Biotech : comment SideROS veut vaincre le cancer par le fer

 |  | 631 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : DR)
La jeune biotech développe une nouvelle molécule contre les récidives et les métastases du cancer. Après avoir reçu le label « Deeptech » de Bpifrance, elle entre en levée de fonds.

La jeune pousse SideROS met au point une nouvelle arme. Sa molécule vise à tuer les cellules souches cancéreuses responsables des rechutes et des métastases. La bonne idée : les attaquer à partir de leur spécificité pour les détruire sans abimer les autres. Le projet de SideROS est parti d'une découverte. En étudiant les cellules souches cancéreuses qui font croître les tumeurs et provoquent des récidives, Raphaël Rodriguez a remarqué qu'elles contenaient beaucoup plus de fer que toutes les autres. C'est notamment ce qui leur permet de se multiplier très vite pour entretenir les tumeurs. C'est donc ce fer que va viser le chercheur pour détruire ces cellules spécifiques responsable des rechutes de cancer. Des cellules souvent résistantes aux thérapies classiques.

Pour les attaquer, le chercheur va créer une petite molécule de synthèse dérivée de la salinomycine et brevetée sous le nom de ironomycine. Son action :  Perturber l'équilibre du fer dans les cellules du corps. Si cette perturbation ne semble pas dangereuse pour la majorité de nos cellules peu chargées en fer, elle se révèle redoutable pour les  cellules souches cancéreuses. Dans la mesure où elles en contiennent beaucoup, cette perturbation induit une réaction qui génère une substance toxique pour la cellule. Une substance proche des radicaux libres qui la détruit.



Crée par le chercheur Raphaël Rodriguez et l'économiste Robin Rivaton, SideROS a vu le jour en 2019. Rapidement, la jeune pousse est distinguée par le prix de la start-up innovante du concours i-LAB, organisé par le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, en partenariat avec Bpi France, ainsi que le label « Deeptech » décernée par Bpifrance. Avec une molécule qui s'adresse à tous les types de cancer, le potentiel de l'ironomycine semble prometteur, comme l'illustre sa CEO Lucie Mondoulet :  « La toxicité de cette molécule est très limitée par rapport à celles des thérapies classiques. Elle pourrait être utilisée en cas de récidive mais aussi en première intention dans une association avec les chimothérapies. Son action permettra d'ailleurs peut-être de diminuer les doses de chimiothérapie administrées au patient sans perdre en efficacité. Ce qui limitera les effets secondaires et améliorera la qualité de vie. »

Actuellement, l'ironomycine est en phase d'étude pré clinique pour mesurer son efficacité et son absence de toxicité sur des modèles animaux. En parallèle, la jeune pousse a confié la fabrication de sa molécule à un façonnier européen CDMO. Selon les dirigeants de SideROS, les études cliniques devraient démarrer au premier semestre 2022 et nécessiteront 4 à 6 ans avant une possibilité d'accès au marché. Dans le rôle du CEO, Lucie Mondoulet est une ancienne de DBV Technologies. Fort de son expérience avec la biotech française délocalisée aux États-Unis et cotée au Nasdaq, elle connaît bien les différentes étapes du développement et apprécie cette période stimulante et créative. Comme elle l'explique : « Les patients atteints de cancer décédent généralement non pas de la tumeur initiale, mais des rechutes et des métastases développées par les cellules souches cancéreuses. Les besoins médicaux sur les rechutes et les métastases sont très grands. »

Contrairement aux immunothérapies très complexes à produire et très coûteuses, travailler sur une petite molécule est bien plus simple et devrait permettre d'en maitriser le prix. Un an après sa création, SideROS s'est lancé dans une levée de fond de 5 millions d'euros d'ici la fin d'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2020 à 21:39 :
Bonjour j'admire votre savoir scientifique car je n'ai qu'un bac+2sciences mais je sais que l'amiante était inoffensive, comme la la fumée de cigarette passive le glyphosate et un tas d'autres molécules inoffensives .Des scientifiques probablement aussi experts que vous si pas plus se posent des questions. Je voulais juste insister sur le fait qu'il s'agit pas de progrès mais de recherche de maximiser les capitaux investis dans ce soit disant progrès .L'échelle logarithmique ne m'impressionne pas sinon celle de la connerie et de la prétention macronique et d'immenses scientifiques pareils à vous.
a écrit le 24/09/2020 à 16:32 :
Ah! L'âge du fer! Enfin grâce au métal on pouvait se trucider avec efficacité. Haro sur les cellules ferro-ferrugineuses. L'alcool Non!, mais l'eau ferru-ri-ri-gineuse Oui!.
a écrit le 24/09/2020 à 15:10 :
Comme "citoyen blasé" ,seule la course aux fric importe suprêmement la démocratie soit disant libérale et Jupiter a décidé que la 5G se fera sans moratoire et recherche sur la nocivité des ondes électromagnétiques ultra-courtes capables de scinder des molécules et provoquer des cancers que la start-up et les labo transformeront en milliards. La course au fric est la seule contrainte de l'Europe et de ses nations à qui on a enlevé toute souveraineté. On nous prend pour des veaux sans un atome de cervelle .Panem and circemses(du pain et des jeux)disaient les romains, nous ce sont des séries américaines et Canteloup pour endormir le peuple.....Je me fais pas d'illusion mon commentaire sera censuré comme d'hab! Merci a"citoyen blasé".
Réponse de le 25/09/2020 à 8:19 :
"la nocivité des ondes électromagnétiques ultra-courtes capables de scinder des molécules"
ça fait rêver (en négatif) ! Vous pensez aux radiations ionisantes ? Les rayons X, gamma sont très très² très² loin des ondes radio. Un peu de sérieux, SVP. Voir une échelle (logarithmique) des ondes sonores jusqu'aux ondes cosmiques, il faut savoir la lire/comprendre. C'est logarithmique.
Si vous croyez ce que vous dites je comprends que vous soyez inquiet, votre téléphone mobile il est en 4G ? 3G, 2G (comme le mien et me suffit laaaargement), 0G ?
L'émetteur du Mt du Chat à 20km à vol d'oiseau de chez moi a 3 antennes TV TNT à 140kW chacune, ça ne semble chagriner personne, 500kW dans les bandes 500-900MHz (les GSM c'est 900MHz, 1,8GHz, 3GHz et qq pour la 5G à venir).
a écrit le 24/09/2020 à 10:12 :
L'idéal étant que nous ne l'attrapions pas mais le secteur marchand se fait tellement de fric via l'agro-industrie infectieuse de perturbateurs endocriniens de masse et donc fournisseuse de cancers en veux-tu en voilà, les labos se font de juteux profits via la chimiothérapie et ils continuent à chercher des sources de profits dans le combat de cette p... de maladie.

L’État lui ne fait rien pour nous empêcher de l’attraper, l’État est totalement impuissant, volontairement lâche, à préserver la santé des citoyens français et c'est pas la gestion désastreuse de ce covid qui nous prouve l'inverse. Ensuite faut qu'ils arrêtent de nous interdire de nous questionner quant à leurs priorités hein !
Réponse de le 25/09/2020 à 7:24 :
Citoyen doit etre content, il a un nouvel ami, c'est riri.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :