"Les politiques irréalistes visant à réduire les émissions entraineront une hausse des prix de l'énergie" (Mohammed ben Salmane)

L'Arabie saoudite met en garde contre des politiques écologiques "irréalistes".
L'adoption de politiques irréalistes visant à réduire les émissions en excluant les principales sources d'énergie entraînera dans les années à venir une inflation exceptionnelle et une hausse des prix de l'énergie, a déclaré le prince Mohammed, devant le président américain Joe Biden et des leaders du Golfe.
"L'adoption de politiques irréalistes visant à réduire les émissions en excluant les principales sources d'énergie entraînera dans les années à venir une inflation exceptionnelle et une hausse des prix de l'énergie", a déclaré le prince Mohammed, devant le président américain Joe Biden et des leaders du Golfe. (Crédits : Reuters)

Les "politiques irréalistes" visant à réduire les émissions de CO2 pourraient alimenter une "inflation exceptionnelle", a averti samedi le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane, présidant un sommet entre les Etats-Unis et plusieurs pays arabes à Jeddah (ouest). L'économie de l'Arabie saoudite repose largement sur le pétrole, dont elle est l'un des plus importants exportateurs au monde, mais la riche monarchie du Golfe avait ces dernières années fait des annonces en faveur des énergies vertes et de la lutte contre le changement climatique.

"L'adoption de politiques irréalistes visant à réduire les émissions en excluant les principales sources d'énergie entraînera dans les années à venir une inflation exceptionnelle et une hausse des prix de l'énergie", a déclaré le prince Mohammed, devant le président américain Joe Biden et des leaders du Golfe.

"Les défis environnementaux auxquels le monde est actuellement confronté, en particulier le changement climatique, nécessitent de les traiter de manière réaliste et responsable pour parvenir au développement durable", a justifié le prince héritier, qui dirige de facto son pays. Plaidant pour une "approche équilibrée", il a appelé à "continuer d'investir dans les énergies fossiles" afin de "répondre à la demande mondiale croissante". Les experts considèrent pourtant que ces énergies sont en grande partie responsables du réchauffement de la planète.

Biden en Arabie Saoudite

Joe Biden conclut samedi en Arabie saoudite sa première tournée au Moyen-Orient depuis son arrivée au pouvoir. Washington espère que l'Arabie saoudite ouvrira les vannes du pétrole pour faire baisser la flambée des prix à la pompe, à quelques mois des élections de mi-mandat aux Etats-Unis. Après avoir rencontré les dirigeants saoudiens vendredi, il a assuré faire "tout ce qu'(il) peu(t)" pour augmenter l'offre de pétrole, disant toutefois que les résultats concrets ne seraient pas visibles "avant deux semaines". Le prince Mohammed a promis samedi que le royaume "jouerait son rôle dans ce domaine", rappelant l'engagement pris en mai d'augmenter la capacité de production quotidienne de pétrole de plus d'un million de barils pour dépasser les 13 millions d'ici à 2027.

Le prince héritier a également rappelé au président américain Joe Biden que l'Arabie saoudite avait pris des mesures pour éviter de commettre de nouvelles erreurs, comme le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, tout en pointant du doigt les erreurs américaines, notamment en Irak, a déclaré un responsable saoudien. Dans une déclaration transmise à Reuters ce responsable a déclaré que le dirigeant de facto du royaume avait dit que tenter d'imposer certaines valeurs par la force à d'autres pays pouvait se retourner contre lui.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 17/07/2022 à 23:48
Signaler
Il a raison à moyen terme mais à moyen terme seulement. Et encore, il faudrait que la monarchie des Saoud ne s'effondre pas (à moyen terme), ce qui n'est pas garanti.

à écrit le 17/07/2022 à 22:04
Signaler
MBS est encore trop positif : Pour être dans la réalité, il faut dire que les politiques visant à réduire les émissions sont non seulement irréalistes, mais qu'en plus une politique réaliste n'existe pas en matière de climat

à écrit le 17/07/2022 à 10:57
Signaler
On a éventuellement un problème, mais c'est sûr qu'on est en pleine hystérie décarbonatoire. Et, il faut le souligner, seulement en Europe. Europe qui se fait très logiquement assassiner sur les prix du gaz, histoire qui a commencé bien avant l'Ukr...

à écrit le 17/07/2022 à 10:04
Signaler
Gageons que l'extrémisme écologiste de l'UE réussira à apporter la pénurie, l'inflation, les coupures, la récession et, finalement, le retour du charbon.

à écrit le 17/07/2022 à 9:51
Signaler
Il a raison maintenant au lieu d'entasser leurs milliers de milliards dans les paradis fiscaux et l’achat de biens partout dans le monde, s'ils n'avaient investi rien que la moitié de cette fortune dans la R et D leur vache à lait serait bien plus at...

à écrit le 16/07/2022 à 23:32
Signaler
Nous devons accélérer vers une énergie decarbonnee, c'est une évidence. Il faut considérer que l'ere du pétrole abondant et pas cher est derrière nous en préparant l'avenir qui commence par la sobriété énergétique et le développement des renouvelable...

le 18/07/2022 à 8:12
Signaler
C'est vrai que le développement des renouvelables intermittentes et aléatoires a parfaitement montrer son efficacité pour aller vers une énergie décarbonée. Un grand succès pour les fournisseurs de gaz qui comme chacun sait est une énergie qui n'ém...

à écrit le 16/07/2022 à 22:46
Signaler
Rien de tout ça n'arrive au hasard... C'est la même stratégie que les classes les plus riches donc les plus polluantes adoptent pour chasser les classes modestes des centres villes par exemple en rencherissant les prix des loyers. ILs font la meme c...

à écrit le 16/07/2022 à 17:33
Signaler
Le changement climatique est la conséquence de la démographie. Pour le politiquement correct il ne faut pas en parler. On va passer en novembre à 8 milliards d'humains alors qu'on était 2 milliards en 1950 !!!!

à écrit le 16/07/2022 à 16:53
Signaler
Le laxisme, l'incompétence et l'aveuglement idéologiques de nos gouvernants depuis 4 décennies est coupable. Nos dépendances énergétiques, technologiques, alimentaires et pharmaceutiques encouragées sont de leurs faits . Ils ont au nom d'une idéolo...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.