Olympus : on a retrouvé le banquier japonais à l'origine du scandale

 |   |  247  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Reuters a retrouvé dimanche, dans un ensemble d'appartements de luxe à Hong Kong, un banquier japonais qui est un personnage clé du scandale financier impliquant le groupe Olympus.

Reuters a retrouvé dimanche, dans un ensemble d'appartements de luxe à Hong Kong, un banquier japonais qui est un personnage clé du scandale financier impliquant le groupe Olympus.

L'homme, très en colère d'avoir été localisé, n'a pas voulu répondre aux questions de Reuters.

La petite société d'investissement d'Akio Nakagawa est devenue célèbre pour avoir gagné 687 millions de dollars en honoraires auprès d'Olympus pour la prise de contrôle, pour deux milliards de dollars, de la société britannique d'équipement médical Gyrus en 2008. Il s'agit, en proportion, de l'honoraire de conseil le plus élevé jamais enregistré, selon les données Thomson Reuters.

Cette somme, reconnaît aujourd'hui Olympus, avait été utilisée pour dissimuler grâce à un montage habile des pertes sur investissement remontant aux années 90.

On ne savait pas jusqu'à dimanche où se trouvait l'ancien banquier de PaineWebber. Il est apparu très surpris quand il a vu apparaître un journaliste de Reuters.

"Allez-vous en", a répété Nakagawa en anglais au journaliste de Reuters qui tentait de l'approcher. Le banquier, qui semblait avoir une soixantaine d'années, se trouvait en compagnie d'une femme d'un certain âge,

Nakagawa est apparu bronzé, grand et mince. Interrogé sur le montant de la commission, il a déclaré au concierge de l'immeuble : "s'il vous plaît, contactez la police." Il s'est ensuite rapidement dirigé vers un ascenseur tandis que le concierge empêchait le journaliste de Reuters de l'approcher.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :