Bruxelles autorise Paris à soutenir ses renouvelables

 |   |  490  mots
Plusieurs mécanismes français de soutien aux renouvelables approuvés par Bruxelles
Plusieurs mécanismes français de soutien aux renouvelables approuvés par Bruxelles (Crédits : Fotolia)
La Commission européenne a validé plusieurs arrêtés tarifaires concernant des installations photovoltaïques et de la petite hydraulique.

Conformément à la réglementation européenne, le gouvernement français doit notifier à Bruxelles le détail des mécanismes de soutien qu'il accorde aux énergies renouvelables. En décembre dernier déjà, la Commission avait ainsi validé les dispositifs de soutien à l'éolien terrestre, aux petites installations hydroélectriques, à la géothermie et à la méthanisation.

Vendredi 10 février, elle a également approuvé ceux appliqués aux installations solaires de moins de 100 kW placées sur les toits d'habitations ou de commerces, ce qui doit permettre à la France d'augmenter sa capacité solaire d'environ 1.500 mégawatts .

Quant à l'approbation du soutien aux plus grandes centrales photovoltaïques lancées entre 2011 et 2013, qui font l'objet de contrats d'obligation d'achat ou de complément de rémunération sur 20 ans, il entraînera d'augmentation de la capacité solaire française d'environ 1.100 mégawatts.

464 M€ d'aides accordées chaque année

Grâce à ces dispositifs, la France pourra augmenter sa capacité solaire d'environ 2 600 mégawatts. Un budget prévisionnel de 439 millions d'euros, par an, soit 8,8 milliards d'euros sur vingt ans, est prévu au total pour ces deux régimes.

Bruxelles a également validé l'appel d'offres lancé en 2016 par Ségolène Royal en faveur des petites installations hydroélectriques, pour une capacité globale de 60 MW. 25 millions d'euros par an, soit 500 millions d'euros sur 20 ans, sont prévus pour cette aide.

Ces mesures permettront « d'augmenter la part d'électricité produite à partir de sources d'énergie renouvelables, conformément aux objectifs environnementaux de l'UE, tandis que seraient limitées », estime la Commission.

Ces initiatives « stimuleront une utilisation accrue des sources d'énergie renouvelables et procureront une sécurité juridique au secteur, tout en limitant autant que possible le recours au soutien de l'Etat et es distorsions de concurrence engendrées par l'aide publique », a déclaré la commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager.

Ces aides devraient ainsi aider la France à atteindre son objectif pour 2020 de couvrir 23% de ses besoins énergétiques à partir de sources renouvelables.

Moins de 20% de la consommation électrique française

D'après le panorama 2016 des énergies renouvelables publié vendredi, cette proportion atteint aujourd'hui 19,6 % de la consommation électrique.

Toutes filières confondues, la croissance du parc de production d'énergies renouvelables a atteint près de 2,2 GW sur un an, portant sa puissance à plus de 45,8 GW au 31 décembre 2016. En année glissante, la production d'électricité s'est élevée à 94,7 TWh.

Avec des puissances installées de 18,4 GW, les filières éolienne et solaire contribuent à hauteur de 88 % à la croissance des énergies renouvelables électriques, représentant 96% des capacités installées sur le quatrième trimestre. Cette dynamique devrait se poursuivre, portée par les objectifs nationaux entérinés en avril 2016.

Avec près de 25,5 GW installés en France, la filière hydraulique, la première des énergies électriques de source renouvelable, demeure stable. Le parc de production d'électricité à partir des bioénergies s'élève pour sa part à 1,9 GW.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/02/2017 à 19:01 :
L'Union européenne sous la pression des pays scandinaves entre autres très avancés en matière d'efficacité énergétique a mis en place une politique énergétique très positive qui a permis le développement des énergies renouvelables, de l'efficacité énergétique, de la baisse des risques, de la baisse de la dépendance énergétique, de la hausse du recyclage etc. Ainsi les 28 ont avancé. Autrement çà aurait été impossible alors que les pays de l'Est étaient très en retard avec des logements mal isolés et des déchets parfois évacués dans les rivières comme en Bulgarie. Le monopole nucléaire en France était la seule solution à l'origine car la France n'avait plus guère d'énergie fossile et voulait la dissuasion. Mais ce monopole a ensuite bloqué l'essor des renouvelables dans lesquels nous étions en avance et de l'hydraulique pourtant auparavant très développé. Il fallait 7 ans pour un raccordement. En conséquence nous nous sommes fait dépassés dès les années 90 par les allemands puis dans les années 2000 par les chinois et avons perdu l'essentiel des marchés des renouvelables et des création importantes d'emplois qui vont avec comme démontré partout. Nous essayons de nous rattraper avec des niches comme l'hydrolien mais à coup d'investissements et de rachats coûteux. Notre secteur nucléaire lui est endetté de manière chronique et s'effondrerait sans appui public et l'Etats actionnaire à 85,6%. Il ne se vend guère à l'étranger, nous ridiculise en Finlande et constitue de plus en plus de risques pour nous lié à son âge comme l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) ne cesse de le constater. Donc merci à l'Union européenne d'avoir pus nous permettre de nous diversifier, de baisser les risques et de créer des emplois comme des entreprises d'avenir. Les véhicules électrique et leur essor en Europe qui sont les plus efficients c'est aussi grâce à l'Union européenne, à des programmes et soutiens. Donc merci à l'Union européenne tant décriée par des partis séparatistes comme le FN qui en profite pour tenter de la démolir avec le soutien du FSB de Poutine qui lui cherche à vendre son gaz et nous rendre dépendant avec Gazprom ou le nucléaire avec Rosatom groupe d'oligarques d'Etat.
a écrit le 13/02/2017 à 9:57 :
Je suis un ignare indécrottable et j'éprouve beaucoup de plaisir et d'intérêt intellectuel à lire, non seulement les articles, mais également les commentaires rédigés par d'autres lecteurs.

Et je m'aperçois qu'il y a encore beaucoup, beaucoup trop dirais je, de compatriotes qui adulent le supra nationalisme de l'UE mis en exercice par les commissaires ultra libéraux de Bruxelles.

La France obligée d'attendre le feu vert de Bruxelles pour engager sa politique énergétique et priée de passer par des appels d'offres ouverts à tous qui ne sont même pas limités à des entreprises de l'UE. Ces mêmes français qui s'étonnent et s'indignent de perdre tous nos emplois industriels applaudissent à l'octroi de marchés qui devraient être publics et qui sont confiés à des sociétés multinationales pratiquant le moins disant social de préférence dans des paradis libres de réglementation.

Mais bien sûr, pour eux, l'indépendance et la quasi autosuffisance en matière d'énergie durant plus de 50 ans a été une énorme erreur, le nucléaire a été une erreur, la puissance de l'Etat avant une large privatisation a été une erreur, les prix bloqués de l'électricité ont été une erreur... en somme tout a été une erreur. Quid du traitement social de l'abandon de tous les secteurs aux mains du privé, c'est à dire de quelques grands dirigeants et actionnaires très peu concernés par le maintien de l'emploi en France ?

Quand un peuple est capable d'élire des combinards et des malpropres, il ne doit pas s'étonner que les plus beaux fruits de son jardin finissent dans leurs poches.
Il en est de même avec les ultra libéraux de Bruxelles. Comment peut on admirer un Barroso qui a tellement fait pour la finance qu'il a fini par rejoindre ses rangs en agrandissant ses poches dans un format 5 XL sans que ce soit pour ses mains.

Non messieurs, permettez moi de préférer la souveraineté intra-muros. Au moins nous garderions nos emplois industriels et nous saurions avec qui nous avons affaire. Le bâton serait assez long pour leur apprendre l'honnêteté et la droiture.
a écrit le 12/02/2017 à 21:19 :
Je regrette personnellement qu'ils n'y a pas de place pour la géothermie dans notre bouqué énergie renouvelable, deux régions métropolitaine sont pourtant favorable à ce type d'exploitation, l'Alsace et la région parisienne..... La géothermie donne de très bon résultat dans les pays nordiques, quel ne soit pas développer en France est incompréhensible..... A moins que cela soit la volonté de quelques groupe politique, qui n'ons pas d'action dans ce type d'entreprise.....
Réponse de le 13/02/2017 à 22:49 :
Ce n'est pas exact il y a beaucoup de projets de géothermie mais les grands groupes visent plutôt la géothermie de moyenne profondeur pour l'apport aux réseaux de chaleur, ce qui est urgent mais assez vite rentable. Et d'autres souvent plus petits innovent pour optimiser les méthodes car les forages coûtent très cher à grande profondeur (2,5 Km et plus). Cette géothermie à grande profondeur est donc moins facilement rentable et son taux de retour énergétique (énergie produite/énergie investie) pas toujours évident donc ce sont les raisons pour lesquels on ne s'y lance pas à corps perdu mais avec beaucoup de travaux d'études préalables. Mais çà fait bien partie du mix même si çà va arriver moins vite que l'éolien plus ancien et plus abouti.
a écrit le 12/02/2017 à 14:14 :
On constate que grâce à l'Union européenne la corruption recule car sous la direction de plusieurs pays dont nordiques plus sérieux comme la Scandinavie alors que lorsque des partis nationaux soutenus par le Kremlin ont trop de pouvoir c'est la corruption qui s'impose et la dégradation des comptes public. C'est bien l'Europe des Nations qui a échoué et voulu l'entrée de la Grèce dans l'Union européenne et non cette Union. C'est donc chaque fois l'échec des Nations d'où la nécessité de faire enfin avancer l'Union européenne qui fait forcément la force. Tout comme l'Union africaine de 55 états avance ou le Mercosur en Amérique latine et vers des monnaies communes. C'est une erreur historique de vouloir démonter l'Union européenne.
a écrit le 12/02/2017 à 14:14 :
J'aime beaucoup les reactions des ignorants.
Quand on s'engage a jouer à la meme table de jeu, respecter les regles est un corollaires et gage d'équité.
L'Allemagne ou le Danemark ont soumis aussi à l'UE leurs dispositifs de soutien aux EnR tout comme nous, juste pour s'assurer que ca ne soit pas une aide déguisée, c'est tout et ca a été validé !
a écrit le 12/02/2017 à 12:33 :
Quand remplaceront-nous enfin, pour TOUTES constructions neuves, les tuiles par des panneaux solaires intégrés (et pas rajoutés !) ???
Réponse de le 12/02/2017 à 15:13 :
Très bonne remarque ! Il y a un programme européen qui a conduit à des éléments complets de toiture développé à présent par une firme italienne intégrant la structure de la toiture, son isolation et le solaire hybride (PV + thermique). Cà se monte en un rien de temps, a un coût inférieur aux prix classiques, ne comporte pas de défaut de montage car réalisé en usine et résiste aux tremblements de terre ! Cà mériterait en effet d'être plus généralisé mais il faut pour les entreprises des politiques d'aides modestes mais prévisibles, ce qui n'a pas été le cas dans les années 2008 et suivantes et a fait des dégâts chez les entreprises du solaire qui ont préféré, pour celles qui ont résisté, s'orienter vers les marchés étrangers dont émergents plus vastes. le taux de renouvellement du bâti n'est en effet que de 1% par an en France.
a écrit le 12/02/2017 à 11:25 :
On voit bien que pour toutes décisions, il faut demander aux technocrates Bruxellois
une autorisation. On ne peut pas dire que notre pays soit indépendant. Les anglais ont
quitté l'UE pour enfin décider quelle fiscalité, réglementation diverses ils auront dans les années à venir.
Réponse de le 12/02/2017 à 14:10 :
Le mecanisme d'aide a ete soumis à l'UE, afin que tous les états jouent le meme jeu et que ca ne soit pas un aide deguisée. Si l'inverse avait ete le cas, on vos aurait certainement entendu brailler, toujours sans avoir étudié le dossier.
Par contre vous pouvez etre rassuré : nous ne respectons toujours pas nos engagements d'équilibre budgétaire, et ce depuis 12 ans.
Réponse de le 12/02/2017 à 14:11 :
Le mecanisme d'aide a ete soumis à l'UE, afin que tous les états jouent le meme jeu et que ca ne soit pas un aide deguisée. Si l'inverse avait ete le cas, on vos aurait certainement entendu brailler, toujours sans avoir étudié le dossier.
Par contre vous pouvez etre rassuré : nous ne respectons toujours pas nos engagements d'équilibre budgétaire, et ce depuis 12 ans.
Réponse de le 12/02/2017 à 14:19 :
C'était la gabegie avant l'Union européenne, auparavant des guerres et des dévaluations permanentes, le blocage des comptes en 83 ne permettant pas de sortir de France qu'avec un montant de 8000 F (1200 euros) qui ne permettait pas de sortir plus d'une dizaine de jours et encore vers des destinations peu coûteuses, autrement dit la prison. C'est le programme FN et Upr aux ordres de Poutine.
a écrit le 12/02/2017 à 6:38 :
Grâce à l'Union européenne l'Europe est de plus en plus indépendante énergétiquement et à un mix plus sûr qui crée des emplois et des technologies à l'export et est de moins en cher. L'éolien offshore danois est à 49 euros le MWh (Vattenfall) c'est bien moins qu'un EPR à 120/130 euros le MWh. S'il n'y avait pas l'Union européenne ce serait encore la corruption aggravée en France. Il est important de faire avancer l'Europe et non pas de rester à l'Europe des Nations égoïstes que les partis séparatistes financés par Poutine veulent diviser pour l'affaiblir.
a écrit le 11/02/2017 à 22:41 :
Un pays aux ordres? Convergence vers le bas pour certain et par le haut pour d'autre tel est la politique de l'UE!
Réponse de le 12/02/2017 à 14:21 :
C'est l'inverse nous sommes dans une Europe des "Nations" et ce sont ces Nations qui ont failli, pas l'Union européenne. Il faut donc plus d'Europe. L' Union fait toujours la force, les Nations ont échoué et entraîné des guerres permanentes comme l'histoire le prouve très largement.
a écrit le 11/02/2017 à 19:45 :
DANS L ISERE LES PREMIERES TURBINE HYTRAULIQUE VONT ETRE INTALLE DANS L UN DES BRAS DU RHONE ET D APRES LES ESSAIS. IL SONT PROMIE A UN AVENIR CERTAIN EN FRANCE. ET A L ETRANGE CAR BEAUCOUP DE FLEUVE SONT SUSEPTIBLE DUTILISER CES TURBINES HYDROLIQUE NOTAMENT EN AFRIQUE QUI A BESOIN D ELECTRICITE POUR SE DEVELOPE ECONOMIQUEMENT COMME L ON FAIT AUTREFOIS LES FRANCAIS EN UTISANT LES RIVIERES ET FLEUVES POUR LEURS PRMIERE USINE. L ARDECHE EN GARDE ENCORE DES TRACES DE SES NONBREUSES USINES AUX BORT DE L EAU???
a écrit le 11/02/2017 à 19:36 :
C'est une erreur d'augmenter le prix de l'électricité pour financer les énergies renouvelables. Le développement des énergies renouvelables passe au contraire par la diminution du coût de l'électricité pour substituer les énergies fossiles par les renouvelables. Augmenter le prix de l'électricité développe la précarité énergétique bien connue en Allemagne.
Réponse de le 12/02/2017 à 14:27 :
Ce ne sont pas les renouvelables qui font augmenter le prix de l'électricité, c'est le parc nucléaire vieillissant et l'endettement chronique d'EDF, d'Areva comme de Toshiba au Japon ou les opérateurs suisses du nucléaire. C'est la preuve que c'est bien le nucléaire qui n'est plus rentable et que l'avenir est aux renouvelables mais qu'elles ont besoin d'un léger soutien temporaire afin de développer les filières récentes. En Allemagne les prix de l'électricité sont équivalents à ceux français pour les entreprises mais ce sont les prix aux particuliers qui sont plus élevés en raison d'une taxation sur l'efficacité énergétique qui leur a permis d'être leader mondiaux en efficacité énergétique et de pouvoir à terme baisser leur tarif comme en Suède où les prix sont désormais moins cher qu'en France.
a écrit le 11/02/2017 à 16:46 :
Pourquoi les autres pays arrivent à développer les énergies renouvelables sans l'aide de l'état?
Réponse de le 11/02/2017 à 18:48 :
Parce que l'électricité y est vendue beaucoup plus cher.
Réponse de le 11/02/2017 à 19:06 :
Très bonne question; parce que le prix de l'énergie y est plus élevé comparativement au cout du travail. Tout ça est expliqué dans la note n°6 du conseil d'analyse économique.
Réponse de le 12/02/2017 à 14:31 :
@ Toto : parce qu'ils n'ont pas de monopole et lobby nucléaire comme en France. La Suède a démarré plus tôt dans les renouvelables et à des prix moins cher qu'en France. Ailleurs aussi pour les entreprises. Seuls les prix aux particuliers ont une taxe pour l'efficacité énergétique mais qui a des impacts favorables avec des parcs immobiliers plus performants et réseaux de chaleurs plus développés comme au Danemark, en Autriche etc.
a écrit le 11/02/2017 à 15:57 :
Bruxelles autorise la République française, quand je lis cela j'ai honte.
Réponse de le 12/02/2017 à 11:27 :
Si on veux arriver a un état fédéral un jour il va bien falloir s'y faire. De plus la République française, laissée à elle même, est-elle si bien gérée que ça? X2 sur la dette en 10 ans. Et dans le domaine énergétique avoir tout misé sur du 100% nucléaire, secteur totalement en faillite actuellement...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :