Guerre du gaz : les livraisons russes quasiment interrompues en France

 |   |  722  mots
Les approvisionnements de gaz russe en Europe sont désormais totalement interrompus, créant de graves difficultés pour les pays d'Europe de l'est et des Balkans. L'Union européenne appelle à une solution d'urgence alors que les négociations doivent reprendre jeudi à Moscou. La France est à son tour touchée ce mercredi soir. GDF Suez rassure toutefois sur l'état des stocks.

La tension est montée d'un cran encore ce mercredi dans le conflit gazier qui oppose la Russie à l'Ukraine. Fortement perturbés depuis mardi, les approvisionnements de gaz russe en Europe, qui transitent par le territoire ukrainien, sont désormais totalement interrompus dans quasiment tous les pays d'Europe. Et ce alors qu'une vague de froid sévit sur le Vieux Continent.

Selon les agences presse russes, c'est le Premier ministre et ex président Vladimir Poutine qui a ordonné ce mercredi au géant énergétique russe Gazprom de suspendre les approvisionnements de gaz via l'Ukraine. Le directeur général de Gazprom, Alexeï Miller, le lui a proposé car il accuse Kiev de détourner du gaz, écrit l'agence Interfax. Poutine aurait accepté et même déclaré : "cela devrait être fait ouvertement, en présence d'observateurs internationaux".

Du côté de la France, le ministre de l'énergie et du développement durable Jean-Louis Borloo a réaffirmé ce mercredi que l'approvisonnement en gaz de la France n'était pas menacé. Le gaz russe ne représente en effet que 16% des approvisionnements. Une réunion ministérielle s'est tenue ce mercredi soir sur le dossier. La ministre de l'économie a même ouvert la voie à une future baisse des prix du gaz compte tenu de la chute des cours du pétrole surlesquels le gaz est en partie indexé. GDF Suez a tenu à rassurer en indiquant que la France disposait de stocks de gaz pour 80 jours de consommation normale. (Retrouvez le communiqué du Premier Ministre sur le sujet daté du 7/1/09)

Plus inquiétant toutefois: on a appris ce mercredi soir que les livraisons de gaz russe en France étaient quasiment interrompues selon le gestionnaire du réseau de transport de gaz GRTGaz. Il a annoncé devoir "faire face à une quasi interruption des arrivées de gaz naturel à Obergailbach (Moselle), le point d'entrée du gaz d'origine russe sur son réseau de transport".

La situation est beaucoup plus dramatique dans les pays d'Europe de l'est et des Balkans. Ainsi, en Bulgarie, qui dépend à 90% du gaz russe, plusieurs milliers de Bulgares ont dû se passer de chauffage durant la nuit et de nombreux établissements scolaires du pays sont restés fermés ce mercredi notamment dans la capitale bulgare Sofia. En Bosnie, la situation menace de tourner au drame humanitaire alors que le pays, dépendant à 100% du gaz russe, grelotte sous des températures de -10° Celsius. 

Les industriels sont aussi touchés. En Hongrie, la filiale du constructeur automobile Suzuki, l'un des plus grands employeurs du pays, a suspendu sa production en raison des restrictions imposées par les autorités hongroises aux industriels en matière de gaz naturel. ArcelorMittal a pour sa part été contraint de suspendre l'activité industrielle sur son site bosniaque de Zenica. Les usines slovaques du groupe PSA Peugeot Citroën et du coréen Kia Motors vont également cesser leur production jeudi en raison des pénuries de gaz.

Seul espoir désormais, un règlement rapide du conflit. Le chef de la société ukrainienne Naftogaz, Oleg Doubina, a réaffirmé ce mercredi qu'il se rendrait à Moscou demain jeudi pour rencontrer le patron du géant russe Gazprom, Alexeï Miller, et tenter de résoudre la crise gazière opposant la Russie et l'Ukraine.

Face à l'interruption des livraisons de gaz, l'Union Européenne est également montée au créneau pour mettre la pression sur les deux parties. Bruxelles a ainsi appelé à nouveau à "une solution urgente" au contentieux gazier russo-ukrainien et demandé une "reprise immédiate" de toutes les livraisons à l'Europe. La Commission européenne se dit prête, si les livraisons n'étaient pas rétablies, à envoyer des observateurs en Ukraine et en Russie pour superviser les flux de gaz en provenance de Russie et transitant par l'Ukraine en direction de l'Union européenne.

De son côté, l'Agence internationale de l'Energie (AIE) a qualifié ce mercredi l'interruption des livraisons de gaz vers l'Europe "totalement inacceptable". Elle appelle Gazprom et l'ukrainienne Naftogaz à les reprendre d'urgence et à négocier. "C'est totalement inacceptable sachant que les clients européens ne font pas partie du différend, qu'ils ont des contrats à long terme assortis de prix justes et qu'ils ont payé en temps et en heure" leur gaz, souligne le communiqué de l'AIE.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je l'ai écris hier il croit pouvoir faire la même chose que les pays producteur pétrole voir leur force sur le marcher puis multiplier le prix par 10 il se lance dans une bataille de dernière chance pour montre leur force face a Europe
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la culture russe est de ne jamais faire de concessions et de toujours faire jouer la loi du plus fort.En l'occurence le plus fort en matière de gaz c'est eux. Donc aucune chance de compromis si on ne trouve pas un moyen de pression à la hauteur du problème. La confiscation de leurs villas sur la côte d'azur et à Mégève est à envisager?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'approvisionnement en gaz venant de Russie n'est pas fiable. En vertu d'un principe de précaution, on serait en droit d'interdire à l'Entreprise qui importe de passer des contrats avec la Russie concernant la fourniture de gaz, afin d'éviter des pénuries futures et garantir le confort de nos concitoyens....Mais cela est contraire à la volonté générale de mondialisation et pourrait être assimilé à une poussée de protectionnisme. Qui va gagner ? Le Marché! Le prix du gaz va augmenter sous prétexte d'une offre plus faible ou d'un risque plus grand. Une troisième voie serait peut-être que Sarko s'occupe un peu des gens de son pays, et oblige GdF à avoir des concurrents en France, qui l'empêcheraient d'augmenter les prix sous n'importe quel prétexte. Quel serait le vrai prix du gaz aujourd'hui si une entreprise faisait les bons choix d'approvisionnement ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
et si nous nous approvisionnions ailleurs? je suis sur que nous l'aurions mois cher,et cela contenterais d'autre pays qui n'attendent que cela,je suis sur que pour les pots de vin ceux qui les touchent d'un cote les recupererais bien de l'autre.!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il ne faut pas se tromper, Le Ukrainiens ont besoin de ce gaz Russe. Ils n'en produisent plus que en partant du charbon et les mines par manque d'entrtien ne produisenrt pas ce qu'elles devraient. Depuis terès long§temps les ukrainiens volesnt le gaz au R!usses
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
16 % du gaz Français est Russe et 76 % Algerien !
Kestion : c'est Grace à L'Algérie et Aux Algériens que vous étes bien au Chaud Mr le président et Mrs et Mmes les français (e) s , Alors pk les expulsé vous ? le petrole et le gaz viennes de chez eux , les shit et le sex vienne du maroc , la haine et le recisme de la france !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
comment les pays européens peuvent ils faire confiance à la Russie, et surtout; à Poutine qui dirige tjrs le pays. Déjà c'est inadmissible qu'il joue aux bras de fer avec les occidentaux, et ce ne sera pas la dernière fois. Cette personne est pire que Brejnev a l'époque de la guerre froide; En plus il organisera les jeux olympiques. Sommes nous donc si crédules?? Heureusement que la France s'est diversifiée en approvisionnements et ne subit pas trop ce chantage. Car pour moi ce n'est que ça, punir les ex pays de l'est ( pourquoi n'ont ils pas des cours et contrats sur 20 ans, chaque année c'est le même chantage. Je crois que c'est les contrats avec gazprom qui sont les pires que l'Europe à signé. Demandez donc ou va cet argent..... de toutes leurs matières premières, sûrement pas aux lambda russes, mais uniquement chez les oligarques et la clique de l'entourage de ceux qui gouvernent. La seule chose qui intéresse Poutine c'est de faire payer les traitres et de baiser les européens, Ein attendant il est bien au chaud et doit bien se marrer, car les mêmes équipes lui feront la courbette Et dès que ce problème pour cette année est résolue. le prochai épisode au prochain hiver. Le Président REAGAN avait dit à l'époque que c'était le pire contrat en matière d'approvisionnement pour l'Europe.L'histoire nous le dira. En plus ils ont besoin d'argent, vu que les cours de pétroles ont tellement chutés voir extraits DU DOSSIER GAZ dans l'express, c'est très intéressant. pourquoi les dirigeants ne s'intéresse pas aux milliards des comptes de poutine, car avec sa solde il devrait travailler des centaines d'années pour avoir un pactole pareil. + de 3 mlds de dollars il y à deux ans.... c'est le jack-pot assuré dans un pays ou il est payé en roubles ( soit en monnaie de singe.) Enfin autant faire confiance à un cobra.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :

Il faut en tirer la leçon pour l'avenir. La France doit limiter à moins de 10 pour cent l'approvisionnement à l'est. On peut se passer aisément du gaz russe. Qu'ils se le garde !

a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Alors que le prix du gaz est indexé sur celui du pétrole et que par voie de conséquence il devrait considérablement baisser, tout au contraire, et cela a d'ailleurs déjà été annoncé par les médias bien avant cette crise, on envisage donc d'augmenter le prix du gaz. Pour justifier cette monumentale mascarade bien orchestrée par les pouvoirs en place, il faut y préparer l'opinion publique et comment s'y prend-on ? tout simplement de la même façon qu'on s'y est pris pour cette autre monumentale mascarade qu'a été la grippe aviaire, on se sert du pouvoir de la presse écrite et télévisée, d'internet aussi pour assouvir les esprits et leur faire admettre une augmentation tout à fait injustifiée au prétexte de ruptures d'approvisionnement. Voilà. C'est dit. Les Français sont des veaux prêts à boire ce qu'on leur donne, tout ce qu'on leur donne à boire. A qui la faute ? A cette presse asservie au pouvoir.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
que l ont instaures le blocus de la russie comme les americains avec cuba $* c'est a vrai dire une guerre foide
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La fusion GDF/Suez a fait découvrir au plus grand nombre que le gaz servi ici n'était pas plus de France qu'il ne passait par le canal de Suez. Réduire sa dépendance envers de telles énergies et leur usage doit rester une priorité, car, une nouvelle fois, le gaz monte à la tête de ces producteurs enivrés par la richesse et la puissance relative qu'il leur procure. Elles accentuent le manque de fiabilité personnelle de leurs dirigeants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :