Le charbon, 1ère source d'énergie mondiale en 2017 !

 |   |  624  mots
Sur un site de Macarthur, en Australie.Copyright Reuters
Sur un site de Macarthur, en Australie.Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Tiré par l'immense appétit de la Chine, le charbon devrait d'ici 5 à 10 ans détrôner le pétrole comme première source d'énergie mondiale, a averti mardi l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

Le charbon pourrait, en 2017, détrôner le pétrole pour devenir la première source d'énergie de la planète. C'est ce qu'affirme l'Agence internationale de l'énergie (AIE) dans un rapport publié ce mardi. Aujourd'hui, le charbon représente déjà près de 28% de l'énergie consommée dans le monde et est la première source d'électricité. "Grâce à des ressources abondantes et à une demande insatiable d'électricité en provenance des marchés émergents, le charbon a représenté près de la moitié de l'augmentation de la demande mondiale d'énergie lors de la première décennie du XXIe siècle", souligne l'AIE, l'organisation énergétique des pays développés. En 2017, la consommation de charbon devrait représenter 4,32 milliards de tonnes équivalent pétrole, tout près des 4,4 milliards de pétrole que devrait alors consommer la planète.

"Sans politique climatique, cette demande va continuer à augmenter"
"La part du charbon dans le bouquet énergétique mondial continue de progresser chaque année, et si aucun changement n'est fait aux politiques actuelles, le charbon rattrapera le pétrole d'ici une décennie", avertit la patronne de l'organisation basée à Paris, Maria van der Hoeven. "Le résultat, c'est que sans restriction à la consommation de charbon avec des politiques climatiques, la demande et le CO2 continueront à augmenter", s'alarme-t-elle.

En 2017, le monde brûlera en plus l'équivalent de la consommation actuelle de la Russie et des Etats-Unis

En 2017, le monde brûlera environ 1,2 milliard de tonnes de charbon supplémentaire par an, par rapport à aujourd'hui, l'équivalent de l'actuelle consommation de la Russie et des Etats-Unis réunis. "Le charbon, c'est la Chine. La Chine c'est le charbon", résume l'AIE. A lui seul, le géant asiatique, qui inaugure les centrales électriques à charbon à tour de bras, a représenté l'an dernier 46,2% de la consommation mondiale. Le cap des 50% devrait être franchi dès 2014. Mais la tendance est générale: l'AIE s'attend "à ce que la demande de charbon augmente dans toutes les régions du monde", à l'exception notable des Etats-Unis. L'Inde devrait ainsi ravir la place de deuxième consommateur mondial aux Américains d'ici 2017.

"L'exemple américain des gaz de schistes"

L'AIE note à ce propos qu'en l'absence d'un prix élevé du CO2, « seule une vive concurrence d'un gaz bon marché peu effectivement réduire la demande de charbon » en brandissant en exemple les conséquences aux Etats-Unis de la production du gaz de schiste. « L'expérience américaine suggère qu'un marché du gaz plus efficace, avec des prix flexibles et des ressources non conventionnelles domestiques produites de manière durable, peut réduite la part du charbon, des émissions de CO2 et la facture des consommateurs, sans nuire à la sécruité énergétique », plaide Maria Van der Hoeven. « L'Europe, la Chine et d'autres régions devrait en prendre note », insiste-t-elle.

La consommation en Europe devrait retomber à son niveau de 2011
Reste que le déclin du charbon aux Etats-Unis a entraîné un bond des exportations américaines, notamment vers l'Europe, note l'AIE. Conséquence: les prix du charbon en Europe ont chuté de 130 dollars la tonne en mars 2011 à 85 dollars en mai 2012. Ainsi, lors du premier semestre 2011, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Espagne ont tous les trois produit significativement moins d'électricité à partir de gaz (moins générateur de gaz à effet de serre), tout en produisant notablement plus à partir du charbon, souligne l'AIE.


Ce mouvement est cependant près du « pic », affirme l'AIE qui table en 2017 sur un retour de la consommation de charbon en Europe à un niveau « juste un peu » supérieur à celui de 2011, en raison de la part croissante des renouvelables et de la mise hors service des anciennes centrales électriques à charbon.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2012 à 22:32 :
Que dit Greenpeace sur les centrales à charbon en Europe ?
a écrit le 18/12/2012 à 19:53 :
Quand je lis ce texte , je me dit que chaque Européen responsable devrait respirer une fois sur deux afin de
minimiser le taux de co2 de la planète...t' en penses quoi Cécile....
a écrit le 18/12/2012 à 19:46 :
Et que disent les écolos ?
a écrit le 18/12/2012 à 17:44 :
Les craintes sur le CO2 et l'effet de serre sont déjà passés de mode. Incroyable !...
a écrit le 18/12/2012 à 16:54 :
Un des plus gros consommateurs de charbon en Europe, est l'Allemagne ! en fait de
charbon, il s'agit de lignite, un proto-charbon marron et humide, particuliérement polluant
et abondant dans les Lusaces, provinces de l'ancienne RDA, ainsi qu'en Pologne et en Tchéquie.
Les centrales nucléaires arrétées, ne seront donc pas remplacées par de gentils moulins
à vent ou des miroirs au alouettes solaires, mais par un trentaine de grandes centrales
au charbon/lignite, en cours de construction ou d'eztension. Il produiront plus que les
centrales au gaz du bon ami Wladi. Dans les Lusaces, on rase des villages entiers
pour ouvrir des mines de lignite à ciel ouvert ! Le lignite était la ressource énergétique
de la défunte DDR/RDA. Déjà à l'époque, on disait : "Die DDR stinkt !" ( la RDA pue !)
et on ne parlait pas seulement du régime politique.
a écrit le 18/12/2012 à 15:47 :
La politique de la France en matière énergétique a vraiment été nullissime : Le pétrole n'a jamais atteint les 400 usd comme prévu. Au contraire : 20USD dans les années 90. Maitenant il y a du gaz de schiste à 2 ou 4 USD le Mbtu, la tonne de charbon à 85 USD... et nous on construit un EPR déjà à 8,5 milliards qui sera probablement fini à 10 milliards a se rythme. Outre le risque de "japonisation", cet état de fait est un non sens économique. Au pire si on veux jouer a verdir le mix énergétique on peut taxé les fossiles (elles restent compétitives) pour financer l'avance des renouvelables. Taxer le nucléaire alors u'il n'est déjà plus rentable ça va être difficile (encore que les Allemands l'on fait).
a écrit le 18/12/2012 à 15:11 :
trop drôle !! et on va nous faire tout un cinéma pour quelques grammes de CO2/km produits par nos voitures alors que des centaines de millions d'individus vont brûler du charbon à la tonne :-)))
a écrit le 18/12/2012 à 14:10 :
D'accord avec vous
a écrit le 18/12/2012 à 13:41 :
Vive la population
Réponse de le 18/12/2012 à 14:12 :
hein
a écrit le 18/12/2012 à 13:33 :
Et dire que dans ma région qui abonde de charbon , les têtes pensante des houillères de France ont noyé les puits avec le materiel dedans avant de les fermer.
Réponse de le 18/12/2012 à 13:46 :
Dés qu'on ne pompe plus les mines se remplissent d'eau. Il suffira de pomper un jour...
a écrit le 18/12/2012 à 13:12 :
L'AIE est encore plus néo-soviétique qu'incohérent!
Depuis le début du XXème sciècle, les Power That Be avaient jetés leur dévolu sur le pétrole, n'hésitant pas à provoquer des guerres pour ça (Engdahl explique cela très bien) ...et c'est vrai que le pétrole, ça pollue moins, c'est facile à exploiter, c'est très dense énergétiquement, etc..
Ce que déclare l'AIE - entre les lignes - c'est qu'il n'y aura plus assez de pétrole (à des prix acceptables) à l'horizon 2017 pour satisfaire la soif d'énergie du monde, et que la filière "très Dickens" du charbon a le vent en poupe.. Soit.
Les élites de ce monde sont fermées à toute évolution; ce Système en voie de fossilisation va donc tomber..
Réponse de le 18/12/2012 à 14:13 :
hein

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :