gamme qui n'est pas adaptée aux pays émergents. Finie donc la stratégie des voitures mondiales, Peugeot va développer une gamme dédiée. Le premier d'entre eux : le Landtrek (photo ci-dessus) est en cours de déploiement. Pour Thierry Lonziano, patron du marketing, ce pick-up doit permettre à Peugeot de reprendre pied sur le cœur de ces marchés, tout en proposant un produit qui correspond à cette stratégie de montée en gamme. La marque n'a pas encore communiqué sur la suite du Landtrek. Mais elle a d'ores et déjà rappelé que les volumes n'étaient pas une boussole pour Peugeot, en Europe où ailleurs. A la direction, il n'y a pas de débats : Peugeot reste une marque généraliste mais qui se positionne en haut de la fourchette de prix, à la manière d'un Volkswagen. Ce qui laisse de la marge de progression pour Peugeot dont le 3008 coûte encore 3.000 euros de moins qu'un Volkswagen Tiguan...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2021 à 12:31 :
Peugeot, premium ? Allons donc ! Peugeot, c'est comme toutes les autres marques françaises, tous modèles confondus : du très, très bas de gamme. Et disons-le tout net : de la camelote. Certes, ces caisses ont un peu de succès dans l'Hexagone, mais on sait que la population française n'a jamais été très friande de qualité. Que ce soit dans l'automobile ou dans d'autres secteurs tels que l'alimentaire, parmi bien d'autres. Pour preuve (si besoin était encore !) du niveau des bagnoles "made in france" : que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, aucune marque française ne se retrouve dans les 10 ou 12 premières marques des classements de fiabilité (nombre de pannes/véhicule). Elles sont dominées, laminées notamment par plusieurs marques asiatiques qui, elles au moins, sont des plus fiables selon les classements - indépendants ! - étatsunien et européen. Du premium "à la française" ? Certes, mais en commençant par le fin fond du tableau, alors...
Réponse de le 08/03/2021 à 17:08 :
PSA "historique" (sans Opel ni les marques de FCA) occupe 13% du marché européen, le toucher de route Peugeot ou le confort Citroën sont reconnus, DS démarre et trace sa voie avec de belles créations (cf la dernière DS4). Vos propos sont donc faux, outranciers et condescendants pour nos compatriotes.
a écrit le 08/03/2021 à 11:25 :
En tout cas une chose est sûre, les conducteurs de Peugeot n'ont dorénavant plus rien à envier à ceux des BM au niveau impatience et agressivité. La différence avec le passé est flagrante, bon nombre de conducteurs de 308, 5008 3008 sont des fous furieux sur route et de sacrés dangers publics. BMW n'a plus l'exclusivité en la matière...
a écrit le 08/03/2021 à 8:23 :
Toujours très intéressants commentaires quand ça parle voiture... Entre les patriotes, les nostalgiques, les virils de l'écusson et les frustrés!
le royaume de l'absence totale d'objectivité !
a écrit le 07/03/2021 à 15:59 :
le pb quand c'est les ingenieurs qui font du marketing c'est qu'ils ne connaissent pas la base ( d'ailleurs c'est pas leur pb), et ont tres peu de notions sur ce qu'est un client, vu que ca n'est dans aucun module de catia
je dois avouer que le titre me laisse un peu baba
montebourg qui a envoye le peu d'industrie qui restait au tas avait deja explique qu'il suffisait que les constructeurs francais fassent des porsches pour que les ouvriers francais gagnent autant que les ouvriers de porsche
apres il est alle prendre deux trois cours a l'insead, c'est tout a son honneur, il dit un peu moins d'aneries, avec un peu de formation
he ben c'est pareil pour les ingenieurs
Réponse de le 07/03/2021 à 23:34 :
C'est peut-être mieux d'avoir un ingénieur à la tête de Peugeot: depuis que Tavares est au volant, il me semble que les voitures ont plutôt de l'allure et que l'entreprise ne va pas si mal...
Et pour citer Porsche, que vous prenez en exemple, celui qui a fait le succès de la maison et plus tard celui de Volkswagen et d'Audi, c'est bien un certain Ferdinand Piëch, ingénieur et concepteur, qui ne regardait pas à réduire les temps d'étude d'un nouveau modèle mais poussait au contraire à investir dans la recherche pour se placer à la pointe de la technologie. ça n'a pas trop mal réussi...
On ferait peut-être bien d'en prendre de la graine...
a écrit le 07/03/2021 à 9:59 :
Peugeot marque premium sûrement pour les prix elles coûtent de plus en plus chères et aussi pour l'entretien, pièces détachées et le tau horaire de la main d’œuvre devenus hors de prix mais pour le reste fiabilité , finition et accueil en concession c'est de l'entrée de gamme.
Réponse de le 07/03/2021 à 11:53 :
Les voitures en neuf en France par rapport aux USA sont très chères...une Peugeot 508 ( qui est belle) coûte au minimum €35,000, ....j'avoue que c'est beaucoup d'argent et correspond à presque une année de salaire moyen. Qui peut s'offrir ce genre de voitures? sûrement pas un célibataire qui doit déjà payer son appartement et ses impôts...sur un salaire de 3000€ par mois, il reste pas grand chose, sauf à bouffer du riz tous les jours et faire une croix sur les voyages.
a écrit le 06/03/2021 à 15:39 :
Je conduis une 607 HDI-2.0 Exécutive pack cuir modèle 2010 achetée en décembre 2016 @ 3.990€ avec 145000km. J'en suis à 255,000 km avec quelques réparations pour un total de 1,400€ environ ( disques, plaquettes, capteur ABS et pression des pneus etc..) donc au final, celle voiture au bout de 4 ans + m'a couté 5,390€ pour une consommation moyenne de 5L /100.J'en suis ravi même si elle est un peu lourde elle vieillit très bien, aucune corrosion , rien. Ma prochaine voiture sera une marque de la constellation Stelantis, sûrement une 508 HDI 140cv d'occasion car je refuse de payer des sommes folles alors qu'une seconde main fait très bien l'affaire. Dire que Peugeot est une marque premium, je pense qu'il y a encore un petit chemin à faire mais elle est sur la bonne voie. Les nouvelles 208/508 et 3008 sont superbes . Ce qui manque à Peugeot, ce sont des voitures vitrines comme un vrai coupé haut de gamme sur les modèle Audi ou Mercedes...mais maintenant que PSA possède Maserati...le rêve est permis.
Réponse de le 07/03/2021 à 10:40 :
@europeen.
La 607 est encore une belle bagnole. Meme si les finitions n'etaient pas de tres hautes tenue, l'ensemble avait belle allure. Mais ca c'etait avant. Aujourd'hui il faut convaincre et c'est pas gagne.
a écrit le 06/03/2021 à 10:22 :
Une Peugeot, c'est fondamentalement une Renault avec un design plus agressif et plus modasse singé sur celui d'Audi, plus de plastique chromé dans l'habitacle, un personnel en concession assez hautain, et des tarifs 20% plus élevés. Quitte à rouler en voiture popu (ce qui n'a rien d'infamant), je garde ma Renault bon marché.
Réponse de le 06/03/2021 à 12:11 :
Et que voulez-vous que ça nous fasse, continuez à rouler avec votre Renault et basta.
Réponse de le 06/03/2021 à 12:11 :
Et que voulez-vous que ça nous fasse, continuez à rouler avec votre Renault et basta.
Réponse de le 06/03/2021 à 14:19 :
Bon allez, soyons factuel: les voitures PSA ont des trains roulants et une tenue de route réellement au sommet de l'art pour un constructeur généraliste. Mais franchement pour se traîner à 80 km/h sur route sèche et large, y a t'il vraiment besoin de la tenue de route d'une voiture de rallye ?
a écrit le 06/03/2021 à 9:29 :
J'ai acheté une 207 diesel 110cv de 2007 à un particulier il y a 1an1/2 et avec 250 000 kms.
Quand j'ai vu la pile de facture des pièces changées, (16 factures) je me suis dit qu'elle devait être fragile. Donc, je pense si je veux rouler encore 150 000 kms, il va falloir que je mette sérieusement la main à la poche.
J'ai déjà eu en 1 an1/2, 2 changements de pièces non d'usure, mais des pièces qui ont cassées. Tout ce qu'on ne paie pas à la sortie de la concession, on le paie sur la route.
a écrit le 06/03/2021 à 9:16 :
Perso, c'est coreenne haut de gamme.
6 cylindres 2500cc, toutes options.
190000 km et.....rien, SAV optimum.
Apres il y a les niponnes, les allemandes.
Qualite dans le HdG identique.
Pas de quoi se prendre le chou, les francaises, helas.....
a écrit le 06/03/2021 à 6:17 :
Peugeot ... marque Premium?!!!!! AHAHAHAHAHAHAHAHAH :))))) Et pourquoi pas mettre un écusson de gros rouge qui tâche sur une poubelle, non plus?

C'est pas parce qu'on fourgue des bagnoles avec un design légèrement au dessus de Dacia qu'on peut suggérer des âneries pareilles. Toutes les Peugeot & Citroën sont des cochonneries ambulantes pleine de plastiques toxiques… Coté technique, les ennuis commencent désormais à 100 000 km, et à 160 000, la voiture est bonne pour la casse ou elle tombe en morceau!!! Vous avez certainement confondu... Premium, c'est Allemand... Populaire c'est Français!!
Réponse de le 06/03/2021 à 7:29 :
@jeanrisdeveau
Ma Peugeot actuelle vient de passer le czp des 430 000 km, la précédente à été VENDUE à 340 000 km, et celle qui devançait celle-ci affichait près de 470 000 km au moment où je l'ai arrêtée. Je me moque donc bien du label "premium" dont se gargarisent journalistes auto "spécialisés" et autres consommateurs-adorateurs de bagnoles du Reich....
Réponse de le 06/03/2021 à 7:46 :
Peugeot pour moi = qualité. Ma 405 essence de 1995 a dépassé les 250000 kms avec simplement un entretien basique. Tout encore est d'origine.
Réponse de le 06/03/2021 à 8:48 :
Vas travailler en Allemagne mon gas
Réponse de le 06/03/2021 à 9:10 :
Bravo Barbock et Charli, bien dit !
Que tous ceux qui trouvent l'herbe plus verte Outre-Rhin voire en Asie mettent leurs convictions en pratique et aillent goûter le pâturage ailleurs !
Réponse de le 06/03/2021 à 14:49 :
Il suffit de citer qcqs expériences vécues qui valent largement ttes ces annonces péremptoires et stupides avec leur lot de con....ies gratuites. Ds les années 80, je travaillais en brousse en Afrique et les taxis de brousse c'étaient UNIQuement des pickup Pigeot 404 ou 504 qui se tiraient la bourre chargés jusqu'à l'essieu avec qcqs Toyota et Datsun qui commençaient à leur disputer le marché. Ils roulaient essentiellement sur des pistes défoncées, aux mains de chauffeurs experts, mécano hors pair.
Les rares berlines allemandes (joujous de VIP locaux) qu'on croisait, on ne le voyait que sur les qcqs dizaines Km de rte asphaltée des agglomérations.
Mon oncle était technico-commercial pour une PME de chaudronnerie basée en région Rhône-Alpes pdt les 30 Glorieuses et a fait des centaines de milliers de km sur les rtes d'Europe de l'W par ts les tps en 403, 404, 504 uniquement et ne voulait aucune autre marque, pas même allemande, car bien trop chères à l'entretien pour une fiabilité qui n'était pas meilleure.
Réponse de le 08/03/2021 à 13:41 :
Bien joli le cocorico un peu,naïf, ridicule et ringard. Mais bon, faut être réaliste : voitures française set premium ne vont jamais ensemble. eugeot, c'est comme toutes les autres marques françaises, tous modèles confondus : du très, très bas de gamme. Et disons-le tout net : de la camelote. Certes, ces caisses ont un peu de succès dans l'Hexagone, mais on sait que la population française n'a jamais été très friande de qualité. Que ce soit dans l'automobile ou dans d'autres secteurs tels que l'alimentaire, parmi bien d'autres. Pour preuve (si besoin était encore !) du niveau des bagnoles "made in france" : que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, aucune marque française ne se retrouve dans les 10 ou 12 premières marques des classements de fiabilité (nombre de pannes/véhicule). Elles sont dominées, laminées notamment par plusieurs marques asiatiques qui, elles au moins, sont des plus fiables selon les classements - indépendants ! - étatsunien et européen. Mais bon : hormis les franchouillards, qui veut encore des bagnoles françaises ??? Vu les chiffres à l'export, pas grand-monde, et ça se comprend
a écrit le 06/03/2021 à 5:56 :
Décidément le marketing est l'art du pipeau. Sur que ce nouveau logo va justifier une hausse des marges. Fiât va tirer peugeot vers le bas.
a écrit le 06/03/2021 à 1:38 :
ici en Australie les voitures derouillent. peugeot avait une tres bonne reputation qui a coule petit a petit loin derriere les toyotas tous modeles. problemes electriques, fuites d'huile sur boites et moteur a 100 000km ce qui est un rodage ici, boites automatiques explosee a 80 000km. caoutchouc de portieres cuits apres 5 ans ...va falloir se remettre a la planche a dessin pour se refaire une place au soleil, c'est le cas de le dire.
a écrit le 05/03/2021 à 22:52 :
Ils vont ressortir la 504 ! A conduire en Jean 501 !
Renault va se concentrer sur Dacia grace à son inénarrable abitboule et bill en F1, bref ils sont dans un corner ! l'angoisse !
a écrit le 05/03/2021 à 22:22 :
ILs vont se reconvertir dans la bière Stella Artois, beg my pardon, Stellantis !
ils ont un nom pour ça !
a écrit le 05/03/2021 à 22:18 :
Marque premium , faites moi rire !!!
En fait je ne sais pas si il faut mieux parler de leur SAV complètement nul ou de leurs véhicules qui disfonctionnement alors qu'ils sont neufs.
a écrit le 05/03/2021 à 19:43 :
Les 2008 et 3008 se caractérisent par leur laideur inutilement aggressive , mais aussi leurs tarifs à faire fuir !
a écrit le 05/03/2021 à 16:52 :
Je roule en 508 depuis 2 ans, et je peux confirmer que si il y a eu progrès, le niveau de qualité reste loin de celui des marques dîtes premium que sont par exemple Audi, BMW et Mercedes. Ce n'est même pas encore au niveau d'une Passat.
Le niveau de service du réseau n'est également pas non plus à la hauteur.
Tout ce que je lui reconnaît, c'est une ligne sympa et une très bonne tenue de route. Ma prochaine ne sera pas une Peugeot, c'est une certitude.
a écrit le 05/03/2021 à 16:38 :
Ils vont se faire laminer par les voitures électriques allemandes, qui fortes de leurs profits en haut de gamme attaqueront aussi le bas de gamme low cost.
Permettant l'accession à la mobilité aux classes moyennes - pendant que les constructeurs francais toujours en retard d'une guerre tenteront de la jouer à l'envers et se ramasserons définitivement, end of the game : gamestop !
Réponse de le 05/03/2021 à 21:49 :
Vous avez raison, c'est chouette!! Ils vont se faire laminer par des voitures de très haute qualité... ces pauvres français qui ne savent rien faire correctement. Vous avez vous même bien compris tout cela. D'ailleurs vous ne jurez que par A.., B.., M.., P... en matière automobile. Mais qu'attendez-vous pour mettre vos convictions en pratique ? La Germanie ne fera sans doute aucune difficulté à accueillir une personne de votre envergure. A moins que vous ayez un petit doute sur votre courage à affronter le jugement que porteraient les habitants d'Outre-Rhin sur vos propres qualités..?
Réponse de le 05/03/2021 à 22:03 :
Les allemands ont ratés un wagon avec Dacia déjà...
Réponse de le 05/03/2021 à 22:20 :
Rien que VW vise 70% de l'électrique ! Tesla allemagne va monter en cadence, les con-structeurs francais vont prendre cher !

il reste bmw, mercedes, toyota derrière, ya plus d'place !
Franzosich Geschlossen !
Réponse de le 06/03/2021 à 12:05 :
@juju pour Dacia « wagon » semble effectivement plus approprié que voiture.
Réponse de le 06/03/2021 à 12:28 :
Soyez cohérent.
Refusez toutes les aides sociales françaises, n'acceptez pas les remboursements de la securité sociale, n'allez pas à l'hopital bas de gamme français et svp ne voyagez pas sur les routes bas de gamme françaises.
Réponse de le 08/03/2021 à 14:44 :
Vous avez mis dans le mille; je ne roule pas en bagnole française, je refuse de manger des produits français, je ne suis pas fou au point d'aller en vacances en france et - surtout - j'ai l'immense privilège de ne pas être contraint d'y habiter. Alors oui, je vise le premium. Et donc pas du made in france, forcément. Merci pour votre perspicacité !
Réponse de le 08/03/2021 à 14:44 :
Vous avez mis dans le mille; je ne roule pas en bagnole française, je refuse de manger des produits français, je ne suis pas fou au point d'aller en vacances en france et - surtout - j'ai l'immense privilège de ne pas être contraint d'y habiter. Alors oui, je vise le premium. Et donc pas du made in france, forcément. Merci pour votre perspicacité !
a écrit le 05/03/2021 à 16:36 :
Sinistre la couleur de leur façade, même les pompes funèbres n'utilisent plus la couleur noire.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :