Catalogne : la crise fait fuir les touristes

 |   |  565  mots
L'emploi serait touché de manière très notable alors qu'environ 405.000 personnes travaillent dans le secteur en Catalogne, selon la fédération espagnole du tourisme.
L'emploi serait touché de manière "très notable" alors qu'environ 405.000 personnes travaillent dans le secteur en Catalogne, selon la fédération espagnole du tourisme. (Crédits : Reuters)
L'activité touristique, qui représente 12% du PIB catalan, s'est déjà contractée de 15% depuis le référendum du 1er octobre. La situation pourrait s'aggraver à mesure que les potentiels voyageurs annulent leurs réservations d'hôtel.

L'activité touristique en Catalogne a chuté de 15% sur un an depuis le référendum d'autodétermination du 1er octobre, tandis que les réservations d'hôtels et de transports sont en baisse de 20% jusqu'à la fin de l'année, a annoncé mardi le patronat espagnol du secteur.

"L'impact économique négatif enregistré par le secteur touristique catalan (pendant la première quinzaine d'octobre) correspond à une chute d'environ 15% de l'ensemble de l'activité", par rapport à la même période en 2016, a déclaré José Luis Zoreda, vice-président de la fédération nationale Exceltur lors d'une conférence de presse.

Ce chiffre provient d'une enquête menée par l'organisation patronale auprès de ses adhérents en Catalogne sur le niveau de leur chiffre d'affaires jusqu'au lundi 16 octobre inclus.

La baisse pourrait atteindre 30%

L'impact semble donc plus fort que celui des attentats du 17 août à Barcelone et Cambrils, suivis par une baisse de 5% du chiffre d'affaires en septembre, selon Exceltur.

En outre, les réservations (hôtels, transports...) sont en baisse de 20% jusqu'à la fin de l'année par rapport à la même période l'an dernier, a-t-il précisé. Si ce recul se confirme, il représentera une perte de près de 1,2 milliard d'euros. Les entreprises ont aussi mis "un frein très significatif à tous les investissements prévus jusqu'à fin 2017", a ajouté José Luis Zoreda.

"Si le scénario de volatilité et d'altercations s'aggravait dans les prochains mois", la baisse de l'activité touristique pourrait être de 30%, a-t-il prévenu.

Le tourisme représente 12% du PIB catalan

L'emploi serait touché de manière "très notable" alors qu'environ 405.000 personnes travaillent dans le secteur en Catalogne selon Exceltur. L'impact du ralentissement du tourisme, qui représente 12% du PIB catalan, pourrait être "autant ou plus significatif" que les transferts de sièges sociaux de grandes entreprises hors de Catalogne décidés ces derniers jours, estime José Luis Zoreda.

La Catalogne, avec sa capitale Barcelone et les plages de la Costa Brava, est la région espagnole attirant le plus de touristes étrangers. Plus de 18 millions ont séjourné sur place en 2016, soit un quart du total des étrangers accueillis par le pays.

Madrid toujours en attente d'une clarification

Dix jours après le référendum d'autodétermination (qui, selon les autorités locale a donné le "oui" vainqueur avec 90% des suffrages pour 43% de participation), le président de l'exécutif catalan Carles Puigdemont a déclaré l'indépendance de la région, avant de suspendre immédiatement le processus pour amorcer une période de dialogue avec Madrid. Face à l'ambiguïté de la manœuvre, le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a exigé, dès le lendemain, de Barcelone qu'il indique clairement si oui ou non l'indépendance a été déclarée.

Ce lundi, Carles Puigdemont a donné sa réponse. Dans une lettre adressée à Mariano Rajoy, il contourne la question et lui suggère une rencontre dans les plus brefs délais pour amorcer un dialogue dans les deux mois. L'intéressé a refusé la proposition et la vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Saenz de Santamaria, a donné trois jours au Catalan pour faire parvenir une réponse claire à la question initiale. Madrid menace, en cas de déclaration d'indépendance, de suspendre l'autonomie de la Catalogne en invoquant l'article 155 de la Constitution espagnole.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/10/2017 à 17:53 :
En Espagne,la police tabasse des gens qui s'exprimenr ,pendant que des voyous financiers sont en liberté !!! Qui a dit que l'Espagne était une grande démocratie ?
a écrit le 18/10/2017 à 10:05 :
Conclusion, le touriste est donc franchement trouillard, puisque ce ne sont pas des attentats là dont on parle mais d'une indépendance de la catalogne qui ne fait absolument rien craindre du tout aux touristes.

A vouloir tout chiffrer on se met à confirmer des inepties totales.
Réponse de le 19/10/2017 à 13:28 :
Du tourisme dans un pays en proie à des manifestations qui peuvent toujours dégénérer n'a rien d'enthousiasmant. Et le mouvement indépendantiste catalan ne suscite guère de sympathie au dehors. Il est du même type que les indépendantismes lombard ou flamand, celui de régions riches qui ne veulent plus payer pour les autres (même si une grosse partie de leur richesse est issue des ventes de biens et services au reste du pays).
a écrit le 18/10/2017 à 9:40 :
Beaucoup de touristes français s'insurgent également que les catalans parlent catalan aux touristes et n'aiment pas parler espagnol.Ce qui est vrai. Se sont ils posés la question de savoir si les habitants de Geneve en Suisse ,parlaient allemand ,langue majoritaire à 75 % en suisse ? L'égocentrisme n'est pas qu'une réalité catalane ,elle est également française,espagnole,allemande,...
Réponse de le 18/10/2017 à 14:53 :
Y pas compris, la dernière fois que je suis allé en Corse, tout le monde me parlait Français (mais bon il fallait boire le CorsicaCola en souriant n'est ce pas).
L'égocentrisme linguistique est bien une plaie Catalane (bon parfois il font l'effort de vous parler Anglais quand vous parlez Espagnol, le ridicule ne tue pas)
a écrit le 18/10/2017 à 8:32 :
Tant mieux les prix redescendront un peu et il y aura moins de monde...
a écrit le 18/10/2017 à 8:24 :
Ce n'est pas "la crise" (??) qui fait fuir les touristes de Catalogne. Ni une légitime volonté démocratique d'indépendance. Mais ce sont les agissements dictatoriaux du gouvernement de Madrid ainsi que les violences policières dignes de Franco perpétrées par Rajoy et ses sbires. Quand le gouvernement madrilène ne se conduira plus en groupuscule terroriste, la Catalogne retrouvera ses touristes et pourra - enfin- se développer sans entretenir grassement une Espagne fainéante et incompétente.
a écrit le 17/10/2017 à 21:36 :
l'indépendance pour quoi faire? Lever une armée et planter des gabelous à la nouvelle frontière? Mais non monsieur, s on veut quand même profiter des avantages à rester dans l'europe, on va quand même pas vivre en autarcie., on est des grands démocrates.
Des vrais clowns ces indépendantistes, il poursuivent des chimères et vont précipiter tout le peuple dans le chaos
Réponse de le 18/10/2017 à 8:56 :
@papi mougeon: pour quoi faire ? est-ce à nous de décider pour eux ? Tout soulèvement populaire dans l'Histoire a toujours été "illégal". Il devient légal quand l'opposition est écrasée. Bobby Sands disait d'ailleurs qu'on se souviendrait de lui comme héro ou terroriste selon l'issue du conflit :-)
Réponse de le 18/10/2017 à 14:47 :
Tout a fait Patrick, comme au moyen age, faisons une petite guerre pour prendre ou reprendre l’indépendance d'une région, on n'a que ça à faire.
a écrit le 17/10/2017 à 21:34 :
Déjà près de 700 entreprises ont délocalisé leur siège hors de Catalogne. La Bérézina économique est déjà là pour la Catalogne.
a écrit le 17/10/2017 à 19:15 :
Franchement, s'il n'y plus que des drapeaux Catalan dans les magasins de souvenir,
ça donne pas envie...
Être touriste n'est pas être acquis à la cause indépendantiste tout de même !
a écrit le 17/10/2017 à 17:39 :
Ada Calau ne savait pas comment faire pour arrêter le tourisme et Airbnb à Barcelona ,voilà c'est fait.
Réponse de le 17/10/2017 à 21:32 :
Notre drame de Barcelone...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :