Total démontre sa résilience dans un environnement difficile

 |  | 807 mots
Lecture 4 min.
Total affiche de meilleurs résultats 2016 que les autres majors.
Total affiche de meilleurs résultats 2016 que les autres majors. (Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Le pétrolier français superforme de nouveau le secteur, avec des résultats en baisse de 21% mais sensiblement meilleurs que ceux des majors. Son PDG Patrick Pouyanné maintient le cap pour renforcer la résistance du groupe dans un contexte qu’il juge toujours incertain.

« Ce qu'on contrôle, on le contrôle bien », reconnaît Patrick Pouyanné, le PDG de Total, en commentant les résultats de son groupe pour l'année 2016. Et ce que Total contrôle particulièrement bien, et de mieux en mieux, ce sont ses coûts de production. De 9,9 dollars par baril il y a deux ans, ils sont tombés à 5,9$ en 2016. Ce qui a largement contribué au programme de baisse des coûts, dont les objectifs pour l'année écoulée, de 2,4 milliards de dollars, ont été dépassés pour atteindre 2,8 Mds. Et ce qui permet à Total d'afficher de meilleurs résultats que les majors, qui le surpassent pourtant assez nettement en termes de production. A 8,3 milliards de dollars, son résultat net ajusté est en baisse de 21% sur ceux de 2015, quand Exxon ou Shell affichent, eux, des résultats de 40% inférieurs à ceux de l'année précédente.

Une activité aval très rentable

« Toutes les activités ont contribué à ces résultats, souligne Patrick Pouyanné. Mais c'est dans l'exploration/production que l'écart avec la concurrence est le plus significatif. » Si ses coûts de production sont aussi compétitifs, c'est, affirme-t-il que le groupe, contrairement à ses concurrents, a fait dès 2014 l'analyse d'une crise durable, et non pas d'un simple passage à vide comme celui enregistré en 2008. « Cette fois, il y avait à la fois une offre trop élevée et une demande trop faible ; convaincus d'un cycle baissier durable, nous avons eu la meilleure réaction, ce qui nous donne aujourd'hui un temps d'avance. » Le PDG loue la prise de conscience et la mobilisation de toute l'entreprise autour de cet objectif de réduction des coûts, ainsi qu'un fort soutien de l'aval. Passée "de parent pauvre à star du groupe" avec une rentabilité de 34% (à comparer avec 17% pour le plus performant de ses concurrents), cette activité a aussi servi de modèle en matière de sobriété.

Le programme de cession de 10 milliards est réalisé à 80% (avec notamment la cession d'Atotech), le solde se composant de quelques opérations de taille modeste. Le taux d'endettement est aujourd'hui de 27%, et l'objectif est de le ramener sous la barre des 20%.

Autre différence avec la concurrence, l'effort en recherche/développement dans l'activité oil & gaz s'est accru de 5%.

Un point mort à 50$ le baril

La nouvelle entité « low carbon business », qui regroupe le gaz, l'électricité et les renouvelables (dont les activités de SunPower, Saft ou encore Lampiris) a également contribué positivement aux résultats. Avec 4,7 Mds$ et un résultat de 500 M$, soit une rentabilité de 9% sur les capitaux investis, « c'est encore un business modeste, mais appelé à croître », observe Patrick Pouyanné. Le PDG rappelle que le scénario 2°C dans lequel le groupe s'inscrit, en cohérence avec les objectifs de l'Accord de Paris adopté lors de la COP21, implique de se préparer à une baisse de l'activité pétrolière à horizon 2035/2040 et une hausse du gaz, et de prendre position sur ces activités « bas carbone. »

Les prix bas s'accompagnant de coûts bas, c'est également la concentration sur des actifs à bas coûts et des montants d'investissements par baril nettement inférieurs aux prévisions qui a contribué au programme de réduction des coûts.

Ainsi, 1,25 milliards sont budgétés pour 27 nouveaux puits en 2017, contre 1,4 milliards pour 1,4 Mds$ en 2016.

L'époque est également favorable aux acquisitions à coûts très compétitifs. 900 millions de dollars ont ainsi suffi à l'acquisition de nouvelles réserves en 2016 là où 2 milliards avaient été budgétés. Le groupe entend profiter de ce contexte pour lacer une dizaine de nouveaux projets dans les 18 prochains mois.

En hausse de 4,5% (contre +9% en 2015 mais à comparer avec +1% pour ses concurrents), la production, qui devrait encore s'accroître de 4% en 2017, est en ligne avec l'objectif de croissance annuelle de 5% sur la période 2015/2020. Grâce à quoi, Total est aujourd'hui rentable avec un baril à 40$ avant dividende ou 50$ avec dividende.

Une lutte permanente pour abaisser les coûts de production

Confiant « dans la solidité des résultats et du bilan du groupe, ainsi que dans les perspectives de croissance du cash flow disponible », le groupe propose une augmentation du dividende de 1,6% à 62 centimes, soit 2,45€ sur l'année.

Pas question pour autant de s'endormir sur ses lauriers. Aussi le programme de réduction de coûts va se poursuivre avec un objectif de 3,5 Mds$ en 2017 et 4 Mds$ en 2018, et une « lutte permanente pour continuer d'abaisser les coûts de production », fixés à 5,5 $/baril pour 2017 et 5$/baril pour 2018.

Car le marché demeure volatile, les stocks restent de 10% plus élevés qu'ils ne devraient, et Patrick Pouyanné ne croit pas à une remontée durable des cours à moyen terme. « Le plus difficile, c'est l'incertitude », reconnaît le PDG, qui, dans cet environnement incertain, reste "optimiste grâce aux fondamentaux solides du groupe".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/02/2017 à 9:43 :
"le groupe propose une augmentation du dividende de 1,6% à 62 centimes, soit 2,45€ sur l'année"

Bref les actionnaires parlent aux actionnaires. Acteurs de l'économie réelle passez votre chemin ici c'est Mike le poulet sans tête qui décide aussi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :