Lafarge en Syrie : trois cadres mis en examen

 |   |  310  mots
Lafarge est soupçonné d'avoir fait transmettre de l'argent à l'EI en échange de l'obtention de laissez-passer pour ses employés et de s'être, sous couvert de faux contrats de consultants, approvisionné en pétrole auprès de l'organisation, qui avait pris le contrôle de la majorité des réserves stratégiques du pays à partir de juin 2013.
Lafarge est soupçonné d'avoir fait transmettre de l'argent à l'EI en échange de l'obtention de laissez-passer pour ses employés et de s'être, sous couvert de faux contrats de consultants, approvisionné en pétrole auprès de l'organisation, qui avait pris le contrôle de la majorité des réserves stratégiques du pays à partir de juin 2013. (Crédits : Gonzalo Fuentes)
Le cimentier français Lafarge est soupçonné d'avoir pactisé avec Daech. Le directeur de la cimenterie de Lafarge en Syrie à partir de l'été 2014 est poursuivi pour "financement d'une entreprise terroriste". Deux autres directeurs du groupe ont été mis en examen dans la soirée de vendredi.

Article initialement publié à 16h39 et mis à jour à 19h49.

Ils sont désormais trois. Trois cadres du cimentier Lafarge ont été mis en examen ce vendredi 1er décembre. Ils sont soupçonnés d'avoir, via leur entreprises, indirectement financé des organisations jihadistes, dont le groupe Etat islamique, pour se maintenir en Syrie malgré la guerre.

Frédéric Jolibois, directeur de la cimenterie de Lafarge en Syrie à partir de l'été 2014, a été le premier à être mis en examen pour "financement d'une entreprise terroriste", "violation du règlement européen" concernant l'embargo sur le pétrole syrien et "mise en danger de la vie d'autrui", a précisé à l'AFP Jean Reinhart. Bruno Pescheux, directeur de l'usine de 2008 à 2014, et Jean-Claude Veillard, directeur sûreté chez Lafarge, l'ont ensuite suivis.

Deux autres cadres du groupe ont été présentés vendredi aux juges d'instruction en vue d'une éventuelle mise en examen.

Lafarge, soupçonné d'avoir pactisé avec Daech

Le dossier est hors-norme : le groupe, qui a fusionné en 2015 avec le Suisse Holcim, est soupçonné d'avoir pactisé avec l'organisation d'Abou Bakr al-Baghdadi, derrière les attentats les plus meurtriers commis en France ces dernières années, pour continuer à faire fonctionner en 2013 et 2014 son usine de Jalabiya (nord de la Syrie).

Lafarge est soupçonné d'avoir fait transmettre de l'argent à l'EI en échange de l'obtention de laissez-passer pour ses employés et de s'être, sous couvert de faux contrats de consultants, approvisionné en pétrole auprès de l'organisation, qui avait pris le contrôle de la majorité des réserves stratégiques du pays à partir de juin 2013.

Entendu une première fois début 2017 par les douanes judiciaires, Frédéric Jolibois avait reconnu avoir acheté du pétrole à "des organisations non-gouvernementales" notamment kurdes ou islamistes, en violation de l'embargo décrété par l'Union européenne en 2011.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2017 à 12:03 :
Les fusibles sautent. Pas facile le travail de serviteur même celui des plus proches des possédants.
Réponse de le 03/12/2017 à 18:00 :
Un lien tout chaud qui tombe nickel: "Un cadre de VW dit avoir été "manipulé" dans le scandale diesel" https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN1DX0K6/un-cadre-de-vw-dit-avoir-ete-manipule-dans-le-scandale-diesel.html

Éloquent, quand la fiction dépasse la réalité et depuis longtemps.
a écrit le 03/12/2017 à 11:36 :
Et Fabius, quand sera t-il jugé pour ses sympathies pour Al Nostra ? : " Al Nostra fait du bon boulot "
a écrit le 02/12/2017 à 18:08 :
Pourquoi sont ils sanctionnés ? Ils n'ont fait qu'appliquer un principe du capitalisme transpartisan, la fin justifiant les moyens ai demeirant et daesh au final un client comme un autre....non? 😁
a écrit le 01/12/2017 à 20:00 :
C'est embarrassant cette affaire. Je ne peux pas m'empêcher d'être admirative des dirigeants de Lafarge qui ont eu à gérer cette situation très compliquée.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :