Bayer demande plus de temps pour finaliser le rachat de Monsanto

 |   |  317  mots
Bayer a indiqué que son pôle d'agrochimie serait confronté à la volatilité des marchés mondiaux sur les derniers mois de 2017.
Bayer a indiqué que son pôle d'agrochimie serait confronté à la volatilité des marchés mondiaux sur les derniers mois de 2017. (Crédits : Ina Fassbender)
Le projet de rachat de l'américain Monsanto ne sera pas plié avant début 2018 contrairement à ce qui a été annoncé auparavant. En parallèle, Bruxelles se prononcera sur cette opération d'ici le 8 janvier.

La date butoir est reportée. Bayer a annoncé, mardi que le projet de rachat pour 66 milliards de dollars (soit 56 milliards d'euros) de l'américain Monsanto ne serait pas finalisé avant le début de l'année prochaine, alors qu'il tablait auparavant sur la fin 2017.

Les régulateurs européens se sont fixés jusqu'au 8 janvier pour évaluer cette opération, mais le groupe allemand a demandé une extension de ce délai au 22 janvier.

La Commission européenne a fait savoir qu'elle se prononcerait bientôt sur cette requête.

"Une finalisation de l'accord au début de 2018 est désormais plus probable qu'à la fin 2017", a déclaré Liam Condon, patron de la division Crop Science de Bayer.

Bruxelles a ouvert, le mois dernier, une enquête approfondie sur le projet de rachat du spécialiste américain des semences par le géant allemand de l'agrochimie, se disant "préoccupée par ses implications en matière de concurrence".

> Lire aussi : Bayer-Monsanto : Bruxelles lance une enquête approfondie sur la fusion

Quid du développement des nouveaux produits ?

L'exécutif européen estime, en effet, que la fusion pourrait ralentir le développement de nouveaux produits et ne veut pas voir Bayer occuper une position hégémonique sur le marché des semences et des pesticides.

Bayer, qui organisait mardi une journée presse pour Crop Science, a indiqué que son pôle d'agrochimie serait confronté à la volatilité des marchés mondiaux sur les derniers mois de 2017 avant de renouer progressivement avec la croissance en 2018, y compris au Brésil.

En juin, Bayer avait indiqué que le niveau élevé de stocks chez ses clients brésiliens pèserait sur ses bénéfices annuels.

Le titre Bayer perdait 0,45% à 110 euros vers 9h10 GMT à la Bourse de Francfort, signant l'une des plus fortes baisses du Dax qui reculait de 0,19% au même moment.

(Avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :