Plus de 14% du capital de Lafarge dans une main égyptienne

 |  | 193 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters
La présence de la famille Sawiris au capital de Lafarge remonte à l'acquisition d'Orascom Cement, financée aux deux-tiers par dette et pour un peu moins d'un tiers par une augmentation de capital réservée aux Sawiris. Lafarge avait conclu à cette occasion, en décembre 2007.

NNS Holding, contrôlé par la famille égyptienne Sawiris présente au conseil d'administration de Lafarge, a acquis en mars pour 19,5 millions d'euros d'actions du premier cimentier mondial, portant à plus de 14% sa participation au capital du groupe français, lit-on jeudi dans un avis de l'Autorité des marchés financiers. Selon les documents de l'AMF, NNS Holding a acheté un total de 469.047 actions Lafarge les 18, 21 et 22 mars, portant ainsi sa participation à 14,06% du capital du cimentier contre une participation de 13,90% à fin 2010 d'après les données Thomson Reuters. A fin 2010, NNS détenait également 19% des droits de vote.

La présence de la famille Sawiris au capital de Lafarge remonte à l'acquisition d'Orascom Cement, financée aux deux-tiers par dette et pour un peu moins d'un tiers par une augmentation de capital réservée aux Sawiris. Lafarge avait conclu à cette occasion, en décembre 2007, un pacte d'actionnaires d'une durée de dix ans avec certains membres de la famille Sawiris et NNS Holding. Ceux-ci comptent deux administrateurs, dont Nassef Sawiris.

A la Bourse de Paris, l'action du cimentier a clôturé à 43,8750 euros en hausse de 3,01%. Sa capitalisation boursière s'élève à 12,58 milliards d'euros.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 25/03/2011 à 8:56 :
L?acquisition d?Orascom a plombé lourdement les comptes de Lafarge et cela n?a rien à voir avec les évènements du moyen orient. Orascom était aussi en Corée du Nord, sans commentaire.
Au Pakistan , condamnation pour cartel le 27 août 2009 la compétition commission au Pakistan, pas de provision , la société est en perte sur plusieurs exercices.
En Afrique du Sud , en novembre 2009 le cimentier PPC dénonce le cartel aux autorités.
En Algérie les autorités ont lancé deux mandats d?arrêt internationaux contre des cadres de Lafarge. Raffarin appelé à la rescousse essaye de débloquer la situation. L?opération Orascom n?a jamais été acceptée et à juste titre par les autorités algériennes.
La Commission européenne a annoncé, vendredi 10 décembre 2010, l'ouverture d'une enquête contre plusieurs producteurs de ciment, qu'elle soupçonne d'avoir constitué un cartel illégal dans l'UE.
Lafarge vient tout juste de payer une amende de 250MEUR pour des faits similaires.
En Irak , deux cimenteries héritées d?Orascom près de Suleimanie et depuis trente jours la population se révolte , toute l?économie est bloquée. Pour celle de Kerbala , le partenaire de Lafarge , le fonds de Merchant Bridge a perdu se deux gérants morts à Suleimanie en Février 2010. Le fonds est aussi impliqué dans l?affaire de la banque Frey à Zurich.
On peut continuer encore la liste est longue, que fait l?AMF ? Comment peut on comptabiliser
6 milliards d?euros de goodwill sur l?affaire Orascom ?
Et les journalistes de la Tribune déjà en week end ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :