Bolt lève 150 millions d'euros et accélère sur la trottinette

 |  | 491 mots
Lecture 3 min.
(Crédits : Dan Gold)
La plateforme VTC accélère la transformation de son modèle avec le déploiement de son service d'opérateur de trottinettes en libre-service. L'entreprise estonienne avait déjà levé 100 millions d'euros en mai dernier.

Bolt accélère encore. La plateforme VTC, anciennement Taxify, a annoncé la levée de 150 millions d'euros et fait entrer de nouveaux investisseurs dans son capital (D1 Capital Partners et Darsana Capital Partners). La plateforme fondée en Estonie par Markus Villig veut accélérer son développement en dehors du marché VTC dans lequel il a réalisé une percée en Europe en 2017, en consolidant son offensive dans les trottinettes.

"En plus de son activité VTC, Bolt prévoit de devenir la plus grande plateforme de mobilité en Europe en lançant ses trottinettes électriques dans plus de 100 villes la saison prochaine", peut-on lire dans le communiqué de presse publié ce mercredi 16 décembre.

Plus qu'une diversification, l'intégration de la trottinette implique de changer de modèle économique puisque Bolt passe du métier de plateforme à celui d'opérateur de mobilité. Markus Villig juge que Bolt garde toutefois l'esprit initial consistant à offrir une mobilité accessible et rapide.

Retrait tactique en France

En France, Bolt avait acté un repli tactique du marché des trottinettes en 2019 afin de repenser sa stratégie produit. Bolt a présenté début décembre sa trottinette de quatrième génération qu'il juge plus sécurisée. Interrogé par La Tribune, Julien Mouyeket, directeur général de Bolt France, avait indiqué qu'il serait candidat au prochain appel d'offre du marché parisien des trottinettes prévu en 2022 (celui-ci a été accordé en juillet dernier à Dott, Lime et Tier pour deux ans).

Lire aussi : Guerre des prix, participations croisées, infox... C'est "Dallas" chez les VTC parisiens

Bolt qui revendique 50 millions d'utilisateurs dans 40 pays veut également renforcer son emprise internationale calquée sur les marchés européens et africains. Enfin, l'entreprise estonienne veut aller plus vite dans son offensive dans le segment de la livraison de repas à domicile avec Bolt Food, déjà déployé dans 33 villes.

Dès octobre 2017, en arrivant en France, Taxify rapidement devenu Txfy pour usage abusif du terme taxi, avait fait grand bruit en cassant les prix à travers une commission très abordable pour les courses VTC (15% contre 25% pour Uber). En juillet dernier, la plateforme Bolt avait encore marqué sa différence en annonçant l'abaissement de sa course minimale à 5 euros, contre 7,5 euros pour ses concurrents. Dans un contexte de crise sanitaire ayant particulièrement frappé le marché VTC, cette annonce avait été jugée comme un inopportun acte de guerre des prix par ses principaux concurrents.

Deuxième levée de fond cette année

C'est la deuxième levée de fonds majeure depuis le début de l'année. En mai, Bolt avait déjà fait un tour de table de 100 millions d'euros pour soutenir son projet de transformation stratégique.

Fondé en 2013 par Markus Villig, Bolt doit sa croissance au soutien du chinois Didi Chuxing, géant du VTC dans l'ex-Empire du Milieu, avant d'être rejoint par le groupe Daimler.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/12/2020 à 14:48 :
Quelle regression cette europe.
a écrit le 16/12/2020 à 13:26 :
S'ils veulent être rentables, il faut faire fabriquer des trottinettes électriques étanches à l'eau pouvant résister à plusieurs mois au fond de la Seine ou des canaux parisiens en attendant un brave pêcheur à l'aimant néodyme surpuissant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :