Arrivée du variant alors que la France est en surchauffe épidémique : la Haute autorité de Santé très inquiète

"Une exponentielle, une fois qu'elle est lancée, on ne peut plus l'arrêter", a alerté Dominique Le Guludec, la présidente de la HAS. "C'est un moment inquiétant. Nous sommes tous inquiets puisque nous savons que ce variant anglais va arriver; et plus il arrivera sur une situation épidémique déjà élevée, une circulation du virus élevée, pires seront les conséquences."

3 mn

Une exponentielle, une fois qu'elle est lancée, on ne peut plus l'arrêter. Aujourd'hui, grâce aux modélisations des épidémiologistes, on sait prévoir dès le début de la courbe. Donc il faut à la fois prendre des mesures assez tôt pour éviter d'être en plein dedans et limiter la hauteur du pic, et pas trop tôt non plus car, un confinement, vous voyez bien à quel point c'est terrible pour tout le monde, a déclaré lundi la présidente de la Haute Autorité de santé (HAS), Dominique Le Guludec.
"Une exponentielle, une fois qu'elle est lancée, on ne peut plus l'arrêter. Aujourd'hui, grâce aux modélisations des épidémiologistes, on sait prévoir dès le début de la courbe. Donc il faut à la fois prendre des mesures assez tôt pour éviter d'être en plein dedans et limiter la hauteur du pic, et pas trop tôt non plus car, un confinement, vous voyez bien à quel point c'est terrible pour tout le monde", a déclaré lundi la présidente de la Haute Autorité de santé (HAS), Dominique Le Guludec. (Crédits : Eric Gaillard)

La France traverse un "moment inquiétant" face à l'épidémie de coronavirus qui devrait nécessiter des mesures plus strictes, dont la date de mise en oeuvre dépendra des données reçues dans les tout prochains jours, a déclaré lundi la présidente de la Haute Autorité de santé (HAS), Dominique Le Guludec.

Ces données, attendues mardi ou mercredi, porteront à la fois sur l'impact du couvre-feu à 18h00 élargi à toute la France depuis le 16 janvier et sur la présence de nouveaux variants du SARS-CoV-2 plus transmissibles.

Lire aussi : Covid-19 en 24h : Macron sous la pression d'un troisième confinement

Conseil de défense mercredi pour décider d'un 3e confinement ou non

Un conseil de défense sanitaire est programmé mercredi mais aucune décision sur un troisième confinement, que le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy a jugé "probable" dimanche à l'antenne de BFM TV, n'est encore prise, ont assuré plusieurs ministres lundi matin.

"Il y a des hypothèses mais pas de décision à cette heure", a indiqué le secrétaire d'Etat aux Affaires européennes Clément Beaune sur Radio Classique.

"Cette question n'est pas réglée et sera débattue en conseil de défense mercredi", a ajouté le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste Djebbari, au micro de FranceInfo.

"Les débats auront lieu à la fois sur les données observées sur ces trois, quatre, cinq dernières semaines et sur les données épidémiologiques qui sont prévues et qui prennent évidemment pleinement compte des variants, de leur propagation et de leur dynamique", a-t-il dit.

Lire aussi : Face à la menace des variants, un troisième confinement n'est pas exclu

Clé de la décision: les chiffres de réanimations et de décès

À la question de savoir si le gouvernement attend ces données "pour savoir si on boucle cette semaine ou la prochaine", Dominique Le Guludec a répondu sur France Inter : "Exactement."

"On attend de voir comment se passe la montée des cas dans les réanimations, la montée des décès et deuxièmement, la proportion de variant anglais (...) Je ne crois pas que le gouvernement sait aujourd'hui", a-t-elle précisé.

"C'est un moment inquiétant. Nous sommes tous inquiets puisque nous savons que ce variant anglais va arriver et plus il arrivera sur une situation épidémique déjà élevée, une circulation du virus élevée, pires seront les conséquences", a dit la présidente de la HAS.

"Une exponentielle, une fois qu'elle est lancée, on ne peut plus l'arrêter. Aujourd'hui grâce aux modélisations des épidémiologistes, on sait prévoir dès le début de la courbe. Donc il faut à la fois prendre des mesures assez tôt pour éviter d'être en plein dedans et limiter la hauteur du pic, et pas trop tôt non plus car un confinement vous voyez bien à quel point c'est terrible pour tout le monde."

"On va le savoir très vite (si on est au début de la courbe exponentielle). C'est grâce à cette montée en quinze jours qu'on va pouvoir prévoir le reste", a déclaré Dominique Le Guludec.

La France a enregistré dimanche 18.436 nouveaux cas de contamination par le coronavirus SARS-CoV-2 en 24 heures et 172 décès supplémentaires dans les hôpitaux, montrent les chiffres publiés par les autorités sanitaires.

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 25/01/2021 à 18:04
Signaler
Allez voir sur youtube le témoignage du Dr. Li-Meng Yan (virologue chinoise) ,vous allez pas être déçu en particulier sur l'hydroxychloroquine.

à écrit le 25/01/2021 à 14:24
Signaler
On peut rappeler qu'une dizaine de membre de l'ARS ont été récompensé le 1er janvier avec légion d'honneur,ordre national du Mérite et tout le tintouin par Macron.Ou comment les avoir à la botte.

à écrit le 25/01/2021 à 14:14
Signaler
"la Haute autorité de Santé très inquiète" On aimerait qu'elle le soit au moins tout autant face à ce véritable carnage du cancer sur les moins de 65 ans mais là on ne l'a jamais entendu, ben oui ya bon chimothérapie miam miam plein de gros sous ...

à écrit le 25/01/2021 à 13:19
Signaler
No comment ! J'attends que des choses concrètes se passent dans la rue. Une bonne chienlit populaire contre une chienlit sanitaire. Ça résoudra rien mais ça fera du bien de voir souffler un vent de liberté.

à écrit le 25/01/2021 à 11:58
Signaler
"la Haute autorité de Santé très inquiète" Notre activité médicale actuelle nous fait prolonger nos vies, du moins essaye, mais par contre ne nous soigne pas. Elle est totalement liée au commerce des laboratoires pharmaceutiques, elle ferait mieu...

à écrit le 25/01/2021 à 11:58
Signaler
Quel bonheur de vivre dans la république des médecins. Je vais mourir en bonne santé, mais sans plus vraiment vivre. Enfin, j'aurai au moins des amis virtuels et une famille virtuelle grâce aux écrans... tiens, ça me rappelle un livre...

à écrit le 25/01/2021 à 11:43
Signaler
Waouh, ce n'est pas une bonne nouvelle car depuis un an, ils se sont souvent inquiétés beaucoup trop tard...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.