Volkswagen met fin à la coûteuse crise de ses fournisseurs

 |   |  394  mots
Le groupe Volkswagen peut perdre jusqu'à 100 millions d'euros par semaine si l'usine de Wolfsburg est paralysée.
Le groupe Volkswagen peut perdre jusqu'à 100 millions d'euros par semaine si l'usine de Wolfsburg est paralysée. (Crédits : © Fabrizio Bensch / Reuters)
Le groupe a été contraint de geler la production de la Golf et de la Passat. Près de six usines sur les dix que compte Volkswagen en Allemagne, ont été touchées par des mesures de chômage partiel.

C'est la fin d'un coûteux imbroglio industriel pour Volkswagen. Le constructeur automobile allemand a annoncé un accord avec les fournisseurs qui, une semaine plus tôt, avaient gelé leur livraison, paralysant toute la chaîne de production du deuxième groupe automobile mondial.

28.000 salariés menacés de chômage technique

Le groupe allemand n'a pas divulgué les détails de cet accord, mais il était urgent pour lui de faire aboutir les discussions au plus vite. Près de six usines, dont celle de Wolfsburg, étaient touchées par la suspension des livraisons. Près de 28.000 salariés du groupe pourraient être touchés par des mesures de chômage partiel.

Privé des pièces nécessaires à la fabrication des boîtes de vitesse, Volkswagen a ainsi annoncé la suspension de la production de la Golf, son modèle-phare, pendant une semaine entière. Sur d'autres sites, c'est la Passat qui a vu sa cadence de production fortement réduite, cette fois en raison d'un problème d'approvisionnement en pièces textiles. La banque UBS a estimé à 100 millions d'euros par semaine le coût de fermeture de l'usine de Wolfsburg, ajoutant craindre que d'autres fournisseurs se joignent également au mouvement.

58 millions d'euros d'indemnités réclamés

CarTrim et ES Automobilguss accusaient Volkswagen d'avoir dénoncé des contrats sans explications ni indemnités et avaient ainsi décidé en représailles d'interrompre leurs livraisons. Ils estimaient leur manque à gagner à plusieurs dizaines de millions d'euros et réclamaient en conséquence des indemnités. D'après le Süddeutsche Zeitung, les deux PME, qui appartiennent à un groupe plus large basé en Slovénie baptisé Prévent, réclament 58 millions d'euros d'indemnités.

"Volkswagen nous pousse à agir ainsi car nous voulons protéger nos salariés et assurer l'avenir de notre entreprise", a déclaré Alexander Gerstung, directeur d'ES Automobilguss GmbH, cité par Les Echos. Selon lui, l'attitude du groupe allemand est "inacceptable et peut mener n'importe quelle petite entreprise à la ruine".

Cette affaire dure depuis plusieurs mois puisque Volkswagen et ses deux fournisseurs tentaient de résoudre leur litige devant la justice. Bien que le tribunal ait mis en demeure les deux PME de livrer Volkswagen, celles-ci ont refusé et fait appel de cette décision. Volkswagen ne dit pas si l'accord trouvé ce mardi met également un terme à la procédure judiciaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :