La fin des véhicules thermiques en 2040, un enjeu d’abord pour les réseaux électriques

Perçu comme la mesure phare du plan climat annoncé par le ministre de l’Ecologie Nicolas Hulot le 6 juillet, l’objectif de mettre un terme à la commercialisation des véhicules essence et diesel présente autant d’enjeux pour les réseaux électriques que pour les constructeurs automobiles.
Dominique Pialot
Vers une domination des voitures électriques... en 2040.
Vers une domination des voitures électriques... en 2040. (Crédits : © Dmitry Vereshchagin - Fotolia.com)

Parmi les six grands thèmes et 23 axes développés par Nicolas Hulot dans le cadre de son plan climat, c'est la mesure qui a le plus retenu l'attention concerne « l'objectif de mettre fin à la vente de voitures émettant des gaz à effet de serre en 2040 », autrement dit, les véhicules essence et diesel. Ce qui laisse 23 ans aux constructeurs pour s'adapter. Évoquant l'annonce d'une gamme entièrement électrifiée pour 2019, faite par Volvo la veille, Nicolas Hulot a assuré qu'ils avaient déjà anticipé cette évolution.

Il a, par ailleurs, tenu à préciser que, ce faisant, la France rejoignait d'autres pays tels que les Pays-Bas et la Norvège (qui ont annoncé la fin des voitures thermiques pour 2025) ou encore l'Allemagne et même l'Inde (2030).

« La fin des véhicules uniquement diesel ou essence est dans l'air du temps, observe Amaury Klossa, consultant expert de la transition énergétique chez Emerton. La France ne fait que s'inscrire dans un mouvement impulsé largement au-delà de nos frontières, que nos constructeurs ont déjà commencé à anticiper. L'échéance (2040) laisse le temps aux constructeurs de s'y préparer et ils seront tôt ou tard contraints de se plier à cette nouvelle donne pour pouvoir écouler leurs modèles dans des marchés essentiels tels que la Chine ou l'Inde », ajoute-t-il.

D'ailleurs, Nicolas Hulot l'a rappelé lors de son audition au Sénat ce 12 juillet, les constructeurs ont réagi à ses annonces par un « chiche » de bon augure.

Une question de puissance plus que de consommation

Le vrai sujet, ce ne serait pas tant celui des constructeurs automobiles, que des infrastructures d'énergie, que ce soit les réseaux électriques ou les infrastructures des énergies fossiles. « Pour ces dernières, il importe de prendre en compte les futurs coûts échoués relatifs aux infrastructures hydrocarbonées et la place du gaz dans la transition », souligne Amaury Klossa.

Pour les premiers, la question se pose moins en termes de volumes d'électricité consommée que de puissance.

Pour Damien Siess, en charge de la stratégie à l'Union française de l'électricité (UFE), « il faut en finir avec le fantasme du relais de croissance pour les électriciens ». Le véhicule électrique est très efficace et sobre, et 10 millions de véhicules électriques ne feraient grimper la consommation que de 10 terrawattheures, soit 2% de l'énergie électrique aujourd'hui consommée en France.

« La fin de la vente de véhicules à essence et diesel en 2040 ne signifie pas la disparition du parc thermique, rappelle pour sa part Jean-Baptiste Galland, directeur de la stratégie chez Enedis. Nos hypothèses de travail actuelles, calées sur la PPE, sont de 5 millions de véhicules électriques et hybrides rechargeables en 2030. »

Rapprochement entre acteurs de l'automobile et de l'énergie

Quel que soit le nombre réel de véhicules tout électriques ou hybrides rechargeables en circulation sur les routes françaises après 2040, « le véritable sujet est celui de l'impact de la recharge de ces véhicules sur le réseau », détaille-t-il.

« Cette question de la charge et du positionnement des bornes sur le réseau électrique se pose également pour les bus électriques », précise-t-il, évoquant notamment l'équipement 100% électrique prévu par la ville de Paris à l'horizon 2025 mais également par nombre d'autres villes.

« Il faut que les appels de puissance en simultané soient bien gérés, à un coût acceptable, renchérit Damien Siess. Il est crucial que tous les développements (non seulement les bornes, mais aussi les logiciels), soient 'smart ready' d'entrée de jeu. »

C'est pourquoi Enedis travaille avec les professionnels de l'électricité sur le « smart charging », qui consiste à organiser au mieux la gestion de la recharge. « Sur le plan de la technologie, le pilotage des réseaux et la communication via les bornes sont au point », affirme M.Galland. Reste à développer une communication directe entre les véhicules et les bornes ou les opérateurs de mobilité. C'est précisément la vocation du GIREVE (Groupement pour l'itinérance des recharges électriques de véhicules) qui rassemble Enedis, Renault, la CDC, EDF et la CNR.

« Les mondes de l'automobile et de l'électricité travaillent désormais main dans la main, se réjouit Jean-Baptiste Galland. Le maître mot sera celui de la coordination entre acteurs. », insiste-t-il.

Le stockage au centre de la transition énergétique

Pour Christophe Bourgueil, en charge du développement commercial dans l'activité stockage d'Eaton (spécialiste de la conversion, le management et la protection de l'énergie), le plan climat présenté par Nicolas Hulot annonce « une accélération de la transition énergétique ». Le développement des énergies renouvelables et des véhicules électriques, accompagné par des modifications profondes des usages et de la consommation électrique, implique d'ajouter au système électrique des « éléments de flexibilité », donc de stockage. En partenariat avec Nissan, Eaton travaille sur le repackaging de batteries de véhicules électriques usagées à des fins de stockage résidentiel ou industriel, ou à la fabrication de bancs de recharge. Même si le cadre réglementaire reste à préciser concernant la définition, l'utilisation et la rémunération du stockage, ce secteur n'en apparaît pas moins comme l'un des pivots de la transition énergétique, rendu plus urgent encore par cette accélération attendue du déploiement de la mobilité électrique.

Dominique Pialot

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 45
à écrit le 28/09/2017 à 5:19
Signaler
ceux qui habitent dans un appartement ne peuvent pas recharger une voiture électrique

à écrit le 07/09/2017 à 1:56
Signaler
Si toutes les voitures deviennent électriques l'état perdra l'argent que lui rapporte la taxe sur les carburants,le manque à gagner sera énorme !

à écrit le 14/07/2017 à 17:40
Signaler
L'analyse est déjà faussée par vos analystes. Ils partent du principe qu'i faut une production nucléaire pour l'électricité et cela c'est mauvais car l'uranium est fossile, non recyclable et dangereux à très long terme. Imaginons la solution d'Elon M...

le 30/07/2017 à 12:38
Signaler
Si on part sur ce genre de raisonnement, alors l'énergie solaire est elle-aussi nucléaire (produite par une réaction de fusion nucléaire au sein de notre soleil), et toute aussi peu renouvelable (le soleil va finir par s'épuiser). Tandis que le nu...

à écrit le 14/07/2017 à 9:35
Signaler
Bonjour une tres mauvaise analyse Le véhicule electrique va marcher avec la production decentralisée. Et ayons en tete ce chiffre magique: 1m2 de panneau PV = 1000 Km de mobilité Sortons de ce schema (voulu par EDF et ses consorts) d'une productio...

le 30/07/2017 à 13:52
Signaler
La raison pour laquelle tous les industriels du secteur tiennent à une certaine part de production centralisée est due aux contraintes technologiques d'un réseau électrique : L'électricité qui arrive dans votre prise de courant doit être de 220V -...

à écrit le 14/07/2017 à 7:43
Signaler
La solution c'est la voiture à air comprimé, poids à vide réduit, grande autonomie, coût réduit.... ces voitures existent déjà, mais l'état bloque son arrivé... on continu de tout miser sur la voiture électrique avec ces ...

à écrit le 14/07/2017 à 0:39
Signaler
De toute façon il y a une certaine logique de base , aucune propulsion sauf électrique. L'électronique peut tout remplacer, embrayage, boites de vitesses freins. Les derniers moteurs sont ultra compacts et légers. Reste l'alimentation électrique, ...

à écrit le 14/07/2017 à 0:36
Signaler
Pour info, les britanniques viennent d'estimer l'augmentation du besoin électrique pour leur transition énergétique (voitures électriques et chauffage): environ 15 gw de puissance supplémentaire s'il n'y a pas optimisation de la charge par des smart ...

à écrit le 14/07/2017 à 0:27
Signaler
Notre capacité de production électrique ne doit pas s'analyser en moyenne sur une année, mais en pic. Par exemple, lors du chassé-croisé juilletistes-aoûtiens, avec 3 millions de véhicules qui partent et 3 millions qui rentrent, et qui parcourent 500...

à écrit le 14/07/2017 à 0:20
Signaler
Quid des prises électriques dans les copropriétés? Qui paiera l'électricité? Pour le moment, c'est en maison individuelle seulement.

à écrit le 13/07/2017 à 19:42
Signaler
"Le véhicule électrique est très efficace et sobre, et 10 millions de véhicules électriques ne feraient grimper la consommation que de 10 terrawattheures, soit 2% de l'énergie électrique aujourd'hui consommée en France." J'en déduit qu'un million de...

le 14/07/2017 à 0:30
Signaler
Vous avez parfaitement raison: le bon calcul est le suivant 15000 km/an à raison de 15 kWh au 100km soit 2250 kWh par an soit le double En plus, il y a une certaine perte au chargement, don con devrait pas être loin de 2500kwh' soit deux fois et dem...

le 19/07/2017 à 3:03
Signaler
Vous omettez une chose, c'est que 1Twh de moteur essence n'est pas converti en la même puissance motrice qu'un Twh électrique. Je savais que l'électricité n'était pas bien convertie en chaleur, mais apparemment, elle l'est beaucoup mieux en une forc...

le 30/07/2017 à 14:06
Signaler
Le rendement d'un VE est bien meilleur que celui d'un véhicule thermique : Son moteur a un rendement de l'ordre de 90-95% contre 20-30% pour les véhicules thermiques, pas de boite de vitesse, etc. Et Wirkos, la conversion d'électricité en chale...

à écrit le 13/07/2017 à 18:57
Signaler
Si la voiture électrique de 2040 fonctionne selon le modèle actuel de la batterie, alors le choix politique de N.H. ne sera pas viable. Pourquoi? le monde aura-t-il suffisamment de matières premières nécessaires à la fabrication des batteries? J'en d...

à écrit le 13/07/2017 à 18:44
Signaler
La transition passe par les véhicules hybrides ce que Toyota a compris depuis longtemps et met de plus en plus en avant. Malheureusement les journalistes spécialisés dans l'automobile semble avoir beaucoup de mal avec l'hybride peut-être parce que ce...

à écrit le 13/07/2017 à 16:27
Signaler
Comment tout le monde vont recharger leurs vehicules au meme temps, comme aujourd'hui, un jour rouge sur les routes? Combien des bornes on y a besoin par station service? Parceque le chargement electrique prendre 15 fois plus de temps que un chargeme...

à écrit le 13/07/2017 à 14:42
Signaler
La Norvège qui joue les vertueuses à bon compte alors que ce pays vit grassement de l'extraction des hydrocarbures depuis des décennies.

à écrit le 13/07/2017 à 14:38
Signaler
Il est évident que le développement des véhicules électriques va chambouler l'organisation des réseaux électriques, mais à quelle puissance ? entre les bornes de recharge de 2 Kw et celles de 50 Kw, … et jusqu’à 150 KVA pour Tesla. D’autant plus qu’à...

à écrit le 13/07/2017 à 14:20
Signaler
Comment partir d'un mensonge pour faire passer une mesure qui engage tout un pays. Dire que le tout électrique ne ferait augmenter la consommation que de 2% est en contradiction avec une étude récente qui annonce un besoin multiplié par 100 de la pro...

le 14/07/2017 à 10:12
Signaler
ou se trouve cette etude ????

à écrit le 13/07/2017 à 13:49
Signaler
L'électrique.... Des enjeux de production de l'énergie, de mise à disposition des bornes de recharges, de fabrication des batteries à partir de métaux rares, de recyclage des batteries... cela permet de sortir la pollution de la ville, mais cela ne s...

à écrit le 13/07/2017 à 13:36
Signaler
Sociologiquement les commentaires seraient presque plus intéressants que l'article qui est pourtant excellent car ils soulignent pour beaucoup d'entre eux la méconnaissances des évolutions du secteurs automobile et de l'énergie entre autres, un peu c...

le 13/07/2017 à 15:52
Signaler
Il reste cependant des barrières technologiques à franchir. POur faire simple, avec un véhicule confortable, on a besoin de 5 l/100 soit 20 kWh/100 km (cf ci post dessus). Si on veut une bonne autonomie, il faut dans les 100 kWh. Aujourd'hui, les ...

le 13/07/2017 à 20:35
Signaler
Arrêtez l'enfumage...l'Hyperloop n'est pas allé au delà de 120km/h, et une maquette malheureuse à été juste montrée au bout d'une grue...et partir de là tout ce que vous écrivez c'est du baratin bidon...ou alors pour 2050 et encore Regardez la vie q...

le 13/07/2017 à 20:36
Signaler
Arrêtez l'enfumage...l'Hyperloop n'est pas allé au delà de 120km/h, et une maquette malheureuse à été juste montrée au bout d'une grue...et partir de là tout ce que vous écrivez c'est du baratin bidon...ou alors pour 2050 et encore Regardez la vie q...

le 14/07/2017 à 7:58
Signaler
" Beaucoup semblent à la traîne dans leurs analyses du secteur !" Il y a (malheureusement) des vérités intangibles. Un rendement ne peut, hélas, être supérieur à 1 et le produit de tous les rendements propres à chaque opération montre que beaucoup d...

à écrit le 13/07/2017 à 11:57
Signaler
Sous le titre " Accord climat : Macron sort le grand jeu" , Patrick Gorgeon, directeur de la rédaction de la webradio webtv indépendante AWI pose dans sa chronique audio la question : " Quel âge aurez-vous en 2040 ?"

à écrit le 13/07/2017 à 11:32
Signaler
et nos politique très inventif...je sais cela ne va pas ensemble... vont inventer quoi pour récupérer les sommes taxees sur les énergie fossiles...plus de 80-90%....ils vont inventer la taxation du vents et du soleil....pour le vents ..à force dans b...

à écrit le 13/07/2017 à 11:00
Signaler
En ce qui concerne l'annonce par Nicolas Hulot de la fin des ventes des véhicules thermiques en 2040, nous avons là un bel exemple de l'arrogance française et des politiques plus particulièrement. Tout d'abord un gouvernement quelqu'il soit ne peut ...

le 13/07/2017 à 15:54
Signaler
Entièrement d'accord, ce type de décision ne peut se prendre que dans un cadre européen. Totalement stupide et démago d'imaginer faire cela tout seul.

le 13/07/2017 à 23:14
Signaler
C'est aussi mon avis, ce type de décisions doit être prise de façon coordonnée à l'échelle d'un continent. (Il est probable que le prix des véhicules électriques va baisser et que leur autonomie va augmenter.) Cependant, aujourd'hui, aucun véhicule ...

le 13/07/2017 à 23:33
Signaler
C'est aussi mon avis, ce type de décisions doit être prise de façon coordonnée à l'échelle d'un continent. (Il est probable que le prix des véhicules électriques va baisser et que leur autonomie va augmenter.) Cependant, aujourd'hui, aucun véhicule ...

à écrit le 13/07/2017 à 10:56
Signaler
Vous en avez encore beaucoup d'idees de ce genre? Et apres on deversera l'acide des batteries usagees dans la nature comme Arcelor Mital a Florange il y a quelques semaines!! Arretons le delire!! Le thermique a encore de beaux jours devant lui!! Et r...

à écrit le 13/07/2017 à 10:22
Signaler
Demain hulot exigera les avions electriques.

à écrit le 13/07/2017 à 10:18
Signaler
Ne pas oublier la récupération de l’électricité des véhicules chargés, question qui ne semble pas d'actualité en dans la recherche Europe . Attention aux retards technologiques??

à écrit le 13/07/2017 à 9:53
Signaler
Deux informations se télescopent: 1) on anticipe la fin de la voiture thermique et son remplacement par l’électrique 2) on envisage de fermer bon nombre de centrales nucléaires Je ne vaux pas gâcher les vacances de Mr Hullot mais le point 1) nous ...

le 13/07/2017 à 11:09
Signaler
Avec le concours de la technologie on pourra faire mieux avec une moindre consommation d'énergie . Comparez la consommation d'une 4L avec celle d'une Twingo : du simple au double !!! Pour ma part je mise sur une diminution des déplacements ( surtou...

le 13/07/2017 à 15:56
Signaler
Le besoin d'électricité n'est pas si élevé pour le parc de voiture. La limitation du nucléaire est une lubby mais l'électrification du parc automobile pèse peu en réacteur (équiivalent d'un réacteur nucléaire seulement, il y en aurait 20 à fermer)

le 13/07/2017 à 18:49
Signaler
17 unité nucléaires 900MW (j'imagine) arrêtées ça doit faire 15000 MW en moins. Il va falloir en construire des panneaux solaires (on pourrait couvrir le massif central par exemple), d'éoliennes au large des côtes et à l'intérieur des terres en expli...

à écrit le 13/07/2017 à 9:49
Signaler
On va finir par inverser le système heures creuses, heures pleines pour se caler sur l'ensoleillement. Chauffer l'eau des ballons le jour et non plus la nuit à 22h30, recharger les batteries de jour, quand le soleil est présent (certains pensaient à ...

à écrit le 13/07/2017 à 9:33
Signaler
Article stupide, en plein délire "Ecolo Hulot". Un pas de plus vers les délocalisations.

le 13/07/2017 à 11:02
Signaler
L'imagination, l'ambition et la technologie aidant ne sont pas des stupidités

à écrit le 13/07/2017 à 9:18
Signaler
Les chargeurs aux énergies renouvelables directes comme l'éolien ou le solaire ont intérêt à se multiplier, je vois qu'actuellement un chargeur solaire pour téléphone portable est à 4 euros sur internet pas difficile de reprendre cette technologie, s...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.