Le bâtiment en France va encore perdre près de 30.000 emplois cette année

 |   |  222  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
50.400 emplois ont déjà été supprimés en 2009 dans le bâtiment en France sur un total de près de 1,2 million et 82.000 intérimaires (en équivalent temps plein).

Didier Ridoret, président de la Fédération française du bâtiment (FFB) a annoncé ce mercredi que le secteur devrait enregistrer en 2010 une baisse d'activité de 3% par rapport en 2009 après les -8% de l'an passé.

Du coup, il risque de perdre encore entre 25.000 et 30.000 emplois après les 50.400 supprimés en 2009 sur un total de près de 1,2 million et 82.000 intérimaires (en équivalent temps plein).

Mais à ses yeux, "il est indéniable que le plan de relance et les mesures d'accompagnement ont porté leurs fruits. Le nombre de postes sauvegardés grâce à ces coups de pouce serait proche de 30.000 en 2009 et de 25.000 en 2010. " Sans cela, le recul aurait "certainement avoisiné les 10% en 2009 et 5% en 2010, au lieu des 8% et 3% prévus".

Il a souligné que le secteur connait ne très légère remontée des carnets de commandes (6,9 mois à fin mars contre 6,3 mois à fin décembre 2009 pour le gros oeuvre) mais n'envisage pas une "embellie" du secteur "avant la fin 2010", les prévisions de mises en chantier pour 2010 étant inférieures à l'an dernier. En revanche, le marché de l'amélioration-entretien (-2,5% en volume en 2009 contre -1,6% prévu originellement) devrait bénéficier des mesures prises suite au Grenelle de l'Environnement, notamment grâce aux 100.000 éco-prêts à taux zéro (PTZ) accordés à des particuliers.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/04/2010 à 14:54 :
Si les prix de l'immobilier n'étaient pas aussi démesurés, les français pourraient peut-être massivement acheter et le bâtiment repartirait à la hausse !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :