Carrefour épinglé en Chine

La télévision d'Etat chinoise accuse Carrefour de vendre du poulet périmé. Les autorités chinoises lui imposent de fermer temporairement le magasin concerné. Carrefour promet une enquête.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Carrefour est dans le collimateur des autorités chinoises. L'enseigne, qui exploite 204 hypermarchés en Chine, est accusée de vendre du poulet périmé, selon un reportage de la chaîne de télévision d'Etat diffusé la semaine dernière. Le 15 mars, à l'occasion de la Journée nationale des droits du consommateur, la CCTV a établi un palmarès des entreprises, qui se livreraient à des tromperies vis-à-vis de leurs clients.

Tout comme l'américain McDonald's, Carrefour en fait partie. Avec à l'appui : un reportage dans un magasin situé dans la province de Henan, à Zhengzhou. Ce magasin a été temporairement fermé à la demande du Bureau d'administration de l'industrie et du commerce de Zhengzhou.

Walmart n'est pas épargné

Le groupe français de distribution a présenté ses excuses à ses clients. Il a ouvert une enquête interne, indique sa porte-parole. Et il dit travailler en étroite collaboration avec le Bureau d'administration de l'industrie et du commerce de Zhengzhou. Carrefour précise, par ailleurs, avoir entrepris des "actions correctrices" et pris des "mesures pour éviter que cela se reproduise". Le magasin de Zhengzhou devrait rouvrir ses portes "après réorganisation", précise Carrefour.

Depuis l'affaire du lait infantile contaminé à la mélamine et l'adoption d'une loi sur la sécurité alimentaire, dans la foulée, en 2009, les consommateurs chinois ont tendance à préférer les enseignes étrangères censées mieux respecter les standards de qualité des produits de grande consommation. Toutefois, elles ne sont plus épargnées par les scandales toujours "révélés" par la télévision d'Etat.

Walmart, numéro deux de la distribution en Chine, a, lui aussi, été récemment épinglé. Il a été soupçonné de vendre du porc issu de l'élevage conventionnel sous une appelation bio. En octobre 2011, l'enseigne avait été contrainte de fermer treize de ses magasins situés à Chongqing pendant deux semaines. Et son patron avait alors présenté sa démission.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.