Nouvelle étape pour le projet de réforme de La Poste

 |   |  358  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le projet de loi, qui prévoit une ouverture du capital et un changement de statut en société anonyme,a été examiné ce mercredi pour le dernier conseil des ministres avant la rentrée. Les syndicats et l'opposition restent mobilisés contre le texte.

La réforme du statut de La Poste a été examiné ce mercredi en conseil des ministres, le dernier avant les vacances du gouvernement. Pour rappel, le projet de loi prévoit l'ouverture du capital de l'établissement public et sa transformation en une société anonyme à capitaux publics au 1er janvier 2010. Objectif : préparer l'entreprise à l'ouverture totale du marché postal européen à la concurrence en janvier 2011.

Le texte devrait reprendre les missions de service public de la société. Parmi celles-ci, l'obligation de lever et distribuer le courrier sur tout le territoire au même tarif six jours sur sept, la couverture homogène du pays en agences ou la possibilité pour les particuliers d'ouvrir un compte bancaire sans discrimination. Le gouvernement a promis que La Poste resterait à 100% publique, avec des actionnaires comme la Caisse des dépôts ou l'Etat lui-même.

Mais ce n'est pas assez pour rassurer les syndicats. Ces derniers jugent en effet qu'il s'agit en fait d'un premier pas vers la privatisation de l'entreprise de 272.000 salariés, symbole à leurs yeux du service public à la française. Ils disent craindre qu'elle ne perde son identité et ses missions. Hormis la CFDT, qui demande davantage de garanties, les syndicats demandent donc le retrait total du projet. 

En même temps que l'examen du texte ce mercredi par le gouvernement, les syndicats ont appelé à diverses actions et manifestations dans toute la France mercredi, auxquelles les partis de gauche, dont le PS, doivent s'associer.

Le sujet est aussi déjà à l'ordre du jour de la rentrée sociale avec une journée de grève déjà prévue en septembre. Le Parti socialiste a souligné de son côté que ce dossier constituerait l'une de ses priorités de la rentrée. "L'avenir de La Poste concerne la nation et le débat ne saurait être confisqué; le Parti socialiste réitère sa demande de référendum", écrivait mardi dans un communiqué le secrétaire national aux services publics, Razzy Hammadi.

 

(retrouvez sur le site du Sénat le projet de loi de finance pour 2009 dans lequel il est question de La Poste)

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les choses avancent dans le bon sens. La division banque sera vendue à Crédit Mutuel CIC au grand bénéfice des employés. La Poste va devenir le terminal de contact client du groupe SNCF Géodis avec les même prédispositions. Ailleurs Royal mail et TNT où bien Poste Italiane attendent pour une fusion où un achat. Un second pilier face à DHL l'Allemand, comme toujours....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :