Amende de 99 millions d'euros contre Pfizer pour avoir surfacturé un médicament

 |   |  372  mots
Pfizer conteste vivement les accusations, le groupe indiquant qu'il va faire appel de tous les aspects de la décision.
Pfizer conteste vivement les accusations, le groupe indiquant qu'il "va faire appel de tous les aspects de la décision". (Crédits : © Andrew Kelly / Reuters)
Les dépenses du système de santé publique britannique dédiées au phénytoïne, un antiépileptique du géant américain, ont bondi. L'Autorité de la Concurrence et des Marchés estime que Pfizer a imposé des prix trop élevés.

Le géant pharmaceutique américaine Pfizer a écopé d'une amende de 84,2 millions de livres (99 millions d'euros) pour avoir surfacturé un médicament antiépileptique au système de santé publique (NHS) britannique, a annoncé mercredi 7 décembre l'autorité de la concurrence britannique.

L'Autorité de la Concurrence et des Marchés (CMA) britannique reproche au groupe d'avoir imposé des prix beaucoup trop élevés pour ce traitement entre 2012 et 2013, augmentant d'autant la prise en charge qui revient au NHS.

Les dépenses du NHS pour le médicament en question, des cachets de phénytoïne, sont passés de 2 millions de livres par an en 2012 à environ 50 millions en 2013, selon un communiqué. Son tarif a ensuite baissé quelque peu en 2014.

Le prix du médicament était en outre bien plus élevé au Royaume-Uni que dans les autres pays européens où Pfizer le commercialise.

La sécurité sociale britannique forcée de compenser la hausse

Le NHS n'avait d'autres choix que de payer pour compenser la hausse des prix puisque les personnes qui suivent le traitement, au nombre de 48.000 au Royaume-Uni, n'ont pas la possibilité d'en utiliser un autre sous peine de conséquences néfastes pour la santé.

Le CMA, qui leur a demandé de baisser leurs prix, estime que les deux sociétés ont abusé de la position dominante qu'elles avaient sur ce marché, en surfacturant le médicament, qui était devenu en 2012 un générique et dont le prix n'était de ce fait plus soumis à régulation.

"Les sociétés ont délibérément profité" de cette occasion "pour augmenter le prix d'un médicament sur lequel comptent des milliers de patients", explique dans le communiqué Philip Marsden, un responsable du CMA.

Selon lui, "ces hausses de prix exceptionnelles ont coûté au NHS et au contribuable des dizaines de millions de livres".

Pfizer conteste

Dans un communiqué transmis à l'AFP, Pfizer conteste vivement les accusations, le groupe indiquant qu'il "va faire appel de tous les aspects de la décision".

Les commentaires du CMA "sont faux au regard des faits et de la loi", écrit Pfizer, qui dit avoir agi avec "intégrité" et en respectant totalement les règles de concurrence.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/12/2016 à 15:21 :
PFIZER ? Pour y avoir travaillé pendant plusieurs années, c'est une entreprise de voyous qui planque ses bénéfices aux Caïmans, en passant par le Luxembourg etc..... et il y en a pour des milliards !!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :