Plan social de GE : Le Maire exige une amélioration (et remet la pression sur les turbines Arabelle, fleuron stratégique)

 |  | 529 mots
Lecture 3 min.
Le gouvernement a rappellé à GE qu'il compte toujours remettre la main sur les fameuses turbines Arabelle, réputées les meilleures au monde, et utilisées dans nos centrales nucléaires, mais aussi dans les bâtiments à propulsion nucléaire de la Marine nationale, dont le porte-avions Charles-de-Gaulle et quelques sous-marins nucléaires.
Le gouvernement a rappellé à GE qu'il compte toujours remettre la main sur les fameuses turbines Arabelle, réputées les meilleures au monde, et utilisées dans nos centrales nucléaires, mais aussi dans les bâtiments à propulsion nucléaire de la Marine nationale, dont le porte-avions Charles-de-Gaulle et quelques sous-marins nucléaires. (Crédits : Reuters)
Pour l'État, l'entreprise américaine peut et doit améliorer son plan de suppression d'emplois qu'il envisage dans la branche réseaux (GE Grid Solutions) des sites de Saint-Priest et Villeurbanne (Rhône). Mais le gouvernement rappelle à l'américain qu'il compte toujours remettre la main sur les turbines à vapeur Arabelle, réputées les meilleures et les plus puissantes au monde, qui non seulement équipent nos centrales nucléaires mais aussi des bâtiments de la Marine nationale à propulsion nucléaire (le porte-avions Charles-de-Gaulle, des sous-marins...) souveraineté nationale oblige.

La cession en juin 2014 par l'État français des activités Energie d'Alstom au géant américain General Electric (GE), sous l'égide de François Hollande et de son ministre de l'Économie, Arnaud Montebourg (puis par Emmanuel Macron comme ministre puis président de la République), n'en finit pas de faire des remous. Car deux ans après, en 2016, le géant américain annonçait un vaste plan de suppressions d'emplois dans les deux ans à venir, qui concernerait 6.500 postes en Europe au sein des anciennes activités énergie d'Alstom. À l'époque, GE évoquait 765 suppressions sur les sites français. Un chiffre qui, depuis, a passé la barre du millier de suppressions.

Lire aussi : Licenciements chez General Electric : l'Etat français subit un camouflet

Hier, mardi 1er décembre 2020, le ministre de l'Économie Bruno Le Maire, est à nouveau intervenu dans le plan social annoncé par GE, estimant que l'américain "peut et doit améliorer son plan social" concernant les suppressions d'emplois envisagées dans la branche réseaux (Grid) des sites de Saint-Priest et Villeurbanne (Rhône).

Lire aussi : General Electric : le site de Villeurbanne débraye pour s'opposer au PSE

Le ministre a rappelé que les activités du groupe américain "aujourd'hui rencontrent des difficultés", et il a indiqué que le gouvernement voulait "soutenir l'entreprise, permettre le meilleur reclassement possible des salariés".

Le Maire enjoint GE de se tourner vers les renouvelables et l'hydrogène

Mais l'État entend "demander aussi à GE d'améliorer ses plans quand ils peuvent être améliorés", a ajouté M. Le Maire, répondant au député LREM du Rhône Bruno Bonnell.

"Dans le cas de Saint-Priest et de Villeurbanne sur les réseaux électriques, j'estime que GE peut et doit améliorer son plan social, sur le nombre d'emplois qui sont concernés et qui pourraient être supprimés" et "sur la qualité du plan social", a déclaré le ministre,

Il y a plus d'un an, le 3 juin 2019, le ministre, arrivé sous les huées du personnel, avait déjà exhorté General Electric à revoir à la baisse le nombre de suppressions d'emplois prévues par son plan social.

Lire aussi : Plan social chez General Electric à Belfort : "Il doit être amélioré" (Le Maire)

Les turbines Arabelle, les meilleures du monde, fleuron stratégique français

Bruno Le Maire a également dit, hier, qu'il souhaitait "ouvrir des perspectives pour General Electric et pour ses 13.000 emplois" en France, en mentionnant les secteurs des énergies renouvelables et du développement de l'hydrogène.

En outre, le ministre de l'Économie a rappelé le "sujet très sensible et très important des turbines pour les réacteurs nucléaires".

"Nous souhaitons maintenir la souveraineté nationale sur les turbines Arabelle qui servent pour nos réacteurs nucléaires", a-t-il dit.

Lire aussi : La France va enfin riposter au pillage de ses pépites industrielles. Trop tard? (10/11)

Par ailleurs, Bruno Le Maire a annoncé que le fonds de revitalisation de 50 millions d'euros, abondé par GE, serait installé ce mardi "pour développer de nouvelles activités industrielles, notamment sur le site de Belfort".

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2020 à 18:06 :
Je vous conseille de lire le Piège Américain de Frédéric Pierucci aux éditions Lattes qui explique comment GE a mis la main sur Alstom . Frédéric Pierucci était le responsable de la division chaudières et a été emprisonné aux Etats Unis pendant 2ans pour servir d'otage à la confiscation d' Alstom par GE.
a écrit le 02/12/2020 à 10:26 :
La technologie des turbines vapeur est stratégique pour la France.
a écrit le 02/12/2020 à 9:35 :
La turbine Arabelle n'équipe pas les navires de la marine nationale... (Elles sont fabriquées par Thermodyn au Creusot)...
Réponse de le 02/12/2020 à 14:04 :
La turbine Arabelle a été étudiée et fabriquée à BELFORT.par du personnel compétent.
a écrit le 02/12/2020 à 8:50 :
Vous auriez pu signaler dans l'article qui nous devons "remercier" pour la vente de notre joyau stratégique et industriel à cette multinationale étatsunienne.
Certes ils sont plusieurs dans le coup mais ce n'est pas une raison pour n'en rien dire, au contraire.
C'est une traitrise pire que ce que firent l'entreprise Renault et quelques autres durant la guerre, car il s'agit ici d'abandon volontaire d'indépendance stratégique, il n'y aucun espoir raisonnable de récupérer quoique ce soit.
Dans le meilleur des cas il faudra tout reconstruire, à quel prix cela sera-t-il possible à supposer qu'un de Gaulle nouveau soit assez cou...u pour le faire.

Startup nation!!!
a écrit le 02/12/2020 à 8:46 :
Non mais ça fait des années maintenant que l'on nous expose les délires de nos politiciens se faisant de la pub dans des conditions plus que douteuses puisque au final c'est toujours pareil, les multinationales étrangères, parce que vous noterez que jamais les multinationales européennes ne sont jamais exposées par ces mêmes politiciens, elles doivent donc être irréprochables les notres c'est sûr hein, ne les écoute même pas ne prennent même plus la peine de leur répondre, elles les laissent s'agiter et elles ont bien raison vous devriez faire pareil, parce que du coup ces déclarations mensongères sont plus du publi-reportage que de l'actualité hein, et de la publicité même pas pour une entreprise qui plus est, pour un politicien à savoir ces gens qui nous ont fait tomber si bas.
a écrit le 02/12/2020 à 6:44 :
Mais qui est le bouillon, le douillon, qui a vendu ces turbines a GE?
Bon a part ça l'autoritaire ça arrive déjà a coincer avec les simples citoyens alors avec une multinationale, je crois que notre Nono il va se faire moucher bien bien.
(Pour l'interdiction du ski a l'étranger, bienvenu en république psychiatrique française, et bravo au ministre de la santé belge )

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :