LTDE

Un Français sur deux tenté par le vélo électrique

 |   |  338  mots
(Crédits : Pixabay)
Les intentions d’achat de vélo électrique grimpent en flèche, selon un sondage Ipsos pour Mobivia, de quoi peut-être booster une mobilité encore peu répandue au sein de la population.

Le même sondage avait été effectué à pareille époque en 2016. Résultat : en 2018, la proportion de Français qui se disent intéressés par l'achat d'un vélo à assistance électrique (VAE) a progressé de six points, pour atteindre aujourd'hui 42%.

Le vélo électrique a clairement le vent dans le dos ces derniers mois : en 2017, selon les chiffres de l'Union Sport & Cycles, les ventes ont bondi de plus de 90% dans l'Hexagone, pour 255 000 exemplaires qui ont trouvé preneur.

Le marché français, s'il est en retard par rapport à ses voisins européens (Belgique et Allemagne en particulier) est promis à un bel avenir, tant la marge de progression est importante. Si, selon les auteurs du sondage, « plus du quart des Français (26%) utilise régulièrement le vélo pour se déplacer », ils ne sont que 15% à l'utiliser au moins une fois par semaine, ce qui reste peu.

Prix et risque de vol pour freins

Ce sont d'abord les adeptes de vélo qui, sans surprise, constituent le socle d'intéressés par le VAE. Fini les maux de jambes au terme de cotes interminables (que l'on est parfois obligés d'emprunter) ! Ainsi, près de 55% des habitués du deux-roues se disent intéressés, « mais aussi de nombreux automobilistes qui y voient une alternative vertueuse et économique pour les déplacements quotidiens », selon Ipsos et Mobivia.

Reste, à l'image de la voiture électrique, le frein lié au prix. Le vélo à assistance électrique coût en effet bien plus faire qu'un modèle « classique ». Comptez près de mille euros, environ, pour les premiers modèles. On retrouve alors 66% des personnes interrogées qui placent le prix en première place de leur réticence à passer à l'acte d'achat, bien loin devant la peur du vol (37%) ou encore les difficultés de recharge (20%).

Pour rappel, le Plan Vélo et Mobilités Actives, annoncé par le gouvernement mi-septembre, s'est fixé pour objectif, entre autres, de porter de 5% à 9%, d'ici 2024, le pourcentage des déplacements effectués à vélo en France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/11/2018 à 20:18 :
"Le vélo à assistance électrique coût en effet bien plus faire qu'un modèle « classique ». " bof, obscur comme phrase (méfaits du correcteur totomatique ? Le vélo à assistance électrique coûte en effet bien plus, en fait, qu'un modèle « classique ». ? Autre variante.
Belgique = plat pays (une légende, pas partout !), mais les Pays-Bas c'est plus vrai. EN Suède les villes sont souvent aménagées, depuis longtemps j'imagine, y a des tunnels à cyclistes/piétons, même un pont, sais plus où, qui leur évite de cohabiter avec les voitures. Ceux qui habitent pas trop loin se déplacent à vélo, ou à la campagne pour atteindre le parking (voiture, vélos, pousse pousse, autre trottinette) de l'arrêt de bus permettant d'aller en ville (évite d'encombrer et quand on peut tout faire à pieds, ça fait des économies)..
a écrit le 22/11/2018 à 15:56 :
Je propose que les prochains Tour de France se fassent à vélo électrique.
a écrit le 22/11/2018 à 8:38 :
Non , moi je vais remettre mon Solex en service, 2 temps, de l'huile partout, de la fumée, peu de bruit et les couloirs de bus en héritage. C'est beau l'anti-bagnole, vive la connerie politique.
Réponse de le 24/11/2018 à 20:24 :
Rue de Rivoli (Paris) je retrouvais, en Solex, les voitures qui avaient démarré en trombe aux feu précédents, en moyenne, à l'époque (avant 1975), les voitures avaient la vitesse du Solex !
Quand y avait du verglas le galet s'emballait.
Il s'en fait en électrique, des Solex, pour les nostalgiques.
A hydrogène le vélo coûte 5 000€. Mais combien pour la recharge ?
a écrit le 20/11/2018 à 15:59 :
Bonjour, le vélo électrique, une alternative vertueuse, bon, je veux bien mais il faudrait voir l'impact écologique au niveau construction de la partie électrique entre autre; par ailleurs, ce n'est pas un vélo mais bien un cyclomoteur, électrique bien sûr, mais un cyclomoteur et qui doit être considéré comme tel au niveau des assurances et des diverses réglementations en matière de sécurité; c'est sans doute mieux qu'un engin consommateur de produit pétrolier mais si c'est seulement pour l'exercice physique, rien ne vaut un vrai vélo avec tout le risque que cela comporte, évidemment! bonne route à tous.
Réponse de le 21/11/2018 à 10:37 :
Vélo/vélomobile = 7 kg de batterie pour transporter 100kg sur 100km assistés(120 kg max en mouvement) puis kilométrage infinie avec moteur à soupe.

ZOÉ = 305 kg de batterie pour transporter 486kg de charge utile sur 200km (1966 kg max en mouvement) et 2km en poussant.

Une aide à la casse de 2000 € pour acheter un vélomobile et je change demain.
a écrit le 20/11/2018 à 13:11 :
Tout le monde est favorable a la bicyclette, électrique ou non, mais le danger automobile et les gaz d'échappement stoppent son engouement!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :