Soupçonné de fraude, Valeant est visé par une enquête

 |   |  474  mots
A la clôture de la Bourse, mercredi, le titre de Valeant reculait de 2,98% à 27,32 dollars.
A la clôture de la Bourse, mercredi, le titre de Valeant reculait de 2,98% à 27,32 dollars. (Crédits : © Christinne Muschi / Reuters)
La justice américaine cherche à savoir si Valeant a fraudé les assurances maladies en cachant ses liens avec le distributeur américain par correspondance Philidor. Une pratique qui aurait boosté les ventes de médicaments du groupe pharmaceutique.

Énième coup dur pour Valeant. Le groupe pharmaceutique canadien est visé par une enquête aux Etats-Unis. Des procureurs fédéraux cherchent à savoir si ce dernier et Philidor, un distributeur américain par correspondance, ont fraudé en cachant aux assureurs leur relation étroite, rapporte mercredi le Wall Street Journal (contenu payant), qui se base sur des sources proches du dossier. Les liens entre Valeant et la pharmacie en ligne auraient permis au groupe pharmaceutique de booster ses ventes de médicaments, avance le média.

En clair, les procureurs tentent de déterminer si les assureurs pensaient que Philidor était neutre, plutôt qu'au service de Valeant. Ils veulent savoir si Philidor a menti à ces derniers pour faire en sorte que des patients obtiennent une couverture d'assurance pour des médicaments de Valeant dont le prix est particulièrement élevé, alors qu'il existait des alternatives moins onéreuses. L'enquête pourrait être conclue cette année, selon les sources relayées par le Wall Street Journal. Elle pourrait mener à des poursuites pénales contre d'anciens cadre de Valeant et de Philidor, selon l'une des sources.

Déjà le 21 octobre, le rapport de Citron Research, un courtier dirigé par Andrew Left, accusait Valeant de comptabiliser dans ses ventes des médicaments non vendus, et seulement stockés par son distributeur Philidor, afin de gonfler ses chiffres et donc ses prix de vente. Le 30 octobre, Valeant avait rompu ses liens avec Philidor. Ce dernier avait annoncé sa fermeture quelques jours plus tard.

Valeant, déjà sous le coup d'une enquête

Dans un communiqué publié mercredi, Valeant n'a pas souhaité commenter "les rumeurs". Mais il a rappelé avoir déjà fait état l'an dernier d'une enquête du ministère de la Justice de l'Etat de New York.

"Nous avons pleinement collaboré avec les autorités pendant l'enquête et nous sommes en contacts fréquents et continuons à coopérer avec le bureau du procureur du district sud de New York", a ajouté le groupe pharmaceutique.

Valeant, sur la voie de la résilience ?

A la clôture de la Bourse, mercredi, le titre de Valeant reculait de 2,98% à 27,32 dollars. En un an le groupe a perdu autour de 80 milliards de dollars en Bourse, en raison d'avertissements sur résultats, d'erreurs de comptabilité, ou encore de la défiance de la justice et des politiques américains. Le groupe pharmaceutique pâtit désormais d'une dette de plus de 30 milliards de dollars, dont près de 5 milliards de dollars arrivant à échéances en 2018.

La société réfléchit à la cession de 8 milliards de dollars d'actifs non stratégiques pour se désendetter, et prévoit de recentrer le groupe sur ses métiers de base. Cette annonce formulée le 9 août lui avait permis de prendre près de 25% en Bourse ce jour-là.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/08/2016 à 15:36 :
Merci pour cet article et on comprend parfaitement que ces multinationales investissent massivement dans des services juridiques.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :