Le directeur France d'Easyjet devient le patron d'Easyhotel

 |   |  297  mots
(Crédits : Reuters)
L'enseigne hôtelière vient de nommer comme CEO le directeur France et Italie de la compagnie aérienne Easyjet. François Bacchetta, 54 ans, prendra ses fonctions au printemps 2020.

[publié le 7/01/2020 à 13h17, mis à jour le 7/01/2020 à 14h57 avec des précisions sur l'actionnariat]

Après quinze ans chez Easyjet, le directeur France et Italie de la compagnie aérienne, François Bacchetta, 54 ans, est nommé directeur général d'Easyhotel à compter du printemps 2020, a annoncé la chaîne d'hôtels ce 7 janvier 2020. Il remplace Guy Parsons qui a démissionné en novembre dernier lorsque le consortium d'investisseurs Bidco en a pris le contrôle.

"François [Bacchetta] a une expérience significative sur le marché européen du voyage, y compris dans les principaux pays d'Europe continentale en croissance chez Easyhotels", est-il écrit dans un communiqué. "Surtout, François a une forte compréhension de la marque "Easy" dont il fut responsable des stratégies de croissance dans sa région [...]"

Ce dernier, qui déclare avoir "hâte de diriger l'expansion en Europe" d'Easyjet, se félicite en outre de rejoindre une entreprise qu'il "admire énormément". Le président non-exécutif du conseil d'administration, Harm Meijer, ne dit pas autre chose et déclare "aspirer à devenir un leader européen" sur ce segment des hôtels low-cost.

Créée en 2004 et sur le marché français depuis l'automne 2018, Easyhotel revendique un parc de 40 hôtels et de 3.759 chambres. Ses sites propres sont majoritairement situés au Royaume-Uni, à Barcelone et à Nice. Outre le Royaume-Uni, ses franchises sont, elles, présentes en Allemagne, au Bénélux, en Suisse, au Portugal, en Bulgarie, en Hongrie ainsi qu'à Dubaï.

En octobre 2019, le consortium Icamap Investors, constitué d'Ivanhoé Cambridge, filiale immobilière de la Caisse des dépôts et placement du Québec, ainsi que d'Icamap, société de gestion de fonds d'investissement spécialisée en immobilier, annonçait avoir pris le contrôle de 68,8% du capital.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/01/2020 à 14:23 :
Easytruc, Easymachin.... la compétence technique dans le domaine importe peu. Quand il s'agit de faire du fric, tout est bon même si l'incompétence des dirigeants dans le domaine conduit les entreprises à leur perte. Eux s'en sortiront toujours, avec les class actions qui leur sont dues même si la boite coule....
Réponse de le 07/01/2020 à 15:39 :
Une action d'une boîte qui coule ne vaut pas grand chose. Commentaire absurde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :