ArcelorMittal à la conquête du coke mongol

On devrait connaître cet été le nom de l'industriel choisi par la Mongolie pour extraire le charbon à coke du plus grand gisement non exploité dans le monde. Arcelor Mittal a été retenu. Mais rien n'est joué car cinq autres candidats restent encore dans la compétition.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Tavan Tolgoi. Ce nom derrière lequel se cache le premier gisement de charbon à coke non exploité au monde - dont les réserves se montent à 5 milliards de tonnes - fait aujourd'hui rêver les groupes miniers du monde entier. Le gouvernement vient de sélectionner six candidats sur les 15 groupes internationaux qui se battent pour emporter la première licence d'exploitation sur ce site.

Une première victoire pour Arcelor-Mitttal

ArcelorMittal a été retenu, ainsi que les géants miniers Vale et Xstrata, aux côtés de l'américain Peabody Energy Corp, d'un consortium composé de l'entreprise chinoise Shenhua et de la société de négoce japonaise Mitsui. Enfin, un autre consortium rassemblant des groupes japonais, sud-coréens et russes viennent compléter la liste, a annoncé Erdenes MGL, l'entité étatique qui contrôle le site. D'après Korea Ressources, entité qui regroupe les intérêts sud-coréens, le vainqueur de l'appel d'offres devrait être connu le 30 juin.

La Mongolie, pays peu développé de trois millions d'habitants, pourrait connaître une vive croissance sur les dix prochaines années à la faveur de l'exploitation de la richesse minière de son sous-sol. En plus du site Tavan Tolgoi, dont le développement nécessitera 7,3 milliards de dollars, selon les Coréens, le pays va devenir le numéro deux mondial du cuivre une fois que le projet Oyu Tolgoi sera mis en route en 2013.

L'appel d'offre ne concerne qu'un seul champ

Le site de Tavan Tolgoi, situé dans la sud du pays, est composé de six champs de charbon à coke, dont celui de Tsankhi, qui fait l'objet de l'appel d'offres.A lui seul, il contient 1,2 milliard de tonnes de réserves et il pourra en être extrait 15 millions de tonnes par an pendant 30 ans, ont calculé des représentants sud-coréens, estimant que l'investissement initial dans le projet devrait être de 7,3 milliards de dollars.

Outre le savoir-faire des groupes étrangers, la Mongolie a également besoin de capitaux - environ 25 milliards de dollars au cours des cinq prochaines années - en vue d'exploiter ses mines. D'où la décision d'introduire en Bourse plusieurs actifs miniers. En l'occurrence une partie du bloc de l'Est de Tavan Tolgoi qui pourrait lui rapporter 1,5 milliards de dollars. De quoi susciter là encore des convoitises étrangères. Vingt banques d'affaires étrangères se sont précipitées pour s'occuper de l'opération.

Le coke a retrouvé ses niveaux records d'avant la crise

Une forte demande pour le charbon à coke, notamment provenance d'Asie, ont fait grimper les cours de cette matière première à des niveaux record cette année. La Chine, le Japon et la Corée du Sud sillonnent le monde à la recherche de nouvelles sources d'approvisionnement de minerai de fer et de charbon à coke, deux composants utilisés par les sidérurgistes, afin de réduire leur dépendance aux géants miniers que sont BHP Billiton et Rio Tinto. La Mongolie devrait dépasser cette année l'Australie pour devenir le premier fournisseur de charbon à coke de la Chine.
 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 08/03/2011 à 7:40
Signaler
vont-ils s'en mettre plein le nez?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.