La ligne Lyon-Turin bientôt sur les rails ?

François Hollande et Matteo Renzi se retrouvent mardi à Venise pour un sommet France-Italie visant à lever les ultimes obstacles à la construction de cette ligne ferroviaire à grande vitesse.
François Hollande et Matteo Renzi (ici à l'Elysée, en novembre dernier) doivent signer un protocole d'accord sur le lancement des travaux.
François Hollande et Matteo Renzi (ici à l'Elysée, en novembre dernier) doivent signer un protocole d'accord sur le lancement des travaux. (Crédits : Reuters)

Leur objectif? Trouver enfin un terrain d'entente. François Hollande et Matteo Renzi se retrouvent mardi à Venise pour un sommet France-Italie. Celui-ci vise à lever les ultimes obstacles à la construction de la ligne ferroviaire à grande vitesse Lyon-Turin, un projet plusieurs fois retardé et d'un coût total de 8,4 milliards d'euros. Les deux pays signeront lors du sommet un protocole à l'accord conclu l'année dernière sur le lancement des travaux, portant à la fois sur la certification des coûts et leur répartition entre la France et l'Italie, a indiqué l'Elysée.

Sur ces 8,4 milliards d'euros, 40% auront pour origine l'Union européenne, tandis que les 60% restants proviendront de la France et de l'Italie. La "clef de répartition" sur ces 60% s'établit à 42,1% pour la France et 57,9% pour l'Italie, a-t-on précisé de même source.

Craintes des écologistes

Pour la présidence française, il s'agit là d'"une grande avancée sur un projet engagé maintenant il y a fort longtemps", car sur cette base "les marchés de travaux (appels d'offre, etc... NDLR) pourront être engagés dans le courant de l'année et les financements européens très conséquents suivre pour mettre définitivement ce projet sur la voie de sa réalisation concrète".

L'accord initial sur la construction de cette ligne ferroviaire à grande vitesse, combinant fret et trafic de voyageurs, remonte à 2001. La LGV doit entrer en service en 2028-29. Le futur tunnel transalpin, plus long que le tunnel sous la Manche, aura une longueur de 57 km. Le projet s'est heurté à l'hostilité des écologistes français et italiens, qui le considèrent comme trop onéreux et nuisible à l'environnement.

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 06/03/2016 à 21:09
Signaler
"combinant fret et trafic de voyageurs" c'est sûr ? J'avais lu, avec tristesse, que seul le fret devait y transiter. Un peu dommage de creuser si long pour ces camions, rien que des camions (à condition qu'il y aillent, un sur-péage étant prévu penda...

le 07/03/2016 à 12:56
Signaler
Avez vous remarqué que la ligne Lyon-Turin, c'est d'une ligne de Chemin de fer dont on parle ?? C'est justement pour supprimer les files de poids-lourds dans les vallées alpines que cette ligne est promue !! Quand aux écolos, ils sont CONTRE ! Cont...

à écrit le 06/03/2016 à 18:15
Signaler
On parle uniquement du tunnel de base qui n'est qu'une partie du Lyon-Turin (1/3) évalué à 8,5 Mrds € en valeur 2010. Le tunnel du St-Gothard qui est identique (2x57 km) aura coté plus de 12 Mrds €. Le tunnel de base du Lyon-Turin ne sera terminé qu'...

à écrit le 06/03/2016 à 15:18
Signaler
Voilà un projet (même s'il n'est pas parfait) qui pourrait être financé en totalité par l'enveloppe des E 350 Mlds de Juncker. Pourquoi seulement 40% ? Cordialement

à écrit le 06/03/2016 à 12:14
Signaler
Qui, les emprunts sont gatuites grace a leur copain Draghi, et les chiffres des chomeurs fleurissent. Aussi les amis constructeurs ne vont pas oublier ces gestes. La dette astronomique? Pour les générations suivants.

à écrit le 06/03/2016 à 12:03
Signaler
C'est un projet complètement irréel d'un point de vue strictement financier ! Le système ferroviaire Français craque de partout en raison du retard pris dans la régénération du réseau vieillissant , situation bientôt aggravée par la livraison des tr...

à écrit le 06/03/2016 à 11:29
Signaler
IL faut empêcher l'ouverture de cette ligne qui n'apportera rien économiquement amplifiant par contre puissamment la pollution déjà importante dans les alpes. Tout est dit là dedans: "Résistance dans la vallée" http://www.monde-diplomatique.fr/20...

le 06/03/2016 à 12:12
Signaler
Vous devriez vous relire. On parle d'un projet de tunnel ferriviaire et non d'un tunnel routier. Il suffit de voir le trafic dans le tunnel du Fréjus pour comprendre les enjeux.

à écrit le 06/03/2016 à 11:28
Signaler
Qui, les emprunts sont gratuits et les chiffres de chomage se fleurrisent. Plus, leurs amis constructeurs ne vont pas les oblier. La dette? Pour la generation suivant.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.