La France veut produire un "hydrogène propre" à partir du nucléaire, avec l'Allemagne

 |   |  390  mots
Le plan de relance de l'économie française inclura des éléments de développement dans l'hydrogène dans le cadre d'un partenariat avec l'Allemagne, a déclaré mardi Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances
Le plan de relance de l'économie française inclura des éléments de développement dans l'hydrogène dans le cadre d'un partenariat avec l'Allemagne, a déclaré mardi Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances (Crédits : Benoit Tessier)
"Tout le monde me dit 'il faut développer l'hydrogène', j'y suis très favorable. Dans le plan de relance, il y aura aussi des éléments très forts pour développer la filière de l'hydrogène et nous le ferons en liaison avec l'Allemagne, dans un partenariat avec l'Allemagne", a déclaré Bruno Le Maire sur BFM TV.

Le plan de relance de l'économie française inclura des éléments de développement dans l'hydrogène dans le cadre d'un partenariat avec l'Allemagne, a déclaré mardi Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie et des Finances.

Alors que la France s'est fixé en 2018 l'objectif d'un financement régulier de 100 millions d'euros par an en faveur de l'hydrogène, l'Allemagne a annoncé en juin qu'elle prévoyait d'investir 9 milliards dans cette molécule, qui peut être utilisée pour la production ou le stockage d'énergie et qui, produite à partir d'énergies renouvelables, est neutre en carbone.

"Tout le monde me dit 'il faut développer l'hydrogène', j'y suis très favorable. Dans le plan de relance, il y aura aussi des éléments très forts pour développer la filière de l'hydrogène et nous le ferons en liaison avec l'Allemagne, dans un partenariat avec l'Allemagne", a déclaré Bruno Le Maire sur BFM TV.

Bruno Le Maire s'affirme "défenseur du nucléaire"

Évoquant la possibilité que la France produise son propre "hydrogène propre" à partir de son électricité nucléaire, le ministre a en outre réaffirmé que celle-ci gardait "toute sa pertinence" sur le long terme.

"Je suis un défenseur du nucléaire. Comme beaucoup de scientifiques beaucoup plus chevronnés que moi le sont parce que le nucléaire n'émet pas de CO2 et qu'aujourd'hui [il] a deux avantages : [il] nous permet d'être l'un des pays qui émet le moins de CO2 pour sa production d'électricité et ça nous garantit quelque chose dont tout le monde parle matin midi et soir, ça nous garantit notre indépendance", a-t-il dit.

Après Fessenheim et avant Flamanville, pas de nouveaux réacteurs

Alors qu'EDF vient de déconnecter du réseau national la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin), doyenne du parc nucléaire français, Bruno Le Maire a également redit que le gouvernement ne prendrait de décision sur la construction de nouveaux réacteurs de type EPR que lorsque celui de Flamanville (Manche) entrerait en activité.

Le ministre a rappelé au passage son souhait que les délais de l'EPR de Flamanville "soient tenus", la mise en service du réacteur étant aujourd'hui prévue fin 2022 après de multiples retards et dépassements de budget.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2020 à 17:27 :
Enfin... sortir du tout pétrole pour passer au tout électrique était à mon sens une mauvaise solution à cause des problèmes de dépendance (pays producteur de pétrole et Chine pour les composants de batterie) et de pollution. L'extraction de terres rares est très polluante. L'hydrogène répond mieux à la problématique environnementale et à l'autonomie des véhicules mais reste assez coûteuse en énergie.
a écrit le 02/07/2020 à 19:04 :
En réponse à Anton :
C'st vrai que nous ne fabriquons pas encore beaucoup de panneau solaires nous même mais il ne tient qu'à nous de les produire. La dépendance à la Chine actuellement est donc volontaire, alors que celle aux Kazakhstan pour le minerai d'uranium est une obligation.
Par ailleurs, votre façon d'imaginer le complément aux ENR dans les périodes de défaut de conditions météorologiques favorables est tres réducteur. Nous ne somme effectivement pas producteur de gaz naturel mais nous savons faire du biogaz qui utilisent les mêmes centrales à Gaz et détrompez vous si vous pensez que nous ne pourrons pas en produire assez. les ressources de déchets agricoles en France permettront selon la filière de méthanisation de quoi alimenter les centrales à gaz être 3 et 4 mois chaque année en supposant zéros vent et nuit noir complète 24h/24h pendant toute cette durée. A titre indicatif, l'Allemagne produit déjà 8,4% de son mixe électrique avec ce biogaz, c'est à dire le 1/12 (soit un mois) de sa production électrique, et faite moi la grasse de penser que nous ne sommes pas plus bêtes que les allemands. Nous pouvons donc nous passer du nucléaire si nous le voulons. Nous avons des atouts uniques pour cela. Coté vent nous avons trois façades maritimes et sur le solaire nous avons l'arc méditerranéen? Des atouts que nous sommes les seuls à réunir et que nous ….. n'utilisons pas actuellement.
Réponse de le 03/07/2020 à 12:29 :
" l'Allemagne produit déjà 8,4% de son mixe électrique avec ce biogaz "

En oubliant de dire que l'Allemagne permet d'utiliser les plantes comestible dans les méthaniseur ce qui fait que l'alimentaire entre en compétition avec le biogaz ce qui est aberrant !

L'Allemagne en 2014 c'était déja 7 % de la surface agricole qui était destiné uniquement au biogaz.
a écrit le 02/07/2020 à 18:53 :
En reponse à Cyphere :
Par ailleurs la surrégénération n'a pas fait la preuve de son efficacité malgré 60 ans d'expérimentations dans une bonne demi douzaines de réacteurs dédiés à ces essais multiples. Si ce n'était l'aspect économique le nucléaire serait de toutes les façons condamné. Enfin pour enfoncer le clou, la fusion a pris le même chemin, expérimentalement oui, pour des durées brèves, mais ne sera jamais capable de produire durablement plus d'énergie que le tokamak en consomme.
a écrit le 02/07/2020 à 18:52 :
En reponse à Cyphere :
Par ailleurs la surrégénération n'a pas fait la preuve de son efficacité malgré 60 ans d'expérimentations dans une bonne demi douzaines de réacteurs dédiés à ces essais multiples. Si ce n'était l'aspect économique le nucléaire serait de toutes les façons condamné. Enfin pour enfoncer le clou, la fusion a pris le même chemin, expérimentalement oui, pour des durées brèves, mais ne sera jamais capable de produire durablement plus d'énergie que le tokamak en consomme.
a écrit le 02/07/2020 à 0:59 :
@Charles58. Vous ne semblez pas connaitre la différence entre une oxydation totale et une oxydation partielle. En oxydation partielle on converti l'atome de carbone en une molécule d'hydrogène.En oxydation totale on converti l'hydrogène en eau et le carbone en dioxyde. Le résultat est complètement différent et rend la production d'hydrogène à partir de combustibles fossiles hyper économique avec un meilleur rendement et un coût économique imbattable. C'est pour cela que c'est l'énergie de l'avenir.En fait quand on dit se tourner vers l'hydrogène on sous-entend de passer à des oxydations maîtrisés. C'est vrai c'est un changement de technologie majeur , c'est le déclin des processus de combustion actuels, la fin d'une époque!!!
a écrit le 01/07/2020 à 23:56 :
il est bien dommage que vous supprimiez mon post.Fabriquer de l'hydrogène par l'électrolyse coute effectivement 3 fois plus cher qu'avec du méthane.
a écrit le 01/07/2020 à 20:07 :
Monsieur Bruno Lemaire.

Certes le nucléaire ne produit pas de CO2.
Mais sans invoquer les autres arguments écologiques, c'est- contrairement aux dires de certain lobby- aujourd'hui l'une des source d'énergie devenue parmi les plus chères et supérieure à 0.1 € le Kwh du fait:
- du coût de la distribution à partir d'une production importante plus centralisée
- Du coût supplémentaire de la sécurité pour le refroidissement ( - voir Tchernobyl et Fukushima) surtout le fait de la filières Uranium dont la réaction de fission n'est pas thermiquement stable et contrairement à d'autres filières nucléaires abandonnées pour des raisons surtout politiques et militaires comme avec le Thorium par exemple).
- le coût du traitement des déchets et de leur enfouissement
- le coût démesuré du démantèlement des anciennes centrales d'un ordre de grandeur plus cher qu'initialement prévu et programmé.
Pour la production d'hydrogène et d'électricité, il y a aujourd'hui d'autres solutions possibles et envisageables tres nettement moins chères et efficaces à partir de bases connues du domaine des materiaux avancés et des nanotechnologies , en particulier à partir du photovoltaïque et du photo-catalytique "augmenté" pour lesquels la France connait malheureusement aujourd'hui scientifiquement technologiquement et industriellement un retard considérable par rapport à ce qui se développe en Asie ( il n'y a pas que pour le développement de la 5G) . Il faut savoir par exemple que seul dix à quinze% des coûts de production sont liés ici au coût de la main d'œuvre, et que les coût de production des Kwh peuvent théoriquement être divisés immédiatement d'un facteur de plus de cinq à partir de l'association d'aspects tres concrets et déjà existants et exploités pour d'autres usages.
Ce retard est sans doute imputable à un certain immobilisme intellectuel et entrepreneurial et aux trop grands cloisonnements entre disciplines financières, commerciales, industrielles, technologiques et scientifiques, pour lesquels les décideurs sont mal outillés pour discerner les aspects hypothétiques du rêve scientifique, du concret techniquement réalisable, et de leurs aspects compétitifs et pratiques d'un point de vue industriel et commercial. Trop de financiers se refusent à examiner de plus près la faisabilité technique et commerciale compétitive et ne décident qu'en fonction de préjugés, de croyances et de choses connues depuis plusieurs décennies et ne regardent pas assez à la faisabilité des retours sur investissement qui sont compatibles avec les exigences traditionnelles des milieux financiers. Et dans le doute il est clair qu'ils vont s'abstenir. Un gros problème culturel et de formation persistent dans les grandes écoles et l'héritage de ce qu'il était coutume de penser, d'organiser et de planifier il y a maintenant plus d'un siècle .

On le voit en particulier avec l'échec patent des créations des start-up, dont plus de neuf sur dix vont à l'échec au bout de trois ans et qui ne produit que vingt mille emplois nouveaux environ par an. Ce qui est dérisoire par rapport au nombre d'emplois détruits dans les domaines des activités industrielles plus traditionnelles. Ceci du fait de sélections trop lentes, trop technocratiques , trop schématiques et trop simplistes et trop superficielles, avec recours pléthorique à des critéres dépassés et trop restrictifs et de trop ignorer la rapidité avec laquelle les exigences des marchés technologiques évoluent et changent et pour lesquels il faut savoir plus rapidement les adapter et les modifier et les anticiper en fonction de ce que fait la concurrence émergente.
a écrit le 01/07/2020 à 17:30 :
La meilleure solution est de passer aux centrales nucléaires au Thorium. Elles permettraient de produire simultanément de l'électricité et de l'Hydrogène avec leur accélérateur. On peut le voir sur le modèle de Carlo Rubbia, Prix-Nobel de Physique.
De plus, ces centrales ne laissent pas de déchets radioactifs !
Réponse de le 03/07/2020 à 12:51 :
Les centrales au Thorium produisent des éléments radioactifs qu'il est nécessaire de vidanger régulièrement. Cette vidange est dangereuse car source probable de fuites à long terme. Ces éléments ne sont pas considérés comme des déchets car pouvant être employés pour alimenter une nouvelle centrale. Sauf qu'il faut 70 ans à un réacteur pour produire assez pour alimenter un nouveau réacteur. Du coup, on stocke où et comment ces éléments dangereux en attendant? Toute production industrielle à grande échelle est source de pollution, quelque soit le secteur d'activité. Prétendre le contraire c'est mentir ou être ignorant du sujet.
a écrit le 01/07/2020 à 15:57 :
Le Maire se fourre le doigt ds l'oeil.
S'imaginer que les allemands, fers de lance de l'écologie européenne dogmatique, qui ont poussé depuis des années à la fermeture de Fessenheim à leur frontières et convaincu Angela il y a près de 10 ans, de stopper irréversiblement la filière nucléaire au profit du charbon ou pire de la lignite, vont l'aider à produire de l'H2 propre avec du nucléaire ss entendu " énergie propre", il y a de quoi se marrer.
De plus, les 100 petits millions par an depuis 2 ans pour cette filière à fort potentiel ds la transition énergétique, c'est pas très crédible.
Bon courage qd même...
a écrit le 01/07/2020 à 14:57 :
l'hydrogène est surtout un cadeau pour les métropoles et les urbains qui vont pouvoir délocaliser la pollution... Ce n'est en rien une solution technique puisque c'est une énergie secondaire qui ne remplacera JAMAIS une énergie secondaire. Et meme au contraire, car si on intègre le bilan carbone de la filière H2 en plus des autres qu'on gardera inévitablement... Bref, du bon gros greenwashing qui va engloutir des milliards des contribuables pour le seul bénéfices des centres urbains moins pollués... Les classes supérieures urbaines auront ainsi tout gagné, un air plus propre, des opportunités business sur le dos de tous les Français.
a écrit le 01/07/2020 à 13:34 :
Avec le progrès des batteries (pas de matière dangereuses, pas de matières rare, autonomie confortable de 600km)

Et le rendement de l'hydrogène
50% pour la transformer
10-20% pour le Stoker sous forme d'hydrogène
50% pour la pile à combustible
Il reste pas grand chose à l'hydrogène face aux dernières batteries
De plus les batteries solides arrivent, donc même sur l'autonomie c'est une question de temps sans parler du prix
a écrit le 01/07/2020 à 13:19 :
Si l'eau est chauffé par la centrale, avant l'electrolise, ça peut améliorer le rendement
Elec->Hydrog
Mais le rendement des piles à combustible, et le rendement du stockage de l'hydrogène, reste à des années lumières à comparaison des dernières batteries (sans cobalt) ayant une durée de vie de 1milliond de milles ou l'elec est directement Stoker et exploitables
Et une partie de l'elec produits par la pile à combustible est de toute façon stocker dans une batterie tampons, donc le rendement charge décharge doit aussi être pris en compte pour l'hydrogène
Donc l'hydrogène c'est bien si l'ectricite est gratuite ou gaspillé sinon ça coûtera toujours 2-3 fois plus cher qu'une recharge de bactéries, sans subventions..
a écrit le 01/07/2020 à 12:09 :
le maire a toujours un métro de retard .Fabriquer de l’hydrogène par électrolyse coûte 3 fois plus cher qu’avec du méthane .L’énergie de l’avenir est celle qui est la moins chère.
a écrit le 01/07/2020 à 10:53 :
la déconstruction de la centrale nucléaire de Brénnilis 29 perdure depuis 27 années !
a écrit le 01/07/2020 à 10:51 :
Alors oui le nucléaire est utile et oui nous le gardeorns encore pour des décennies. Mais à un moment, on ne peut pas dire quel'hydrogène produit avec le nucléaire soit propre : le nucléaire n'est pas propre même s'il nous est indispensable.

Bon je suppose que l'hydrogène est surtout pour les voitures. La voiture à hydrogène n'est pas totalement verte non plus: la pile à hydrogène fait intervenir des métaux rares qui viennent de différents pays du monde qui sont parfois peu souciex d'écologie. Ca veut aussi dire que nous serons dépendants de ces pays, au moins pour les matières premières (comme nous le sommes pour l'uranium des centrales nucléiares). Pour la voiture électrique, c'est exactement le même cas.
Réponse de le 01/07/2020 à 16:55 :
Soit il fait dons rien faire, merci pour le conseille !
Réponse de le 01/07/2020 à 17:02 :
Qui a parlé de pile à combustible ?

On peut consommer du dihydrogène avec un moteur thermique. Exactement de la même manière qu'on brûle de l'essence pour faire avancer une voiture.
Certes le rendement total est une hécatombe. (le rendement du moteur thermique en lui même est catastrophique) Mais puisque la production d'hydrogène est propre, profitons-en !
Réponse de le 01/07/2020 à 23:28 :
Non le nucléaire ne se gardera pas très longtemps, d'abord pour une raison économique puisque son électricité est déjà 4 fois plus cher que celle des ENR nouveaux et ensuite parce que dans moins de 100 ans les réserves d'uranium relativement économiques seront épuisées. Les voitures ne seront pas à hydrogène avant longtemps et les batteries Li-Ion des VE n'utilisent rien de rare en matière de métaux, tout au plus peut-on dire que leur extraction est couteuses en énergie. Seul le cobalt pose(rait) un problème s'il devait continuer à être utilisé dans les batteries mais ce n'est pas le cas, car il est relativement mal répartie sur la planète et essentiellement au Congo. En revanche, du lithium il y en a partout, y compris en France. Donc aucune dépendance pour les batteries de voitures électriques contrairement à l'uranium pour lequel les réserves françaises sont épuisées depuis le début des années 2000, et même bien avant notre production nationale était loin de suffire au besoin. Par ailleurs la surrégénération n'a pas fait la preuve de son efficacité malgré 60 ans d'expérimentations dans une bonne demi douzaines de réacteurs dédiés à ces essais multiples. Si ce n'était l'aspect économique le nucléaire serait de toutes les façons condamné. Enfin pour enfoncer le clou, la fusion a pris le même chemin, expérimentalement oui, pour des durées brèves, mais ne sera jamais capable de produire durablement plus d'énergie que le tokamak en consomme.
a écrit le 01/07/2020 à 10:03 :
Le nucléaire c'est la dépendance 100% aux pays étrangers producteur le minerai uranifere comme le Kazakhstan premier producteur mondial. L'Australie et le Canada.
L'éolien le solaire et globalement tous les ENR c'est l'indépendance à 100 %
De plus le facteur de conversion de l'électricité vers l'hydrogène est tellement faible que cela n'a de sens qu'avec l'électricité excédentaire des périodes de vent fort qui de toutes les façons seraient perdue sans cette solution d'usage.
M. Le Maire semble se faire influencer grandement par le lobby nucléaire dont une bonne proportion de "scientifiques" français est issu en raison de cette culture enracinée des institutions d'enseignement supérieur dans le nucléaire et qui est typiquement française. En suivant cette voie nous nous marginaliserons un peu plus sur la planète.
Réponse de le 01/07/2020 à 10:43 :
Si vous pensez remplacer le nucléaire par des moulins à vent c'est que vous êtes un doux Rêveur, c'est dommage que les "écologistes politiques" n'aient pas une vision des choses cohérente...
Réponse de le 01/07/2020 à 13:05 :
C est vrai que pour le moment nous somme dépendant des approvisionnements des pays extracteur d uranium
Mais les réacteur de 4 ème génération qui pourront être alimenter par les actinide mineure et uranium appauvri (déchet de très longue vie et moyenne vie) grâce à ces déchet qui n en serai plus nou serions totalement indépendant et en plus on détruirait nos déchets nucléaire actuel qui d'après certain calcul nous donnerai pour 250000 ans d énergie pour la, france
Réponse de le 01/07/2020 à 16:49 :
Ni les panneaux solaires, ni les éoliennes ne sont fabriqués en France, de plus leur production électrique étant variable au cours d'une journée, on fabrique généralement une centrale qui fonctionne au gaz pour combler les baisses de production.
Gaz que nous ne produisons pas non plus.
On a vu mieux en matière d'indépendance.
Le nucléaire n'est pas la panacée mais actuellement c'est la moins mauvaise des solutions pour émettre moins de CO2.
Réponse de le 01/07/2020 à 17:07 :
Cypher -> Après usage des déchets nucléaires par cette future génération de réacteurs, qu'obtiendrons-nous ?
D'autres déchets nucléaires ?
Ça partira en vapeur ?
Des déchets inertes ?
a écrit le 01/07/2020 à 9:24 :
Retarder le remplacement de nos centrales nucléaires vieillissantes est la pire des solutions. Une vieille voiture dont on change toutes les pièces les unes après les autres reste une vieille voiture. Reste la question du coût: combien faut-il investir? 10 milliards par an soit moins d'1% de la dépense publique? La question ne se pose donc pas! Et pour les énergies alternatives, solaire dans le sud de la France (arrêtons avec les contraintes administratives) et éolien off shore aux taux de charge acceptables de 50% (arrêtons définitivement avec l'éolien terrestre destructeur de nos environnements et de nos paysages, et aux taux de charge tellement faibles 15% que l'impact CO2 est ridicule si on doit gérer l'intermittence avec des centrales à gaz). Une évidence!
Réponse de le 03/07/2020 à 20:59 :
Le facteur de charge de l'éolien offshore est plutôt de l'ordre de 40%, avec toujours de grosses variations dans le temps. Le taux de charge de l'éolien terrestre est de 20% environ. L'écart est nettement moins grand que ce que vous dites. Au delà, ces modes de productions restent fondamentalement inefficaces: il faut des centaines d'éoliennes pour remplacer un seul réacteur nucléaire, et les associer soit à un système de stockage(mais on n'a rien de très bon là-dedans) soit à d'autre mode de production.
a écrit le 01/07/2020 à 6:59 :
Vive le nucléaire. Dans ce monde dangereux et incertain, il nous faut cette énergie pour l'avenir, oui pour recycler les produits de fission et pour brûler le plutonium. Donc oui a l'epr oui au reacteur pilote par accélérateur à coeur de thorium. Non à la décroissance nucléaire. Non à l'arrêt de fessenheim. Oui a la production d'hydrogène à partir de la chaleur nucléaire. Je me souviens de cette longue discussion sur l'avenir de super phénix qui a été arrêté par le gouvernement jospin (décision absurde du socialisme). Oui il nous faut du nucléaire en france
a écrit le 01/07/2020 à 5:47 :
Oui c'est une très bonne idée et une grande décision pour la France. Oui produire de l'hydrogène pour devenir indépendant du pétrole et assurer le respect des normes environnementales.
a écrit le 01/07/2020 à 2:15 :
Mais oui, fabriquons de l'hydrogène vert... Qui est un gouffre énergétique !

Pour rappel :
- 100km en VH nécessitent 1kg d'hydrogène
- 1kg d'hydrogène nécessitent 50kWh d'énergie électrique pour l'électrolyse (c'est sans compter l'énergie nécessaire pour le comprimer, ni celle perdue car réservoirs pas hermétiques à 100%, ni l'énergie nécessaire pour le transporter)

Pour rappel, côté VE : 100km nécessitent 14 à 20kWh d'énergie électrique à la prise.

On est dont à un rapport de 2.5 à 3.6 !

Là on n'entend pas les prédicateurs de la pénurie d'électricité autant qu'on les entend quand ils veulent s'opposer aux VE, alors qu'un parc VH alimenté en hydrogène "vert" nécessiterait 2.5 à 3.6 fois plus d'électricité que le même parc en VE !!!

Et c'est sans compter le côté pratique : devoir aller faire le plein tous les 500km (autonomie de la Mirai) même pour les trajets quotidiens, c'est rapidement pénible, alors qu'en VE on fait le plein chez soi pour ces mêmes trajets quotidiens...

Bref, non à l'hydrogène faussement vert !
a écrit le 30/06/2020 à 23:40 :
C'est exactement la voie intelligente, propre et qui garanti notre indépendance.
SVP, accélérez le mouvement avec les Allemands qui ont déjà une bonne expérience de la pile à combustible et qui sont totalement dans la panade depuis plusieurs années parce que les politiques de l'époque ont écoutés ces planteurs de ventilateurs.
SVP, revenez dans le peloton de tête et arrêtez de perdre votre temps avec ces illuminés, qui sont tellement incompétents que si on les laisse faire, ils vont enclencher des recherches pour stocker le vent.
a écrit le 30/06/2020 à 23:35 :
Enfin un jour à marquer d'une pierre blanche: un ministre a enfin entendu qu'il fallait développer l'hydrogène.Encore un petit effort et nous y sommes pour commencer à réduire le réchauffement climatique! Bien sur nous serons toujours aussi loin des chinois qui le développe à partir des énergies fossiles.Mais patience.
Réponse de le 01/07/2020 à 9:08 :
Si l'hydrogène était la voie pour avoir une énergie de carbonée, cala fait longtemps que cela se serait. La production d'hydrogène qui n'existe pas a l'état naturel il faut craqué du méthane ( énergie fossile qui produit du CO2)c'est ce qui est fait actuellement. L'idée qui consiste à créer une production "propre" par électrolyse de l'eau avec de l'électricité verte est une vaste supercherie comme nombre de propositions dite écolo.
Le rendement de cette solution est de l'ordre de 25%, et cela avant même de le liquéfier ou l'on perd encore 30%dans le refroidissement a -253deg.
Cela veut dire que l'on accepterait de gâcher de l'ordre de 80% de l'énergie électrique qui servirait à produit cette hydrogène.
Aucun gâchis n'est gratuit, ce serait des km2 de terre pour installer des panneaux solaires ou des éoliennes et cela en quantité phénoménale .
L'hydrogène est actuellement un gros coup de com. De nombreux lobbies industriels poussent très fort car l'opportunité est grande de chercher des subventions, quant a l'état il fait croire aux crédules qu'il oeuvre pour la planète et que les solutions existent pour continuer à croître éperdument sans produire de CO2.
Quant a Bruno Lemaire, il y voit une opportunité pour relancer la filière nucléaire comme étant la seule solution pour produire en masse du H2, ce qui est vrai.
a écrit le 30/06/2020 à 23:17 :
Le nucleaire n'emet pas de CO2? 10 ans de la production d'electricite d'un CNPE pour compenser le beton et inox qui rentre dans sa construction. J'ai cite cela et les references cinq fois sur ces pages. Eolien et de loin moins polluante en Co2 - et la H2 est je suppose une possibilite pour compenser l'intermittence d'eolien. Mais la nucleaire emet bien - dechets toxiques qui sont les matieres les plus dangereuses connues a l'homme, utilises dans les obus a uranium appauvri qui rendent radioactif enormes parties du Moyen Orient et les Balkans et qui contiennent egalement combustible use; elle emet Iodine 131 qui empoisonne nous et surtout nos enfants a naitre, les rendant moins intelligents avec chaque generation - ca c'est pourquoi on boit lait sterilise ici pour reduire la contamination avec I131; et elle emet Xenon et Radon radioactif, tout le temps pendant operation, les gaz ne sont pas stockes et nous empoisonnent tous, eux et leurs produits filles - tueur siliencieux qui degrade la vie sur cette planete lentement et surement de plus en plus chaque annee. Atoms for Peace. Oui, quand la nucleaire a completement tue la planete elle sera a paix.
Réponse de le 01/07/2020 à 0:49 :
Mouais. L'éolien c'est génial l'éolien c'est génial comme disent tous en chœur les marchands de gaz !

Et puis vous oubliez un peu vite le béton qui est caché sous la terre au pied des éoliennes...

Éolienne qu'il faut renouveler tous les 20 ans en moyenne....

Pâle d'éolienne fabriqué en fibre de verre qu'il faut aussi fabriquer à partir de produits petro synthétique.

Mais le pire et leur bilan au niveau du taux de charge. 20 % du temps contre au moins 85 % si on avait pas des obstructeur permanent à la recherche de charge administrative inutile.
Réponse de le 01/07/2020 à 5:18 :
Vous auriez intérêt à réactualiser (ou actualiser) vos connaissances en matière de nucléaire. Je vous invite à voir les vidéos de Jancovici.
a écrit le 30/06/2020 à 22:47 :
L'hydrogène c'est le SEUL avenir n'en déplaise aux pastèques à cervelles d'huîtres. La batterie ne peut pas répondre aux besoins de mobilité et d'outils de puissance . Ce sont encore les chinois qui seront devant et nous dans la voiture balai à pédales .
Réponse de le 01/07/2020 à 0:54 :
C'est bien beau de traiter les autres de pastèque il faudrait peut-être garder un peu comment est fabriqué l'hydrogène....

je vous rappelle qu'une voiture à hydrogène et une voiture électrique avant tout.

Gaspillé 50 % d'électricité en la produisant par electrolyse mais pas vraiment une très bonne idée.

Une fois encore le nucléaire peut apporter des solutions : la pyrolyse nucléaire. Les Chinois expérimentent et il nous vendront leur technologie.

Par ailleurs il faudrait aussi rappeler la densité énergétique de l'hydrogène qui est quand même un peu près 10 fois à 20 fois moindre que celle du méthane c'est-à-dire du gaz naturel d'où est majoritairement produit l'hydrogène aujourd'hui rejeton 95 % de CO2. oui le craquage d'une molécule de méthane nécessite beaucoup d'énergie et rejette beaucoup de CO2.
Réponse de le 01/07/2020 à 13:26 :
L'hydrogène c'est tellement puissant, qu'une voiture à besoin d'une batterie 😂
En Suisse, les gros camions de chantier pour les carrières, tu vois le truc, 10metre de haut, avec des roue de 3m,
Hydrogène ou batterie ?
😂
a écrit le 30/06/2020 à 21:49 :
Il faut arrêter avec cette crainte déraisonnable du nucléaire. Vous utilisez tous des voitures qui tuent 3000 personnes par an dans notre pays et en mutilent des dizaines de milliers...Le nucléaire: combien de morts et de blessés? Le nucléaire combien de conflits de voisinage? Le nucléaire quel impact sur la biodiversité dans notre pays ?
Les pseudo écolos ne sont que des anti nucléaires primaires obscurantistes. Il tentent de faire disparaître une filière d'excellence française et de la remplacer par des dizaines de milliers d'éoliennes sans intérêt pour la lutte contre le réchauffement, très onéreuses pour les citoyens, nuisibles pour le voisinage, la diversité et les paysages.
Il est temps que la raison revienne et que ces insensés perdent le crédit que les médias ignorants leur accordent!
Un jour viendra où ils seront mis à l'index
Réponse de le 01/07/2020 à 9:17 :
100% d'accord. L'écologie est en train de devenir une secte ou au mieux une religion qui c'est formée sur la peur du nucléaire et de la bombe pendant la guerre froides.
En surfant sur l'idée que tout dans la nature est bon et que la science est suspecte on en arrive à créer les crétins antivacin et autres illuminés.
a écrit le 30/06/2020 à 21:34 :
Utiliser l'électricité pour faire remonter l'eau dans les barrages, comme font les suisses la nuit, plutôt que "cette usine à gaz" avec de l’électricité française pour le gag .Hé wai, c'est trop simple, j'ai pas fais l'ÉNA !
Réponse de le 01/07/2020 à 8:37 :
EDF le fait aussi
Réponse de le 01/07/2020 à 9:34 :
C'est une tellement bonne idée que c'est fait depuis le début du nucléaire, en France. Une centrale nucléaire, ça ne s'arrête pas comme ça, il faut donc consommer la nuit ce que l'on produit. On remonte donc l'eau dans les barrages.
Allez, renseignez vous de ce qui se fait en France.
Réponse de le 01/07/2020 à 10:41 :
ca existe aussi en France
Réponse de le 02/07/2020 à 12:40 :
Ben ça se voit que vous avez pas fait l'ENA : on a exactement les mêmes pratiques en France. Sauf qu'il y a une limite au nombre de sites utilisables, et cela nécessite des infrastructures construites dans des sites montagneux souvent protégés.
a écrit le 30/06/2020 à 21:19 :
Les centrales nucléaires ne sont bonnes qu'à produire de l'eau à haute température.
Au passage l'eau , même tiède est un polluant écologique majeur des cours d'eau dans lesquels elle est déversée.
Sans compter l'eau pompée dans les cours d'eau et non rendue (1 m3/sec par réacteur à Cattenom par ex).

Quand vous faites la transformation thermique HT-> Electricité, le rendement s'effondre à moins de 30%.
La production de H2 à partir de l'électricité a un rendement très variable, entre 50% et 90%.
Et si la destination finale c'est de faire tourner un véhicule à propulsion électrique via une cellule, on a de nouveau une perte.

Pour résumer, c'est une façon particulièrement polluante, compliquée et énergétiquement inefficace de faire rouler des véhicules.
a écrit le 30/06/2020 à 20:51 :
HA HA HA, l'hydrogène "propre" à base de nucléaire ...pourquoi pas aussi "la bombe atomique c'est fantastique" !!! Inénarrable Lemaire.
Je suis d'accord avec le constat de Carbone 4 la société de Jancovici pour son utilité incontournable pour la baisse brutale de consommation de CO2 mais cela ne sera pas suffisant ni économique à long terme !
Nous savons tous que le nucléaire n'est pas propre car les déchets ne sont toujours pas recyclables et leur stockage en sécurité coûte une fortune pour des milliers d'années et le vrai coût est bizarrement non comptabilisé dans les frais de la filière de manière scélérate pour cacher le vrai prix du nucléaire aux Français qui est le double que celui annoncé par nos ministres et les industriels EDF en tête !!!
Le nucléaire ce n'est pas l'indépendance énergétique car l'uranium est exploité essentiellement dans les pays Africains avec une stabilité politique précaire. C'est pour cela essentiellement que les militaires Français sont au Saël. Protéger quoi qu'il en coûte les gouvernements locaux favorables aux exploitations des mines par Orano l'ex Areva. Les mines Orano au Niger convoitées aussi par les Chinois comme au Mali (gisements présumés) et le Tchad qui est un peu le gendarme de la région avec l'argent et l'aide de la France... On ne comptabilise pas non plus les frais des campagnes militaires pour protéger les approvisionnements en uranium dans les frais de la filière combustible nucléaire !
Donc le nucléaire c'est fatalement un choix par défaut mais c'est aussi très coûteux et dont l' approvisionnement n'est pas plus sécurisé que le pétrole contrairement à ce que les gouvernements avances. Votre facture d'électricité ne représente pas les vrais coûts de cette énergie et elle va certainement doubler très bientôt pour faire face aux vrais dépenses de la filière...Les Français vont un peu déchanter de ce mensonge d'état du nucléaire pas cher !
a écrit le 30/06/2020 à 20:23 :
la tribune piratée par le gorafi??
a écrit le 30/06/2020 à 20:15 :
Une bonne idée s'il y a de bonnes personnes derrières, sinon c'est du suicide.
a écrit le 30/06/2020 à 19:50 :
comme le premier ministre ne peut en parler, car ancien lobbyiste d'areva qui a mis une carotte de plusieurs milliards a l'état, comme il l'a laissé a la mairie du havre, je ne m'étonne pas que cela soit le ministre de tutel...

Et comme il y a six centrale a changer, l'idée est de faire travailler le lobby.
Par contre, terminer une centrale nucléaire qui engloutie trois fois son coût, c'est actuellement le constat que l'on peut faire, alors effectivement ne sachant pas terminer les eprs a présent les clowns se lancent dans une aventure sans être capable de maitriser la technologie.....
a écrit le 30/06/2020 à 19:50 :
La France ne risque pas de dépendre( énergies )trop de l’Allemagne ?
Par quel procédé est produite l’hydrogène avec l’énergie nucléaire ?
Réponse de le 30/06/2020 à 20:21 :
électrolyse, H2O -> H2 + 1/2 O2. Reste à améliorer le rendement, plus il sera élevé mieux ça sera. C'est classique comme méthode. Y a une installation prototype en Corse, Myrte, près d'Ajaccio, qui électrolyse le jour (panneaux photovoltaïques) et recombine le soir pour aider le réseau électrique (y a une citerne H2 et une O2).
Pour absorber les excès de production ça sera pas mal, sinon le kWh devient négatif sur le marché de gros faute d'acheteur.
Réponse de le 30/06/2020 à 20:50 :
Bonjour, pour produire de l'hydrogène propre, il faut de l'électricité propre (et malheureusement beaucoup, ce qui coûte cher et qui explique pourquoi 90% si ce n'est plus de l'hydrogène produit aujourd'hui est "sale" produit par vapocraquage d'hydrocarbures).

L'électricité nucléaire est une des énergies les plus propres : jusqu'à fois moins de CO2 que les éoliennes, 7 fois moins que le photovoltaïque, des déchets en très faible volume avec une filière pistée sur leur traitement, et des solutions qu'on a su faire il y a 30 ans pour en recycler une part mais qu'on a abandonné sous pression des lobbies gaziers et "écolos". De plus, c'est une production pilotable (qu'on peut moduler selon les besoins) contrairement à l'éolien ou au solaire qui produit quand la météo le veut bien (et jamais la nuit pour le photovoltaïque). Cette intermittence pose de gros problèmes pour la stabilité des réseaux électriques la France "sauvant" régulièrement ses voisins du black out.

En revanche l'h2 apportant une solution de stockage peut pallier l'intermittence des EnRi, mais le rendement complet est faible (~30% pour un véhicule à h2) ce qui fait qu'on "gâche " les 2/3 par ce mode là (ce qui est toujours mieux que d'en perdre 100% !)

En soit la production d'h2 par autre chose que des EnRi n'a probablement de sens que parce que ces EnRi se voient accorder la priorité sur les réseaux quand elles sont surabondantes.
a écrit le 30/06/2020 à 19:03 :
Cette belle idée est complexe techniquement et sommes nous prêts, que ça ne se transforme pas en un nouvel EPR... Une solution d'attente serait de réaliser des bagnoles qui consommeraient quelque chose comme 2,5 litres bien entendue elles seraient en vitesse réduite.
a écrit le 30/06/2020 à 19:02 :
Pourquoi la France éprouve des difficultés à construire l'EPR de Flamanville alors que les Chinois ont déjà démarré le leur ? Ben écoutez ceux qui savent (JM Jancovici) il a fallu aux Français réapprendre à construire des centrales on avait juste perdu les compétences les ingénieurs qui savaient faire sont depuis belle lurette à la retraite. Pour info on veut réindustrialiser la France ? Ben il faut de l'électricité pas cher et abondante et disponible jour et nuit (nucléaire).
Réponse de le 30/06/2020 à 21:41 :
L'équivalent de l'ASN chinois appartient au gouvernement.
Donc ils n'ont aucun pouvoir.

L'ASN n'appartient pas a l'état, et vu la pression qu'ils mettent a EDF et au prestataire, normal que ce soit si long.
Réponse de le 01/07/2020 à 0:38 :
@Lardon, et l'ASN chinois apprends aux ouvriers chinois à faire des soudures ou c'est juste qu'en France on en forme que des bacs S et pas des soudeurs? Un jour il faudra demander des comptes au corps professoral pour sa gestion de la jeunesse de la nation,
Réponse de le 01/07/2020 à 10:22 :
Jancovici à toujours des réponse basiques entre ses numéro de clown.
Les 6 EPR en cours ou terminés pour les 2 chinois ont tous été des bides... Y compris les deux chinois qui ont doublés leur temps de construction et dépassés leur budget et engagement de 60% ce qui paraît un exploit comparé aux EPR Européen avec la palmé non pas à Flamenville mais à Olkiluoto commencé en 2005 soit 2 ans avant et qui n'a pas lui non plus sorti son premier électron.... Mais nous payons déjà des millions d'euros d'indemnités.
L'argument selon lequel on a perdu la main de Jancovici est bidon car cela n'est du qu'à des réacteurs de plus en plus complexes. La preuve ? Les derniers réacteurs construits type N4il y a environ 20 ans tout en étant plus simples que les EPR ont eu des temps de construction allant de 9 à 12 ans alors que les plus anciens et plus rustiques comme Fessenheim se sont tous construits entre 4 et 5 ans.
La réalité c'est que le nucléaire qui doit tenir compte de toutes les sécurités que l'on négligeant autrefois (d'où les tchernobyl et les Fukushima) ont rendu ces monstres hors de prix et presque irréalisables dans un délai raisonnable en regard de l'évolution de la technologie dans les domaines concurrents ce qui les rend obsolète le jour où ils deviennent opérationnel.
a écrit le 30/06/2020 à 18:40 :
fichtre, il est en avance, le ministre!
il decouvre Air Liquide et Linde!
a écrit le 30/06/2020 à 18:35 :
demandons l avis des écologistes il y a toujours des pollutions invisibles !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :