Préserver les dividendes : l’obsession des grands groupes pétroliers, mais jusqu'à quand ?

 |  | 671 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : Nerijus Adomaitis)
Malgré le plongeon des cours du brut, les grands groupes pétroliers, qui publient leurs résultats financiers à partir de cette semaine, refusent de baisser la rémunération de leurs actionnaires. Même s'ils doivent s'endetter.

Face au plongeon spectaculaire des cours du brut, les grands groupes pétroliers vont-ils devoir se résoudre à réduire leurs généreux dividendes ? Écartée lors des précédentes crises, cette hypothèse n'est désormais plus un tabou. Jeudi dernier, la compagnie norvégienne Equinor a même été la première à franchir le pas. Et sa rivale italienne Eni, qui a vu ses profits fondre de 94% au premier trimestre, s'est dit prête à en faire de même cet été.

Lire aussi : Pétrole: pourquoi la crise pourrait empirer

Détenue majoritairement par l'Etat norvégien, Equinor va diviser par trois son prochain versement trimestriel, le ramenant de 27 à 9 cents (de 25 à 8 centimes d'euros). Une mesure justifiée par "des conditions de marché et des incertitudes sans précédent", alors que la propagation rapide de...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/04/2020 à 11:53 :
Une bonne nouvelle pour tous les petits épargnants qui ont été assez naifs pour risquer leur argent dans une assurance-vie en unités de compte où figurent de grandes sociétés pétrolières. Ces épargnants ont déjà assez perdu en capital (30% en moyenne).
C'est aussi l'occasion de rappeler aux écologistes qu'ils devraient vérifier quelles sont les sociétés qui figurent dans le portefeuille de leur assurance-vie. Ils pourraient ainsi, s'il le juge utile, arbitrer en faveur des sociétés ou des secteurs qu'ils estiment les plus "verts". A moins, bien sûr, qu'ils donnent la priorité au rendement de leur assurance-vie.
a écrit le 27/04/2020 à 11:48 :
quand on ne rentre plus une caillasse on met les investissements a zero, ca regle le pb........ comme disait un economiste on ne sait pas si on n'aura pas un choc petrolier expost........
bien malin qui peut dire ou on va ( sauf pour les investissements, vu que la on sait cf analyse fi)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :