Volkswagen : Ferdinand Piëch revend tout, l'histoire d'une chute vertigineuse

L'ancien PDG de Volkswagen, petit-fils du fondateur de la marque automobile allemande a cédé le reste de ses actions au capital du holding familial qui contrôle le groupe. Celui qui a construit ce groupe planétaire s'en va par la petite porte fermant ainsi deux années troubles pour le groupe. Sa chute pourrait ne pas étrangère au scandale des moteurs truqués dont il aurait tenté d'anticiper la crise...
Nabil Bourassi
(Crédits : © Fabian Bimmer / Reuters)

Clap de fin pour une légende de l'industrie automobile allemande ! Ferdinant Piëch a cédé ses dernières parts dans Porsche S.E. (14% du capital estimé entre 1 et 1,2 milliard d'euros), le holding familial qui contrôle le groupe Volkswagen (32% du capital et 52% des droits de vote du groupe). Celui qui a fait de Volkswagen le groupe planétaire qu'il est aujourd'hui s'en va donc par la petite porte. Il quitte la scène industrielle allemande et automobile avec la résignation d'un homme qui a perdu une bataille, aussi dérisoire soit-elle comparée à celles remportées sur les fronts industriels, technologiques et financiers et qui sont autrement plus impressionnants.

Une interview mystérieuse

C'est d'ailleurs probablement parce que le patriarche s'est aventuré sur un terrain où il n'est pas à l'aise qu'il a perdu ses moyens : le terrain médiatique. Et il faut bien avouer que cette bataille a été mal enclenchée. Personne n'a compris, jusqu'à aujourd'hui, pourquoi Ferdinand Piëch a annoncé au printemps 2015 son intention de limoger Martin Winterkorn, le grand patron de Volkswagen AG, qu'il avait pourtant lui-même intronisé comme son successeur.

Ces déclarations avaient provoqué un véritable séisme dans le microcosme industriel allemand. Volkswagen volait de record en record, Audi affichait des marges opérationnelles frôlant les 9% et taillait des croupières aux BMW et Mercedes, en Chine, les ventes ne cessaient de grimper, et le groupe est sorti quasi intact de la crise des subprimes qui a pourtant dévasté l'industrie automobile mondiale.

Les analystes ne parvenaient pas à interpréter la déclaration de Ferdinand Piëch, certains sont même allés jusqu'à s'interroger sur son état de santé intellectuelle.

Les autres actionnaires de Volkswagen n'ont pas davantage compris et ont affiché leur soutien à Martin Winterkorn, notamment l'État région de Basse-Saxe qui détient 20% du capital. Un comité directeur de crise est néanmoins réuni pour tenter de sortir de la polémique. Mais Ferdinand Piëch persiste et signe dans une autre interview où il indique même avoir proposé le poste à Matthias Müller, le patron de Porsche. Alors rapidement, cette crise va se transformer en règlement de compte familial.

Le cousin qui voulait la tête de Piëch

Wolfgang Porsche, le cousin propriétaire de la marque éponyme, petit-fils de Ferdinand Porsche (qui est également le grand-père de Ferdinand Piëch par sa fille) avait tenté à la fin des années 2000 de s'emparer du groupe Volkswagen à travers une OPA inamicale. Il voulait alors fermer la boucle de l'Histoire puisque c'est son grand-père qui avait fondé Volkswagen avant la Deuxième Guerre mondiale avant de fonder la marque sportive après la guerre. Les deux branches de la famille sont réputées pour se faire la guerre. L'une reprochant à l'autre de ne pas porter l'illustre nom, l'autre répondant avoir au moins l'étoffe du grand-père sur les compétences en ingénierie. Ferdinand Piëch est connu pour avoir inventé des moteurs extrêmement performants et pour avoir rationalisé l'appareil industriel du groupe.

L'offensive de Porsche au capital de Volkswagen connait un beau succès puisqu'il parvient à racheter une bonne part du capital. Sauf que la crise des subprimes va gripper ses finances. Ferdinand Piëch en profitera alors pour lancer une contre-OPA et finit par racheter Porsche. Pour cette branche familiale, il s'agit d'une véritable humiliation qu'elle ne digèrera jamais.

La crise managériale autour de Martin Winterkorn va ainsi être le prétexte pour régler une bonne fois pour toutes cette rivalité familiale. En quelques semaines, Ferdinand Piëch, incapable de convaincre, prostré dans une position mystérieuse, est contraint à la démission.

Piëch était-il au courant du scandale des moteurs truqués

L'histoire ne s'arrête pas là, puisque quelques mois plus tard, l'affaire des moteurs truqués de Volkswagen éclate conduisant Martin Winterkorn à la démission. Il sera remplacé par Matthias Müller accomplissant ainsi le vœu de Ferdinand Piëch.

Un an plus tard, celui-ci commence toutefois à parler et laisse entendre que son initiative était notamment motivée par le fait qu'il était au courant qu'une enquête était en cours aux Etats-Unis. On a récemment appris, pour ajouter au côté totalement romanesque de cette histoire qu'il aurait été renseigné par l'ancien ambassadeur israélien en Allemagne qui lui-même tenait cette information du Mossad. Il aurait alors interrogé Martin Winterkorn dans un couloir du salon automobile de Genève. Sauf que celui-ci l'aurait rabroué en affirmant que tout était sous contrôle. Ce qui était évidemment faux, ce qui n'avait pas échappé à Ferdinand Piëch qui voyait poindre la catastrophe. Même défait, le "patriarche" n'a rien perdu de sa puissance intellectuelle, mais son manque de doigté l'a conduit à une chute irrémédiable.

Nabil Bourassi

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 11/04/2017 à 12:25
Signaler
Attendez de voir ce qu'il va faire de son milliard avant de parler de petite porte: il est capable de lancer un Tesla européen.

à écrit le 11/04/2017 à 10:17
Signaler
"offensive de Porsche au capital de Volkswagen connait un beau succès ....... sauf que la crise des subprimes va gripper ses finances....": arrêter comme si c'etait a cause de cela que le rachat ne s'est pas fait. VW a été protégé par la loi Volks...

à écrit le 11/04/2017 à 9:51
Signaler
Il part par la petite porte .... avec 1.2 Milliards d'euros. Le povre

à écrit le 11/04/2017 à 9:32
Signaler
Ferdinand Piëch est le plus grand capitaine d'industrie que l'Europe ai connu, Ferdinand Piëch est l'ingénieur qui a démontré ses capacités à tous les niveaux, Ferdinand Piëch avoir été l'ingénieur moteur des Porsche en particulier ceux des 91...

le 12/04/2017 à 9:57
Signaler
comme quoi même les grands hommes vieillissent et perdent leur bon sens.

à écrit le 11/04/2017 à 8:39
Signaler
Volkswagen aurait du être nationalisé après guerre, que l'on ai gardé les mêmes actionnaires que sous Hitler est quand même particulièrement nauséabond. Merci pour cette information, je me demandais ce qu'il en était mais je ne voulais pas vraime...

le 11/04/2017 à 9:31
Signaler
Presque tous les groupes allemands ont survecus, apres guerre. Renault a construit durant la 2nd guerre des tanks et de l'armement pour l'Allemagne nazie, l'auriez-vous oublie ? La guerre est terminee, ne ruminez pas. Les allemands sont travailleurs,...

le 11/04/2017 à 9:55
Signaler
@réponse de matins calmes "Les allemands sont travailleurs, pas comme les francais qui sont jaloux et rancuniers. "...L'inverse est tout aussi vrai, comme affirmer que la Terre est ronde...

le 11/04/2017 à 10:18
Signaler
" Renault a construit durant la 2nd guerre des tanks et de l'armement pour l'Allemagne nazie, l'auriez-vous oublie ?" Non par contre vous vous oubliez que Renault a non seulement fait de la prison pour cela mais son entreprise a été nationalisée,...

le 11/04/2017 à 10:41
Signaler
Renault a ete nationalise certes, mais par ex Berliet lui est passé a travers les gouttes. Et c est pas le seul¨(on en a un qui a meme finit president de la republique) Et si VW n a pas ete nationalisé c est qu a l epoque ca ne valait rien (Henry ...

le 11/04/2017 à 10:53
Signaler
"De toute facon, c etait il y a 70 ans, il est peut etre temps de tourner la page non ?" Sans rire c'est tout ce que vous avez à dire ? L'analyse est là, on a pas à tourner la page ou pas, l'histoire est ce qu'elle est c'est à nous autres hum...

le 11/04/2017 à 13:38
Signaler
CitoyenBlasé : vos ''vérités'' sont toujours autant dans la nuance ! La nationalisation est LA solution, c'est bien connu ! Et tout se serait mieux passé sous cette forme. Quant à reconnaître la qualité d'un homme tel que Piëch, ca ne vous traverse...

le 11/04/2017 à 13:59
Signaler
"La nationalisation est LA solution, c'est bien connu ! " Encore une fois je ne dis pas ça, je dis juste qu'il est important de savoir que l'oligarchie s'est parfaitement accommodée du nazisme. L'oligarchie étant un phénomène millénaire, rapp...

le 11/04/2017 à 17:20
Signaler
@citoyen blasé: tout le monde ne peut pas rêver du revenu universel. Certains ont des talents et des ambitions, mais ils sont sur le terrain, les manche retroussées, et n'ont pas leur carte du parti socialiste/communiste/fasciste pour essayer de refa...

le 12/04/2017 à 9:36
Signaler
comme d'habitude vous n'apportez strictement rien au débat vous êtes seulement là pour écrire n'importe quoi, car votre capacité à résonner ne vous permet que ça, je signale donc votre trollage flagrant.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.