Mediator, questions sur un scandale : 500 ou 1000 morts, le gouvernement socialiste au courant ?

 |   |  439  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Trois professeurs de médecine de la Sécurité sociale ont alerté dès septembre 1998 la direction de l'Agence du médicament des risques de l'utilisation de l'anti-diabétique Mediator comme coupe-faim. Bernard Kouchner était alors secrétaire d'Etat à la Santé. Par ailleurs, le nombre de morts pourrait ne pas être de 500 mais de 1.000.

Trois semaines avant la remise du rapport de l'Inspection générale des affaires sociales (Igas) à Xavier Bertrand, ministre de la Santé, l'affaire Mediator fait l'objet de nouvelles révélations. Le Figaro a publié samedi une lettre de trois professeurs de médecine de la sécurité sociale par laquelle ils ont alerté la direction de l'Agence du médicament des risques de l'utilisation de l'anti-diabétique Mediator comme coupe-faim. Leur lettre est datée du 21 septembre 1998. Bernard Kouchner était alors secrétaire d'Etat à la Santé.

Les responsables politiques socialistes chargés alors de la Santé en France, notamment Martin Hirsch, directeur de cabinet de Bernard Kouchner, disent avoir tout ignoré de cette alerte.
Le quotidien indique que d'autres enquêtes, auxquelles se référent la Commission nationale de pharmacovigilance, évoquent officieusement ces risques dès 1995. Or, en France, le médicament n'a été retiré du marché français que quinze ans plus tard, fin 2009, après la publication du livre de la pneumologue Irène Frachon démontrant le risque mortel de valvulopathie du Médiator. Cette information bat en brèche la ligne de défense du ministère de la Santé et de Servier. Tous deux assuraient que la France n'avait aucunement tardé à retirer ce médicament commercialisé par les laboratoires Servier depuis 1976.
 

Xavier Bertrand doit aussi faire face à une autre polémique, celle du nombre de décès. Selon Didier Houssin, directeur général de la Santé, «il n'y a pas de divergences entre les experts». Le 16 novembre, une estimation présentée à l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé faite par l'épidémiologiste Catherine Hill chiffrait à «au moins cinq cent morts» les victimes du Mediator. Un autre chiffre vient d'être dévoilé par une étude de Mahmoud Zureik, directeur de recherche à L'Inserm, et Agnès Fournier, épidémiologiste à l'Inserm, publiée par Le Figaro. Les deux chercheurs, qui ont oeuvré avant l'étude menée par Catherine Hill, estiment que le nombre de morts attribuables au Mediator s'établit entre 1.000 et 2.000.

La différence de chiffres provient de la méthodologie adoptée. Les deux chercheurs ont inclus les «personnes décédées quatre ans après leur hospitalisation». L'étude présentée postérieurement s'est concentrée sur les décés à court terme. «Probablement, il aurait été préférable de fournir les deux estimations», a convenu Didier Houssin. Cette estimation du nombre de décès liés au Mediator vient, là encore, contredire Jacques Servier qui déclarait au Monde le 21 novembre : «nous voudrions comprendre où ils sont».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2011 à 10:12 :
ce médicament m a été prescrit avant 1998 et je l ai pris durant environ 2 mois.Qu est ce que je risque? qui contacter ?
a écrit le 24/12/2010 à 9:54 :
Ce médicament à été retiré au EU depuis 1997par son fabricant par peur des actions de groupe.Pourquoi ces actions ne sont elles pas possible en France ????????
a écrit le 21/12/2010 à 12:58 :
Laboratoire servier ou l'histoire du veau d'or ?
Quand la cupidité fait faire n'importe quoi à certains, Servier a suspendu la vente de son médicament chez nos voisins européens, pourquoi ne l'ont ils pas fait en France???
a écrit le 21/12/2010 à 10:46 :
Pourquoi ce médicament qui était à la base pour traiter le diabète était -il prescrit par les médecins à des patients non diabétiques mais qui voulaient maigrir. Quelle inconscience.Certains médecins font tout de meme n'importe quoi.
a écrit le 21/12/2010 à 10:34 :
L'erreur est humaine quand l'on ne sait pas, cela devient un crime quand on sait et que l'on ne fait rien. Il est inadmissible que les lobbies l'emportent sur la santé publique.
a écrit le 20/12/2010 à 22:40 :
Avant 1995, de nombreux pharmaciens d'officine avaient alertés la pharmacovigilance des possibles effets secondaires nocifs de ce médicament. Certains avaient aussi conseillé aux malades de consulter régulièrement un cardiologue.
Et comment se fait-il que la SS ait continué à rembourser sans rien dire ce médicament, alors que dans la plupart des cas il était prescrit hors AMM ( donc alors non remboursable!) c'est à dire hors de ses indications précises...
a écrit le 20/12/2010 à 17:36 :
Voyez comme les Politiques sont calmes et sereins. Ils savent qu'ils ne risquent rien. Accusez, argumentez, dénoncez... si vous voulez, mais on ne se souvient de rien et on est responsable de rien.
Ces gens sont des minables.
a écrit le 20/12/2010 à 14:25 :
Médicament sans effet, remboursé par la SS malgré les informations qu'elles posséde, des responsables politiques inactifs, a qui profite le ...
a écrit le 20/12/2010 à 11:04 :
Voilà ou aboutissent le mélange des genres et toutes les formes de lobbying !!
Bravo à Irène FRACHON pour son courage !!
a écrit le 20/12/2010 à 10:24 :
Ce qui apparait, et malheureusement, est en train de devenir le énième scandale de santé publique dans ce pays" pionnier" du bien-être suscite au moins deux interrogations: 1°Les pays développés, comparables à l'Hexagone, ont-ils connu aussi depuis un gros demi-siècle une telle "kyrielle de scandales de santé? : thalidomide,transfusion sanguine,amiante, etc...à ne pas oublier non plus sur un registre proche les personnels militaires irradiés au Sahara lors des explosions expérimentales de bombes atomiques..2°.Le Médiator a été autorisé en 1976 ,il aura fallu attendre novembre 2009,c'est à dire 34ans pour qu'e celui-ci soit retiré du marché,alors que la première déclaration d'insuffisance cardiaque aortique a été dépistée chez un patient ,alors que l'Isoméride ,médicament chimiquement similaire au Médiator avait été retiré en 1997,c'est à dire iil ya treize ans..;3°Il serait bien séant que les gouvernants de ce pays depuis 1995,surtout, s'ils étaient sous "le régime de la cohabitation" ,comme c'est le cas en espèce, fournissent rapidement aux citoyens de ce pays les explications auxquels ils ont droit.
a écrit le 20/12/2010 à 9:39 :
Il faudrait que tous les courriers adressés par qui que ce soit à l'agence du médicament soit accessibles sur un site internet dédié de façon à ce que tout le monde puisse en prendre connaissance.Par exemple si les gens avaient lu le courrier des trois professeurs, il n'y aurait pratiquelment pas de décès.D'autre part, une liste des médicaments encore vendus en France, mais interdits à l'étranger serait également bienvenue. Comment faut-il faire pour obtenir tout cela? Un avocat peut-il s'en charger?
a écrit le 20/12/2010 à 9:38 :
Si Servier n'avait pas été un labo français, de surcroît extrêmement adroit dans le lobbying, ne croyez-vous pas que le Mediato aurait eté interdit depuis longtemps...
Réponse de le 20/12/2010 à 16:19 :
les lab. Servier en 2009 enrobaient (toujours) les comprimés Trivastal 50 de la substance cancérigène Rouge cochenille, interdite dans de nombreux pays. Un journaliste pourrait à l'occasion vérifier si cela continue encore......
a écrit le 20/12/2010 à 7:13 :
Le Secrétaire à la Santé de l'époque s'est surtout investi à faire disparaitre les petites pharmacies (loi de répartion 99)"les petites boutiques" comme il disait,c'est pourtant elles qui se sont inquiétées les premières des similitudes de la molécule, les grosses boutiques ne pensaient qu'à faire du "chiffre"....
a écrit le 19/12/2010 à 18:31 :
JACQUES SERVIER VEUT SAVOIR OU ILS SONT, A LA MORGUE,

En fait les décès comptabilisés suite a empoisonnement MEDIATOR, ne comportaient que les personnes décédées rapidement..Voir les autres personnes qui ont été plus résistantes ???ET POUR LES PERSONNES A VENIR ??'



a écrit le 19/12/2010 à 17:34 :
autre exemple concernant l'afssaps :
cet organisme est en charge de la securité d'utilisation des appareils medicaux electroniques qui peuvent etres perturbés par les ondes electro magnetiques comme il est ecrit dans leur documentation , a ce titre elle a été auditionné le 5/7/2006 par l'Opecst (rapport 3431) en reponse a une question d'un parlementaire elle donne une stimation d'appareils en service de l'ordre de 800 000 (sic) ce qui correspond aux seuls appareils d'immunité 10 V/m en "oubliant" les 20 millions d'appareils en service d'immunité 3V/m comme les thermometres ou lecteurs de glycemie L'agence ne connait meme pas la definition des appareils dont elle a la charge ou dissimule 95% du parc!!!

L'opecst en 2006 lui demande d'informer et de mettre en place un systeme pour faire remonter les informations (coclusion du rapport) depuis 4 ans rien n'a ete fait , pire le fait que ces appareils peuvent etre perturbés par la pollution electromatique est toujours dissimulé dans tous ses documents. Elle n'a meme pas fait le debut du travail !!!!!!
Réponse de le 19/12/2010 à 17:59 :
Interdit de les utiliser à proximité d'un four micro-onde, d'un tél. portable, talkie-walkie, appareils wifi, bluetooh, téléphones DECT, ... sauf si ils sont complètement éteints ....
a écrit le 19/12/2010 à 17:16 :
C'est comme ca que les dessous de table se transforment en dessous..... la terre.. !!!
a écrit le 19/12/2010 à 15:34 :
Bilan des socialistes en matière de santé publique
Sang contaminé ,responsables et non coupables et Fabius qui fait le beau a la télé
Vache folle
Mediator maintenant.
Et certains voudraient les voir ?
Réponse de le 20/12/2010 à 15:53 :
Commentaire stupide! Du 2 juin 2005 au 26 mars 2007, Xavier Bertrand était ministre de la Santé dans le gouvernement de Dominique de Villepin (remarquable Premier Ministre et excellent candidat pour 2012). Quel est le bilan de X.Bertrand et quelle est son action dans l'affaire du Mediator? SILENCE RADIO ET CHAPE DE PLOMB! Quels sont vos arguments pour le défendre?.....Aaahhhh, vous n'en avez pas! Si, un seul, je vous l'explique : il ne fallait pas "faire de la peine" à Jacques Servier (décoré par Sarkozy de la Légion d'Honneur), donateur de 1er rang pour l'Ump et habitué du Fouquet's et du Bristol. Pendant ce temps, les malades crèvent.
Réponse de le 20/12/2010 à 16:06 :
Bachelot est ses 90 millions de vaccins a montrer le savoir faire de la droite dans ce domaine ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :