E-commerce : entre les plateformes et les marques se cache un marché florissant

 |   |  803  mots
Avec Amazon, le produit est livré à votre porte… mais il peut parfois être beaucoup plus cher qu’en boutique. C’est ainsi que les intermédiaires entre les marques et la plateforme réalisent sa marge.
Avec Amazon, le produit est livré à votre porte… mais il peut parfois être beaucoup plus cher qu’en boutique. C’est ainsi que les intermédiaires entre les marques et la plateforme réalisent sa marge. (Crédits : Reuters)
La vente en ligne représente un débouché de plus en plus important, mais la plupart des entreprises françaises peinent à opérer leur transition numérique. Partant de ce constat, des startups et PME ont identifié un marché en pleine croissance entre les marques et les marketplaces comme Amazon.

La Fédération du e-commerce et de la vente en ligne (Fevad) chiffre le montant dépensé par les ménages français sur internet en 2018 à 92,6 milliards d'euros, soit 13,4% de plus que l'année précédente. Amazon concentre à lui seul 20,2% de ces ventes (Kantar/LSA). Mais presque n'importe quelle entreprise peut vendre sur sa marketplace. Le baromètre bisannuel Croissance et Digital de l'Association pour le commerce et les services en ligne (Acsel), présenté en mars à Bercy, a confirmé le retard des entreprises françaises dans le numérique.

Seulement 43 % des entreprises de commerce interrogées par l'Acsel disposent d'un site de vente. Surtout, elles ne sont que 8% à être présentes sur les marketplaces comme Amazon, Cdiscount ou encore Aliexpress.

Accompagner les grands groupes et PME

« Au début de l'e-commerce, chaque marque créait son site. Cet e-commerce-là meurt à petit feu. Désormais, les intérêts se concentrent sur les plateformes », constate Raphael...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :