Renault et la Renaulution, le plan de la dernière chance

RETROSPECTIVE AUTOMOBILE 2021 3/4 - Arrivé en juillet 2020 dans un groupe au bord de la faillite, Luca de Meo a appliqué un remède de cheval au constructeur automobile français, marquant une rupture définitive avec la stratégie de son prédécesseur, Carlos Ghosn. Pour Renault, le chemin reste cependant encore très long...

5 mn

(Crédits : Renault)

Renault est de retour ! Cette phrase rabâchée par la nouvelle direction du constructeur automobile n'est pas la méthode Coué. C'est la véritable ambition de Luca de Meo qui veut ramener le losange au centre du jeu automobile. Son programme est à la mesure des défis auxquels est confrontée l'ancienne régie. La transformation de l'industrie automobile est profonde, historique, et la chute promet d'être vertigineuse pour ceux qui se seraient mal préparés. D'ailleurs, le nom du plan stratégique est très évocateur : Renaulution.

Le Kadjar devient Austral

Présenté en janvier 2021, il avait en réalité déjà commencé plusieurs mois auparavant, lorsque Luca de Meo s'empare des manettes du groupe Renault en juillet 2020, mettant fin à deux ans de flottement à la tête de l'entreprise après la chute spectaculaire de Carlos Ghosn.

Parmi les premières actions entreprises par l'italien, un passage en revue des projets de nouveaux modèles. "Trop de petites voitures", conclut-il. "Renault réalise les deux tiers de ses profits sur le segment B (Clio, Captur, ndlr), alors que le segment C (Mégane, Kadjar, ndlr) rapporte trois fois plus", explique-t-il lors de la présentation de son plan Renaulution.

Déjà fort sur le B, Renault doit donc désormais se concentrer sur un plan produit beaucoup plus ambitieux pour reconquérir le segment des compacts car les ventes de Mégane et Kadjar sont décevantes. Ce sera l'enjeu critique de l'année 2022 avec l'arrivée d'une toute nouvelle Mégane qui sera 100% électrique cette fois et d'un successeur au Kadjar, qui sera rebaptisé Austral. Ces deux projets étaient évidemment à un stade avancé de développement lorsque Luca de Meo est arrivé. Il est pourtant parvenu à remanier le cahier des charges pour ajuster la cible : coloris, finitions intérieures...

Mais le traitement de cheval prescrit par Luca de Meo est plus profond. Il veut faire table rase du passé. La culture des volumes, chère à Carlos Ghosn, n'a fait que détériorer la valeur de la marque, avec un fort impact sur les prix à la revente. Première mesure : en  finir avec les stratégies de vente remisées ou tactiques. Celles-ci sont non-rentables et tirent la valeur des produits vers le bas.

Echec à l'international

Mais c'est à l'international que l'échec de cette stratégie de volume est encore plus visible. "Après dix ans d'internationalisation, nous vendons des voitures dans 130 pays, mais c'est en Europe que nous réalisons les trois quarts de nos profits, voire la moitié avec cinq pays seulement". "Nous sommes devenus plus grands mais pas meilleurs", avait cruellement diagnostiqué Luca de Meo.

Il faut un plan produit mieux ciblé, plus cohérent et homogène. Dacia doit rester une marque d'entrée de gamme, mais son image doit être plus cool. Renault garde sa vocation de marque généraliste, mais elle doit mieux défendre ses prix en tirant sa valeur vers le haut. Enfin, avec Alpine, le groupe français veut attaquer le haut de gamme et chercher des tranches de prix très élevées. Ces trois marques doivent intégrer l'électrification comme trame de leur nouveaux modèles, un thème sur lequel Renault dispose de technologies avancées et d'une véritable légitimité. Mais ce travail de reconstruction s'annonce long et extrêmement coûteux.

Un plan de redressement à deux milliards

L'ancien de Seat compte sur les premiers effets de la restructuration lancée par Clotilde Delbos et qui doit faire économiser 2 milliards d'euros par an à l'entreprise. Luca de Meo veut économiser jusqu'à 600 euros par voiture vendue avant 2023. Il faudra également réajuster les capacités de production pour en finir avec les usines sous-utilisées. Deux sites (Flins et Séville) viennent déjà d'être intégrés dans un vaste plan de reconversion dans l'économie circulaire et ne produiront plus de voitures ou de boîtes de vitesse.

D'ores et déjà, Renault annonce être en avance dans ses objectifs de redressement financier. Une fois ces deux phases achevées ("Résurrection" et "Rénovation"), le groupe lancera le dernier étage de la fusée Renaulution, et baptisée "Révolution" et qui doit faire entrer le groupe dans la nouvelle ère qui s'annonce pour la décennie en cours.

Luca de Meo a déjà posé les fondations avec la Software République pour s'armer face au modèle Tesla où le logiciel prend de plus en plus de place dans la chaîne de valeur automobile.

La très discrète Alliance

Mais Luca de Meo n'a pas encore divulgué toutes les ressources dont il dispose. Ainsi, l'Alliance avec Nissan et Mitsubishi est encore assez peu évoquée dans les communications du directeur général. Lors de l'annonce de la nouvelle plateforme dédiée aux voitures électriques citadines, il avait séché sur une question sur le nombre de modèles qui pourraient être exploités par l'Alliance, invitant le journaliste à plutôt se rapprocher du constructeur japonais, pourtant contrôlé à 44% par le français. Pourtant en interne, on l'assure, l'Alliance reste l'un des socles de la Renaulution.

Ainsi, le véritable retour de Renault prendra bien cinq ans à se confirmer... Toutes choses étant égales par ailleurs, car Renault reste fragile et tributaire des aléas d'un monde où les bouleversements s'accélèrent et sont devenus imprévisibles.

-------------

Série rétrospective Automobile 2021

Lire aussi 4 mnLes constructeurs français face au nouvel ordre automobile mondial

Lire aussi 3 mnStellantis : quand l'automobile française retrouve son rang mondial

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 25
à écrit le 30/12/2021 à 20:37
Signaler
Renault s'étant spécialisée dans les voiturettes ou le milieu de gamme, çà va être très dur de remonter la pente

à écrit le 28/12/2021 à 20:38
Signaler
Bonjour, Il serait bien également que Renault s'occupe bien de ses clients. C'est à dire ne pas faire ce qu'ils ont fait avec les clients possesseurs de véhicules 1.2TCE. Je n'achèterais PLUS de Renault.

à écrit le 28/12/2021 à 12:47
Signaler
Toujours pas de made in France, je pars chez Toyota :)

à écrit le 28/12/2021 à 5:18
Signaler
L'image qu'a laissé Renault pendant des décennies.... Cela ne s'occulte pas du jour au lendemain...cela laisse des traces et il faudra beaucoup de temps pour évoluer positivement. Renault n'a plus le choix de se tromper, surtout que la concurrence e...

le 28/12/2021 à 7:45
Signaler
a changer d'idees tout les deux jours cela mene a la cata le style jamais constent les motorisations obsolette il y a des modeles germanique ou britisch se suive mais passe d'un style safrane a vel satis le client est considerer comme un idiot ...

le 28/12/2021 à 10:18
Signaler
Tout a fait! La voiture presidentiel - un vel satis....

à écrit le 27/12/2021 à 23:59
Signaler
pas de courage ni détermination, la vie sur un nuage mènera à la dislocation !

à écrit le 27/12/2021 à 21:40
Signaler
Mais c'est l'état actionnaire qui a planté Renault !!!! et en premier lieu Emmanuel Macron alors ministre de l'industrie sous François Hollande !. En 2018 les résultats de l'entreprise Nissan étaient très mauvais. Le Japon a tout simplement harponné...

le 28/12/2021 à 10:10
Signaler
Exploitant agricole survivant grace les subventions de l'UE alias la France comme le plus grand profiteur?

le 28/12/2021 à 15:47
Signaler
Merci Régis. J'ai versé une larme, c'était émouvant. Moi même en signe de $rité ( oui dollarité ) et de profond respect au fugitif je ne m'habille plus qu'en pyjama rayé et manifeste chaque week end devant la tour d'argent. Vous voyez comme moi l'i...

le 29/12/2021 à 8:35
Signaler
ces gens ont detruit toute l(industrie francaise pour leur profit personnel certain se sont balancer avocat d'affaire pour vendre des entreprise et se goinfrer d'autre reve du moyen age pour s(octroyer les terres mais tous ou presque leur seul i...

à écrit le 27/12/2021 à 17:56
Signaler
"Le Kadjar devient Austral' l'hiver Austral !

à écrit le 27/12/2021 à 16:10
Signaler
Faudrait que Renault sorte des voitures qui plaisent avec un beau désigne et dans des prix en rapport avec le pouvoir d'achat d'une Société Macronnisée vers le bas .C'est loion d'être le cas avec des caisses à savon aux pris d'une Mercédès . Rien que...

à écrit le 27/12/2021 à 15:36
Signaler
A quand une version ZERO Electronique pour chaque modèle, essence et diesel ? ( Renault, Dacia )

le 27/12/2021 à 15:58
Signaler
Impossible aujourd'hui d'avoir une voiture sans électronique ! Mais déjà moins d'options peu utiles seraient une bonne chose pour la fiabilité et les coûts. Sérieux ouvrir son coffre manuellement n'a jamais tué personne, par exemple

le 27/12/2021 à 16:55
Signaler
Ok, on conserve l'allumage électronique et l'autoradio..

à écrit le 27/12/2021 à 12:04
Signaler
Un marketing pense et realise par des enarques ne peut que conduire a l'echec. Voir la derniere prestation de la pannier runacher. Une cata de com. du pur micronnisme. Pauvre pays.

le 27/12/2021 à 16:58
Signaler
Comme ils sont en mal d'idées (techniques et scientifiques..) et s'ils produisaient du carburant avec le CO2...

à écrit le 27/12/2021 à 10:50
Signaler
Dette de Renault chez l'etat francais 4 milliard euro. Tout va bien.

à écrit le 27/12/2021 à 10:45
Signaler
S'ils veulent encore nous vendre quelque chose, que cela soit du costaud sans la moindre électronique!

à écrit le 27/12/2021 à 10:44
Signaler
On ne comprends plus rien ,pendant plus de dix ans les journalistes Ferrero de l'ambassadeur nous ont vanté les qualités omniscientes et divine du génie Ghosn qui a terminé dans un étui à violon entre le Japon et le Liban .Ce dieu visionnaire qui ré...

le 27/12/2021 à 15:26
Signaler
Questions légitimes qui méritent réponse de M LE MAIRE , vu que ce sont nos impots qui ont été engloutis ainsi en perte . Qui est coupable ??

le 27/12/2021 à 19:25
Signaler
C'est assez bien résumé ( manque les espions que le figaro et le point avaient bien vendu, au fait toujours pas jugé ).

à écrit le 27/12/2021 à 10:11
Signaler
ILs sont bons dans le marketing, ya du beau linge ! J'entends dilution et dissolution dans Renaultlution...

à écrit le 27/12/2021 à 10:04
Signaler
La stratégie depuis 20 ans de Renault est vraiment surprenante... J'espère que l'histoire ne se souviendra pas que d'une alliance qui avait tout pour être une réussite, mais que des hommes ont plombé par ego / vanité / incompétence. Un partage ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.