Le conseil d'Accor valide la scission

 |   |  654  mots
Son conseil d'Administration, réuni sous la présidence de Gilles Pélisson, a validé à l'unanimité moins une voix, "la pertinence de la séparation des deux métiers du Groupe. Selon les études menées par la direction, la séparation permettrait à l'hôtellerie et aux services prépayés, chacun leader mondial dans son domaine, d'accélérer leur développement.

Accor annonce ce mardi soir que son conseil d'Administration, réuni sous la présidence de Gilles Pélisson, a validé à l'unanimité moins une voix, "la pertinence de la séparation des deux métiers du Groupe. Les études menées par la Direction du Groupe, à la demande du Conseil, font clairement ressortir que la séparation permettrait à l'hôtellerie et aux services prépayés, chacun leader mondial dans son domaine, d'accélérer leur développement."

La direction assure que "les travaux menés ont notamment mis en évidence que l'hôtellerie et les services prépayés, sans réelles synergies entre eux, font appel à des savoir-faire et à des compétences spécifiques et évoluent dans des environnements de plus en plus différents. Dotés de ressources financières propres et suffisantes, l'hôtellerie et les services prépayés seront mieux armés pour affronter une concurrence mondiale croissante. Séparément, les deux métiers avec leur modèle économique propre, attireront un plus grand nombre d'investisseurs. Les perspectives de développement de chaque métier offriront des projets mobilisateurs pour les équipes, renforçant leur sentiment d'appartenance."
 

Les deux grands actionnaires, Colony Capital et Eurazeo, étaient les grands artisans de ce projet. A l'issue du conseil, ils ont d'ailleurs réaffirmé leur volonté de soutenir dans la durée les deux sociétés qui résulteront de cette séparation. Et ils ont décidé, sous la condition de la réalisation effective de la séparation des deux métiers d'Accor, (i) d'étendre aux actions des deux sociétés les dispositions du pacte d'actionnaires qui les lie depuis mai 2008 jusqu'au 4 mai 2013, et (de prolonger au sein de ce pacte jusqu'au 1er janvier 2012 l'engagement de conservation de leurs actions dans Accor et dans l'entité Services.

La Caisse des Dépôts et son bras armé, le Fonds stratégique d'investissement, actionnaire à 7% d'Accor, affichaient à l'inverse leurs réticences face à ce projet de scission mais ils n'ont pu l'empêcher.

La direction, Gilles Pélisson en tête, va maintenir devoir "mettre en oeuvre le plan d'action permettant au Conseil, le moment venu, de proposer aux actionnaires le projet de séparation, et ce avant la fin de l'année 2010." Le projet de séparation de l'hôtellerie et des services prépayés sera soumis à la consultation des instances représentatives du personnel "dans les meilleurs délais".

En cas d'approbation définitive de la scission, ce dernier prendrait la tête de l'entité hôtellerie. "J'ai toujours dit que j'étais le président du groupe et du pôle hôtelier. Donc à partir du moment où Jacques Stern est nommé directeur général délégué en charge des services, effectivement, je prendrai en charge la direction du pôle hôtelier", a-t-il déclaré. Interrogé sur les conséquences sociales d'une telle opération, redoutées par les salariés, il a assuré qu'il n'y aurait "pas de réduction d'emploi" réitérant sa volonté de dialogue social.

Cité également dans le communiqué, Gilles Pélisson a commenté ainsi cette décision  « une séparation instaurerait une dynamique nouvelle, solide et pérenne pour chaque entité, leader mondial dans son domaine. Cette séparation constituerait également un accélérateur de développement pour l'hôtellerie comme pour les services prépayés, offrant ainsi aux collaborateurs deux nouvelles aventures humaines porteuses d'un bel avenir ».

Quant à Philippe Citerne, vice-président du Conseil d'Administration et ex numéro deux de la Société Générale, il déclare : « Il faut
rendre hommage à la qualité des travaux effectués par l'équipe de Direction dans un parfait respect des règles de gouvernance et qui ont permis au Conseil de prendre une décision conforme aux intérêts de long terme du Groupe, de ses collaborateurs et de ses actionnaires ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :