Greenpeace porte plainte à Bruxelles contre le renflouement d'EDF

 |   |  390  mots
La centrale nucléaire de Hinkley Point
La centrale nucléaire de Hinkley Point (Crédits : Reuters)
Greenpeace a annoncé mercredi avoir porté plainte contre l'Etat français auprès de la Commission européenne pour sa participation à la recapitalisation de l'électricien public EDF, qui relève d'une aide d'Etat illégale selon l'association de défense de l'environnement.

L'ONG a indiqué dans un communiqué que "la plainte de Greenpeace vise à dénoncer l'incompatibilité des augmentations de capital d'EDF avec les règles européennes relatives à la concurrence".

Un aide indirect de 6,8 milliards d'euros

EDF avait bouclé avec succès, en mars, une augmentation de capital de 4 milliards d'euros, dont 3 milliards souscrits par l'Etat français, son principal actionnaire (83,10%), afin de renforcer sa situation financière. L'actionnaire public s'est également engagé à percevoir ses dividendes en actions plutôt qu'en numéraire durant trois ans (pour les années 2015, 2016 et 2017), "ce qui représente à ce jour un montant de 3,8 milliards d'euros accordés à EDF", a dénoncé Greenpeace.

"L'Etat français a donc transfusé 6,8 milliards d'euros à EDF, sans aucune garantie d'assainissement des finances de l'entreprise en contrepartie", a ajouté l'ONG.

Fortement endetté, EDF avait décidé en avril 2016 d'en appeler au marché pour pouvoir faire face à l'effet conjugué de la faiblesse des prix de gros de l'électricité et à un mur d'investissements à venir, comme la maintenance lourde du parc nucléaire français (appelée "grand carénage"), le rachat de la division réacteurs d'Areva ou le projet de construction de deux réacteurs nucléaires EPR à Hinkley Point, en Angleterre.

Le groupe a précisé en mars que la production de sa recapitalisation servirait "principalement" à financer ses opérations de développement sur la période 2017-2020 et à renforcer sa "flexibilité financière", dans le cadre d'un plan d'économies, d'amélioration de la performance et de renforcement des fonds propres.

Une recapitalisation destinée au financement d'Hinkley Point

Selon Greenpeace, qui se fonde sur des déclarations d'EDF et de l'Etat ainsi que sur des documents financiers de l'entreprise, ces mesures d'aide avaient toutefois pour principal objet de "faciliter le financement" par le groupe de son projet jugé risqué d'Hinkley Point, d'un montant total de 18 milliards de livres (environ 21 milliards d'euros).

Dans le document de la plainte consulté par l'AFP, l'association souligne aussi qu'elles "n'ont ni été notifiées à la Commission ni, à plus forte raison, conditionnées à quelque engagement que ce soit en matière de proportionnalité ou de rentabilité".

Elle estime par ailleurs que ces aides faussent la concurrence car "aucune autre entreprise du marché de la fourniture d'électricité ne bénéficie d'un tel traitement de la part de l'Etat français".

(avec agence)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2017 à 17:35 :
il n'empêche que Greenpeace met l'accent sur la gestion de EDF, les aventures financières aux US , et en GB , achat de réseau ect.. bilan de tout cela??? et centrale d'Inklek que l'on vend mais en fait que l'on finance ..! Puis EDF faisant des rappels à ses clients, nous tous ..gestion déplorable...
a écrit le 17/05/2017 à 15:14 :
Incroyable .Une organisation étrangere hollandaise implantée en France se permet de porter plainte contre une entreprise française vitale .Mais combien de temps vat on encore supporter cette situation qui n'a que trop durée ........
Réponse de le 17/05/2017 à 23:54 :
EDF n'est pas 'vitale', elle est importante mais de plus en plus contournable.
Et c'est d'ailleurs ce statut d'intouchable qui a amené la mafia qui la gere cette boite a comettre des conneries en cascade, se disant que le contribuable sera toujours assez servile pour mettre au pot.

Merci a Greenpeace pour son action citoyenne !
a écrit le 17/05/2017 à 14:40 :
Il n'y a rien à faire.
Il faut distinguer les financements, des investissements et des objectifs visés.
Si l'argent permet de financer la sécurité ou le démantèlement des vieilles centrales, pourquoi pas.
La solution la plus logique, sur un marché concurrentiel, aurait été d'augmenter le prix du KWh, qui reste parmi les plus bas d'Europe, sinon du monde. Mais dans ce cas c'est le politique qui déplait et dans un contexte d’élections... ce n'est pas très bien perçu.

On l'a déjà vu dans le passé, quand on veut faire un projet "Cocorico" on va jusqu'au bout, même si c'est au dessus de nos moyens et si ce n'est pas obligatoirement viable économiquement, ou si tout simplement on ne maitrise pas encore la technologie.

Il me semble qu'il fut un temps, début 2000, où même quelques dirigeants d'EDF doutaient de l’intérêt du projet EPR, technologie déjà jugée coûteuse, alors que des concurrents pariaient sur des réacteurs plus petits et des technologies déjà maitrisées. Cela a tout de même continué et le dérapage financier du projet de Flamanville a montré la réalité des choses. Au delà de toute polémique on peut au moins admettre cela.

Concernant l'EPR, que ce soit en France ou pour Hinkley Point, il n'y a rien à faire.
EDF et l’État veulent à tout prix faire les projets Hinkley Point, malgré les risques financiers.
Des syndicats s’y étaient opposés, un directeur financier a démissionné, des investisseurs étrangers se sont rétractés,… rien n’y fait. Pour quelle raison ? Mystère. Ceci dit la Commission Européenne a validé ce modèle de tarif de vente de l'électricité garanti pour EDF. C’est une incertitude de moins, mais y a t’il un intérêt pour la France ?
Étant donné la présence du partenaire chinois CGN il y aura certainement transfert de technologie, sauf si les Chinois sont seulement là pour placer quelques économies et pour nous assister.

Plus généralement il faut tout de même s’inquiéter de cette culture (ou contre culture) technologique conservatrice. Car du point de vue industriel, si l’on se compare à l’Allemagne ou aux USA, ils semblent plus réactifs et pragmatiques et s’il faut prendre une décision, ils le font.

Dans le cas du nucléaire, vu les enjeux pharaoniques, il faudrait mieux y réfléchir à deux fois. On l'a vu dans le cas du partage du surcoût de l'EPR finlandais, AREVA s'est défaussé sur EDF, EDF s’est défaussé sur l’État et l’Etat fait appel au "soutien public". Comme dirait un comique : « Rigolez pas, c'est nous qu'on paye ! »
Réponse de le 17/05/2017 à 23:57 :
Pourquoi cela arrive ? L'esprit de caste vivant en vase clot, celui des X-Mines qui se croient intouchable et pensent que le contribuable donc l'Etat sera toujours la pour eponger leurs conneries.
a écrit le 17/05/2017 à 12:12 :
Les arguments avancés me semblent tout fait recevables d'un point de vue juridique.

Rien à priori contre EDF et ses salariés, mais bon à un moment ras le bol, on paye en tant que consommateur et de contribuable des mauvais choix et une gestion des ressources humaines laxistes. Je n'ai pas envie de payer en tant que contribuable pour EDF et j'ai envie d'avoir un choix juste pour mon fournisseur d'énergie.

Là comme ailleurs il est temps de déconcentrer, vive le girondisme.
Réponse de le 17/05/2017 à 18:04 :
EDF s'est endetté pour pouvoir servir à l'Etat 20 milliards d'euros en dividendes sur 10 ans.
Malgré l'augmentation de capital récente, le contribuable est toujours largement gagnant.
Par ailleurs, cette entreprise hautement régulée et contrôlée par l'Etat à 80% n'est maître de quasiment aucun de ses choix. Difficile donc de lui reprocher sa gestion.
Réponse de le 18/05/2017 à 0:02 :
Pffrrt comme toujours bachou m'a bien fait rire.
EDF a certes perdu les tarifs regules Vert et Jaune et meme le Bleu est fixé par la CRE depuis 2016 et non plus par une negociation d'anti-chambre entre EDF et l'Etat.
Mais je me souviens tres bien d'il y a encore une petite dizaine d'années ou Proglio fanfaronnait que son kWh nuke coutait 3 c€ / kWh, puis tout d'un coup 4,2 c€ / kWh quand il a fallu mettre place le tarif ARENH, puis 5 c€ subitemment. Il aurait fallu y penser plus tot et voire loin.

Et on ne parle meme pas du fiasco Constellation Energy ou EDF a perdu des milliards, que le contribuable doit renflouer maintenant.
a écrit le 17/05/2017 à 11:31 :
Greenpeace c'est toujours occupé de ce qui ne le regarde pas . Pourquoi changerait-il aujourd'hui.!
a écrit le 17/05/2017 à 10:58 :
Greenpeace est devenu une multinationale au service d'intérêts privés. Ce n'est ni plus ni moins qu'une officine lobbyiste désormais très éloignée des buts environnementaux.
a écrit le 17/05/2017 à 9:44 :
Injecté de l'argent dans EDF notamment pour permettre la transition énergétique?
Quels mal y a-t-il? Je pense que tout le monde veut cette transition mais oui il faut de l'argent pour permettre ceci. Si on ne veut pas avoir de l'électricité peu chère venant de central à charbon ou d'incinérateur relativement désastreux pour l'environnement, il faut investir.
Réponse de le 17/05/2017 à 11:00 :
" EDF notamment pour permettre la transition énergétique?
Quels mal y a-t-il? "

EDF a décidé de fermer Nexcis, son pôle photovoltaïque qui vient de développer un procédé pour équiper les fenêtres de filtres photovoltaïque permettant à la fois de produire de l’électricité et de moduler la luminosité dans les bâtiments équipés.Ainsi, l’issue de Nexcis semble bien plus être un choix politique qu’un problème économique. Comme toujours en France sur les questions énergétiques plane l’ombre du lobby nucléaire, qui ne semble pas prêt à voir son monopole s’affaiblir au profit des renouvelables – ni même à débattre, comme l’a encore prouvé l’évènement de Fessenheim.

https://mrmondialisation.org/nexcis-la-filiale-photovoltaique-abandonnee-par-edf-lutte-pour-sa-survie/

EDF n'a pas besoin d'argent puisque tout les ans cette société continue d'alimenter la CCAS tenu par la CGT à hauteur minimum de 300 millions d'Euros, hors quand on a les moyens de payer autant pour une organisation syndicale qui ne revendique que 700 000 personnes à l'échelle nationale, on ne vient pas pleurer pour obtenir de l'argent de la part de l'Etat !

" relativement désastreux "

Parce que le nucléaire ce n'est pas désastreux ? Quid des déchets d'on personne ne sais quoi faire à part les enfouirs, quid du démentelement des centrales qui peut prendre plusieurs décennies rien qu'avant de pouvoir commencer à les détruires ...
a écrit le 17/05/2017 à 9:39 :
Oui, Greenpeace a changé... Certains de ses articles s'opposent même à certains principes constitutionnels et démocratiques, c'en est devenu pathétique. Infiltré, oui, ou peut-être manipulé...
a écrit le 17/05/2017 à 9:37 :
Excellente initiative. Bravo Greenpeace!!
Réponse de le 17/05/2017 à 10:42 :
Tout cela avec de l'argent public, il ne faut pas l'oublier.
a écrit le 17/05/2017 à 9:35 :
Il ne s'agit pas d'une aide mais de la bonne gestion d'un actionnaire qui d'ailleurs ne suit pas totalement sa part de l'augmentation de capital. C'est encore un moyen pour faire du bruit de la part de GP, à défaut de s'attaquer à Mon.santo.
Réponse de le 17/05/2017 à 9:41 :
.. et de s'attaquer au lobby Charbon-Lignite Allemand dont green peace est le laquais..
a écrit le 17/05/2017 à 8:56 :
Greenpeace préfère peut-être que les centrales nucléaires se retrouvent sans financement certainement non ?

Cette association à du se faire infiltrer ce n'est pas possible il y a 20 ans on les voyait sur des bateaux protégeant les baleines en se mettant entre les harpons géants et les baleines, ça ça avait de la gueule de nos jours ils attachent des affiches anti-lepen et porte plainte contre le renflouement d'EDF.
Réponse de le 17/05/2017 à 9:30 :
Ceux auxquels il faudrait retirer le financement , c'est Greanpeace
Réponse de le 17/05/2017 à 9:36 :
Ceux auxquels il faudrait retirer le financement , c'est Greanpeace
Réponse de le 17/05/2017 à 10:17 :
Cela ne servirait à rien car je pense que du coup, avec ce changement d'orientation radical, ils ont du en trouver des financements privés et des gros...
Réponse de le 18/05/2017 à 0:05 :
Les centrales nuke sont supposées se faire payer par le kWh vendu, non par des aides d'Etat. Voila votre premiere anerie.

La deuxieme etant que Greenpeace est justement financée par les cotisations de ses adherents et non par des financiers dont vous ne savez pas prouver la presence, deuxieme anerie.

Mais des aneries, vous en etes coutumié.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :