Tesla a licencié environ 400 salariés en une semaine

 |   |  205  mots
Tesla, qui emploie plus de 33.000 personnes, avait fait état début octobre de goulets d'étranglement dans la production de sa nouvelle Model 3.
Tesla, qui emploie plus de 33.000 personnes, avait fait état début octobre de "goulets d'étranglement" dans la production de sa nouvelle Model 3. (Crédits : Lucy Nicholson)
L'information, révélée par la presse, a été confirmée par un ancien employé. Le constructeur a indiqué dans un communiqué que l'évaluation annuelle de ses collaborateurs avait donné lieu à des "départs", sans en préciser le nombre.

Le constructeur de voitures électriques Tesla a licencié environ 400 personnes lors de la semaine écoulée, a dit un ancien employé du groupe en confirmant une information de presse.

Le groupe de Palo Alto (Californie) a indiqué dans un communiqué que l'évaluation annuelle de ses collaborateurs avait donné lieu à des "départs", sans en préciser le nombre, mais aussi à des promotions.

"Ils sont environ 400 à être concernés, y compris des chefs d'équipe et superviseurs. On ne connaît pas le chiffre exact", a dit l'ancien employé, qui travaillait sur une chaîne de montage et a demandé à rester anonyme.

Il a souligné avoir été licencié bien que n'avoir jamais fait l'objet d'une évaluation négative. L'information avait été révélée vendredi par le journal local Mercury News.

Production de la Model 3

Tesla, qui emploie plus de 33.000 personnes, avait fait état début octobre de "goulets d'étranglement" dans la production de sa nouvelle Model 3, son premier modèle destiné au grand public avec un prix de départ à 35.000 dollars (29.600 euros), soit moitié moins que la Model S.

La production du nouveau modèle a débuté en juillet mais seulement 260 exemplaires sont sortis d'usine au troisième trimestre.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2017 à 7:44 :
1,2% de sa masse salariale, y compris les départs volontaires. C'est plus un ajustement, lié à des améliorations de processus, qu'une charrette. A ce stade de la production et de la montée en puissance, c'est une quasi évidence.
a écrit le 16/10/2017 à 3:41 :
visiblement aux States, ou tu bosses ou tu dégages : c'est pas comme en France : moins tu bosses plus tu as d'argent !!!!
Réponse de le 17/10/2017 à 5:04 :
Bertrand, pouvez-vous étayer votre propos ?
a écrit le 15/10/2017 à 17:09 :
Assez de monsonges !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :