Cinq chiffres surprenants sur le salaire des footballeurs

 |   |  501  mots
Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la plupart des footballeurs professionnels ne gagnent pas des sommes mirobolantes.
Contrairement à ce que l'on pourrait croire, la plupart des footballeurs professionnels ne gagnent pas des sommes mirobolantes. (Crédits : Statista)
L'Université de Manchester a réalisé une étude pour le compte de la FIFPro, interrogeant 14.000 joueurs professionnels de football dans 54 pays d'Europe, d'Amérique et d'Asie sur leurs conditions de vie. Voici les cinq résultats marquants.

Les clichés ont la vie dure. Il est en effet difficile de se défaire de ses idées préconçues, et lorsqu'on parle du monde du football et de ses protagonistes, celles-ci sont légions. Les footballeurs sont ainsi souvent décrits comme trop payés, pourris gâtés ou encore déconnectés des réalités. Pourtant, lorsque l'on se penche sur le rapport mondial sur l'emploi 2016 de la FIFPro (Fédération internationale des footballeurs professionnels), dont les résultats ont été publiés le 29 novembre 2016, on s'aperçoit que la réalité du terrain est bien différente de ces clichés.

1.000 dollars

45% des footballeurs mondiaux gagnent moins de 1.000 dollars par mois. On est donc très loin des millions que gagnent en réalité une très petite minorité des footballeurs professionnels (voir le dernier chiffre-clé). 21% d'entre eux ont même un salaire inférieur à 300 dollars par mois... Ce chiffres est toutefois à relativiser, l'étude se basant sur des footballeurs de plusieurs continents, y compris de pays où le salaire moyen est très bas, et le coût de la vie aussi. Mais si l'on se concentre sur l'Europe, où les écarts sont plus contenus, le taux de footballeurs gagnant moins de 1.000 dollars par mois est quand même de 32%.

1 mois

41% des joueurs professionnels ont fait l'amère expérience de voir leur salaire payé avec au moins un mois de retard. Pour 19,20% d'entre eux, le retard peut même aller jusqu'à 3 mois. En Europe, 35% des footballeurs ont connu un retard de paiement alors que ce taux monte à 55% en Afrique.

700

C'est le nombre de joueurs ayant répondu à l'étude s'étant déclarés victimes de pressions au moment de la résiliation de leur contrat ou de son renouvellement. Ces pressions prennent souvent la forme d'une mise à l'écart, le joueur étant obligé de s'entraîner seul, sans ses coéquipiers. Ce qui n'a aucun sens pour un sport collectif, faut-il le préciser. Ces 700 joueurs représentent 6% des personnes interrogées.

22,6 mois

C'est la durée moyenne d'un contrat signé par un footballeur, soit un peu moins de deux ans. Les contrats de très longue durée sont réservés aux joueurs de très haut niveau, chéris par leurs clubs afin de repousser les avances des autres formations, ou pour faire monter les enchères. Beaucoup de joueurs enchaînent les contrats de courte durée tout au long de leur carrière, elle-même souvent très courte.

2%

C'est la partie émergée de l'iceberg, ceux dont on parle beaucoup et qui nourrissent les plus grands fantasmes : seulement 2% des joueurs interrogés gagnent plus de 720.000 dollars par an (60.000 euros par mois). En comparaison avec le premier chiffre de l'article, on s'aperçoit donc que cela ne représente qu'une infime partie de la sphère du football professionnel.

Lire aussi : Dugout.com est-il le Facebook du football ?

*Un graphique de notre partenaire Statista

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/12/2016 à 16:34 :
Étude complètement faussée et inutile si on ne peut pas la rapporter au niveau de vie moyen des pays dans lequel se déroule ces championnats.

Pour être complet, il aurait fallu donner un ratio avec le niveau de salaire moyen dans chaque pays.

Car je pense qu'il est aussi indécent de gagner 200000€ par semaine en France que 5000€ par mois au Sri Lanka.
Réponse de le 13/02/2019 à 15:58 :
Si l'on considère que 75% des joueurs touchent moins de 3764€, on imagine assez facilement que le nombre de joueurs pro de football qui évoluent au Sri Lanka (grand pays de football si il en est - 195ème au classement Fifa en 2016, sur 209 fédérations) et qui touchent 5000€ par mois doit être très réduit, voir nul...
Par ailleurs, vous parlez de salaire moyen, et bien allons y : 5000€ par mois au Sri Lanka sa représente (un peu moins de) 23 fois le salaire moyen (j'ai trouvé 219€ sur google), là ou 200000€ hebdo (donc 800000€ mensuel) représente un peu plus de 266 fois le salaire moyen français brut (en 2015).
Du coup, il semble donc moins indécent de gagner 5000€ en tant que footballeur au Sri Lanka que 800000€ en tant que footballeur en France. Et surtout, à défaut de le faire pour l'article, on démontre assez bien que votre comparaison est totalement faussée elle.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :