Rio Tinto prêt à racheter Riversdale pour 2,9 milliards d'euros

 |   |  313  mots
Copyright Reuters
Le groupe minier est tout prêt de conclure le rachat de l'autralien Riversdale, implanté au Mozambique.

Le deuxième groupe minier mondial, l'anglo-australien Rio Tinto, est en passe de conclure le rachat de Riversdale pour 3,8 milliards de dollars (2,9 milliards d'euros), selon des sources proches de l'opération. L'achat se ferait sur la base de 16 dollars australiens par action, un prix rapporté par la presse locale et confirmé par une de ces sources. L'accord n'a pas encore été conclu en raison d'un différend de dernière minute sur le prix. Une annonce devrait être faite ce mercredi ou jeudi.

Ce prix représente une prime de 13,5% par rapport au cours de clôture de Riversdale le 3 décembre, avant que l'intérêt de Rio Tinto pour la société minière tournée vers l'Afrique ne soit dévoilé. Mais il est inférieur au cours enregistré mardi avant la suspension de cotation, à 16,30 dollars australiens. Des porte-parole de Rio Tinto et Riversdale se sont refusés à tout commentaire sur cette opération.

L'implantation de Riversdale au Mozambique permettrait à Rio Tinto de mettre un pied dans ce pays, considéré comme le prochain deuxième exportateur mondial de charbon, ce qui permettra au groupe minier de répondre à une demande croissante en provenance de Chine et d'Inde grâce à une matière première acquise à coût raisonnable.

Selon des analystes, Riversdale pourrait fournir de 5 à 10% du marché global de l'acier. Des groupes chinois investissent aussi massivement en Australie, Afrique du Sud, Indonésie ou encore Russie et des indiens s'efforcent aussi de s'organiser pour sécuriser leurs approvisionnements.

Par ailleurs, un consortium de sociétés indiennes contrôlées par l'Etat et regroupant NTPC, Steel Authority of India, Coal India et Rashtriya Ispat Nigam doit se réunir mercredi pour désigner une banque qui devra le conseiller sur l'opportunité ou non de soumettre une offre pour entrer au capital de Riversdale, selon une source interne au consortium.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :