Amazon annonce la création de 1.800 emplois, des écologistes bloquent trois de ses sites

 |   |  542  mots
(Crédits : Pascal Rossignol)
Des militants écologistes, dont "Les Amis de la Terre", et des "Gilets jaunes" réclament que le gouvernement décrète un moratoire sur l'implantation de tous les nouveaux entrepôts destinés à la vente en ligne.

Des dizaines de militants écologistes bloquaient mardi matin l'accès au siège d'Amazon France à Clichy ainsi qu'à deux autres sites à Lille et Toulouse, dénonçant le rôle du géant américain du commerce en ligne dans le changement climatique et la crise sociale.

Ils demandent au gouvernement d'empêcher l'ouverture prochaine de trois nouveaux entrepôts d'Amazon dans le pays (à Brétigny, Lyon et Metz), "des projets climaticides complètement incompatibles avec l'accord de Paris", a avancé Alma Dufour, chargée de campagne extraction et surconsommation à l'association "les Amis de la Terre".

"Nous réclamons un moratoire sur l'implantation de tous les nouveaux entrepôts destinés à la vente en ligne", a-t-elle continué, alors que le conseil des ministres devrait étudier le projet de loi sur l'économie circulaire.

Les marchandises bloquées à la sortie des entrepôts

Environ une centaine de militants des collectifs "Les Amis de la Terre" et "Action non violente (ANV) Cop21" ainsi que des "gilets jaunes" bloquaient l'accès au siège, selon un journaliste de l'AFP, 240 selon les participants.

A Toulouse, ils étaient environ 70 à ériger une petite montagne de pneus à l'entrée de l'entrepôt. Présents depuis 07H00 devant le site, ils laissaient entrer les camions de livraison ainsi que les salariés de l'entreprise, mais empêchaient toute sortie de marchandises.

"Macron a un choix: Amazon ou le climat", selon un slogan

Au sud-est de Lille, "84 militants ont aussi bloqué un entrepôt Amazon, empêchant les sorties de marchandises, afin de perturber les livraisons, mais sans bloquer les accès piétons", a assuré Charlotte Grunberg, porte-parole pour les Amis de la Terre Nord et ANV-COP 21.

"Amazon favorise la surproduction, détruit trois millions de produits invendus par an, et veut aujourd'hui étendre ses entrepôts. On demande donc au gouvernement de limiter l'expansion de cette entreprise", a-t-elle expliqué.

"Macron a un choix: Amazon ou le climat", "Moins de liberté sauf pour consommer", "Amazon de non retour", pouvait-on lire sur les pancartes des militants présents sur les trois sites.

De son côté, Amazon conteste formellement les accusations des militants.

"Nous sommes engagés et investissons dans le développement durable depuis des années, au travers notamment de notre réseau de parcs éoliens et solaires, ainsi que de nombreuses autres initiatives développées chaque jour par les équipes d'Amazon, dont le projet « Shipment Zero », qui présente l'objectif ambitieux de réaliser 50% de l'ensemble de nos livraisons à zéro carbone d'ici à 2030", déclare une porte-parole de la firme à La Tribune.

"Quand Amazon crée un millier d'emplois, il en détruit le double, en local" affirme ANV COP21

Dans le même temps mardi, Amazon a annoncé dans un communiqué "la création de 1.800 nouveaux emplois en CDI dans l'Hexagone en 2019, ce qui fera passer ses effectifs de 7.500 à plus de 9.300 collaborateurs d'ici la fin de l'année".

"Quand Amazon crée un entrepôt avec un millier d'emplois, il en détruit le double, en local. Le chantage à l'emploi ne marche pas avec nous", a rétorqué un contact presse de Action non-violente COP21(ANV Cop 21).

Les militants, partisans d'une approche pacifique, ne comptent pas quitter les lieux avant d'avoir une réponse du gouvernement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/07/2019 à 8:33 :
Les écolos oublient que commander en ligne, est justement plus écolo que de prendre sa voiture.
a écrit le 02/07/2019 à 20:05 :
J'aimerai avoir la démonstration qu'un emploi créé chez Amazone en détruit 2. C'est peut être vrai. Le simple fait de l'affirmer n'en fait pas une vérité.

Les opposants peuvent ils le démontrer?
a écrit le 02/07/2019 à 19:56 :
"Quand Amazon crée un millier d'emplois, il en détruit le double, en local"
Voila un constat évident que ne partage pas nos élites , non pas parceque nos élites sont intelligentes mais parceque nos élites ont le sentiment d'appartenir à la classe sociale dominante. Et quand on a le sentiment d'appartenir à la classe sociale dominante, forcément on ne peut que voir d'un bon œil un système qui ne profite qu'à une minorité quitte à fermer les yeux sur l'optimisation fiscale qui est à mon avis l'avantage compétitif décisif d'Amazon sur le commerce traditionnel.
Réponse de le 03/07/2019 à 14:32 :
On reve .Amazon detruit des emploies locaux en vendant quoi qui se fait localement !Que se soit en informatique ,en électronique ,en électro-menager en électro portatif ,en jardinage,en ameublement ,ext ......il n'y a quasiment plus aucune usine en France qui ne fabrique ces produits DONC AMAZON NE DETRUIT AUCUN EMPLOIE LOCAL IL EN CREE.De plus la distribution collective de ces produits empeche de prendre sa voiture et faire de grandes distances pour les acheter ;Sans oublier l'essentiel ,le prix imbattable des produitsqu'aucune usine française si elle existe ne pourra concurencerce qui donne du pouvoir d'achat aux gens sans qu'ils se deplacent !Ces ecolos sont des fous completement dephasés des réalités ils seront balayés par l'histoire .....
a écrit le 02/07/2019 à 19:47 :
traffic des camions toujourrs croissant ! ferrouttage , ?. priviliègier le commerce direct de proximité ! politique d écolos zéro pointée
a écrit le 02/07/2019 à 16:07 :
"la création de 1.800 nouveaux emplois en CDI dans l'Hexagone en 2019"

Tiens à la radio, il parlait de CDD.Par contre, la plupart des emplois supprimés à conforama sont eux en CDI.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :