Fret ferroviaire : le gouvernement engage 7 milliards d'euros

 |   |  215  mots
Le conseil des ministres a entériné ce mercredi l'engagement de l'Etat à hauteur de 7 milliards d'euros en faveur du fret ferroviaire, dans le cadre du Grenelle de l'environnement..

L'Etat va investir 7 milliards d'euros d'ici 2020 dans le cadre d'un "engagement national" en vue de développer le fret ferroviaire en France, a annoncé ce mercredi le porte-parole du gouvernement. Cet engagement, présenté par le ministre de l'Ecologie, Jean-Louis Borloo, en conseil des ministres, entre dans le cadre du Grenelle de l'environnement, qui a fixé pour objectif de porter d'ici 2022 à 25% la part des transports de marchandises alternatifs à la route, contre 14% aujourd'hui.

"Il est aujourd'hui indispensable de donner au fret ferroviaire une nouvelle ambition, un nouveau souffle", a déclaré Luc Chatel, porte-parole du gouvernement.

L'investissement public vise notamment à accroître le ferroutage, qui consiste à charger les camions sur les trains, développer les "opérateurs ferroviaires de proximité" et le "TGV fret" sur les lignes à grande vitesse, ou encore améliorer la desserte des grands ports français en parallèle à la réforme des ports, a-t-il ajouté.

"La SNCF va investir au moins un milliard d'euros dans les cinq prochaines années" pour participer au développement du fret express ou des opérateurs de proximité, a encore dit Luc Chatel.

Cet engagement doit aller de pair avec la réforme de l'activité fret à la SNCF, cible ces derniers mois de mouvements sociaux, qui doit être présentée prochainement par le gouvernement

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2013 à 11:05 :
Je crois que l'on va bientôt reparler de NEXUS ....
nexus-asso.fr
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
le tonneau des danaïdes va de nouveau se remplir ...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les caisses sont vides; privatisons et lançons une augmentation de capital. Quant au personnel, il faudra qu'il travaille... comme tout le monde
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Que d'argent de perdu.
La mentalité des cheminots est elle que cela ne marchera jamais. Un fainéant restera toujours un fainéant même si tu l'emmenes au travail tous les jours y compris W.E et jours fériés.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ENFIN! METTONS LE FRET EN ROUTE ET NON LE TRANSPORT ROUTIER SUR LA ROUTE!!!CECI POURAI SOULAGER LA POLUTION!ET LIBERER DE EMPLOI...ON VIENT DE SE REVEILLER
BM
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il serait intéressant de rappeler le cumul des aides et le cumul des pertes depuis 10 ans.
Alors pourquoi persister?
De quoi rassurer l'épargnant- contribuable du bon usage de son argent.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Encore et toujours un investissement à perte pour le contribuable et si cela devient rentable ils reparleront alors de privatisation.
Le Grenelle de l'environnement , il a bon dos en ce moment
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le gouvernement va t-il enfin oser rééquilibrer le fret en France car il est urgent de réduire la part prépondérante du transport routier dans notre pays.
Les exemples suisse et autrichien qui privilégient le fret ferroviaire sont intéressants.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Bonjour,

Est-ce que on va enfin se débarrasser des camions ? ou subir une fois encore le puissant syndicat des camioneurs ???!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est ça l'avenir : financer des glandus? Pas d'investissements sans contreparties.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout à fait d'accord avec " AVENIR" .OK on remet des capitaux dans la machine à une condition: suppression du droit de grève à la sncf. C'est donnant donnant. Le contribuable met la main à la pâte de l'autre coté on fait bouillir la marmite.
Les agents qui ne sont pas contents, ils présentent leurs démissions et je leur conseille d'aller conduire des 35 t sur la route avec Thibaud le rouge. Lui cela le changera des voitures de fonctions et au moins il bossera.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
combien ont été versé pour le fret sur les 10 dernieres années ?
Ce plan est le numéro combien ?

quand on voit comment sont gérés les TER voire les TGV... & les discours des syndicats, j'ai peur que l'état balance MON argent par les fenetres (ainsi que celui de mes enfants, petits enfants etc...)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Faut-il emprunter compte tenu de l'Etat de nos déficits ? Je ne sais pas.
Mais si l'emprunt doit accélérer le fret ferroviaire et supprimer -un peu- les camions sur nos routes, cela fera du Co2 en moins, plus de place et.....DES MORTS EN MOINS;
ALORS BRAVO !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Lorsque les gens de pouvoir; en France comme ailleurs, estimeront s'être assez repus de fric grâce au pétrole; on pourra ré- envisager le développement de transports (rail, bateaux, péniches, et autre).
D'ici la seul une révolution très violente; genre décapitation d'un Capet, pourrait résonner ces abrutis.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il est initile d'utiliser le grand emprunt pour la SNCF ; ce sera en pure perte, tant qu'on aura à faire aux cheminots français nous aurons des grèves permanentes et aucun client.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est un investissement voué à l'échec tant que la SNCF ne sera pas fiable dans ce créneau (Pouvez vous estimer le nombre de grève dans chaque site qui nuise au bon fonctionnement?). Combien d'argent public jeté par les fenêtres pour cette soit disant solution? Même des proches travaillant à la SNCF le reconnaissent, seuls les politiques essaient de nous faire croire à cela.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'abonde dans le sens de lardennais et de max111, le pouvoir de nuissance de SUD et de la CGT s'en retrouvera renforcé.
Pauvres industriels qui attendront les matières premières et autres pièces détachées, les jours de grève.
Exclusivité au 20 heures garantie.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Comme vous tous j'aimerai réduire la polution des poids lourds, ne plus avoir à les subir sur le contournement est de Lyon. Mais voilà, il faut se poser la question pourquoi les entrepreneurs choisissent le transport routier pour faire livrer leur fret. Il y a le prix, le délai et le service. Demandez à la SNCF combien de matériels dorment dans les gares de triage, au point que les marchandises sont égarées, arrivent avec des retards considérables et j'en passe. Quand cette entreprise aura un souci de rentabilité et de service cela ira mieux. Mais pour cela il faudrait que les représentant syndicaux du personnel évoluent. Je pense que la concurence des transports ferrovières devrait régler le problème. A ce moment les salariés comprendrons dans quelle situation leur représentant syndicaux les ont entrainé. Mais ce n'est pas à nous contribuable de financer l'incompétence et l'irresponsabilité de certains personnels
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis affligée par toutes ces attaques visant les cheminots... si vous aviez ne serait-ce qu'un membre de votre famille à la SNCF, vous sauriez que tous sont loins d'être des feinéants, et que les conditions de travail et les méthodes de management ont considérablement évolué ces dernières années... Il ne fait plus bon être agent SNCF... et les employés du privé qui les critiquent de la sorte ne sont que des jaloux surmenés qui aimeraient tellement un travail où ils pourraient se la "couler douce", comme ils s'imaginent la SNCF...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
après 30 ans d'abandon des investissements, du report massif de la charge sur la route, qui peut croire un seul instant qu'un reformatage soit possible?
vraiment nos politiques et nos élites sont à coté des réalités du terrain!
un collègue de FRET SNCF
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
a-t-on demandé à tous les grands clients du fret routier pourquoi ils ont renoncé au fer?
SI oui, pourquoi ne publie -t-on pas les réponses??
Avant de demander de l'argent pour régénérer le système, on devrait dire aux gens pourquoi il ne marche pas, surtout s'ils s'en doutent...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
la Sncf est déficitaire depuis des années et l'Etat veut que les francais continuent à combler le déficite.Les francais sont si c... qu'ils donneront leur argent en pure perte
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je ne participerai pas à cet emprunt qui vise encore à nous faire sortir des sous pour une juste cause qui malheuresement ne sera pas suivi d'effet.
si le gouvernement voulait absolument diminuer le transport routier, il faudrait qu'il assume de mettre au chômage toutes les boi^tes françaises en les taxant d'une manière ou d'une autre... et ça, jamais il ne le fera franchement, et comme les espagnols sont moins enmerdés que nous, un, en france, on aura encore plus de chômage, et de 2 plus de camions espagnols et autres sur nos routes... si il n'y a pas harmonisation européenne sur ce plan, c'est encore de l'argent foutus par les fenêtres, mais ça, on le sait déjà... et pour que je rigole, l'emprunt EDF, c'est les consommateurs qui le remboursse grâce aux hausses anuelles, acceptées par le gouvernement.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
comment croire que cet argent ne sera pas perdu, comme pour tous les investissements effectués dans le passé?
La confiance ne peut revenbr qu'avec d'abord un nouveau statut des cheminots SNCF
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A lardenais : votre maanque de lucidité vous fait friser le ridicule, et le pathetique...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ta raison les cheminots sont paye a rien foutre ,je preciserai que les cheminots ardennais sont les pire....lol

dixit un cheminots qui li la tribune et joue a la belote au boulot pendant que son chef fait ses mots croises (on sait lire !!!)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sur les 7 millards les syndicats en faissant de la surenchère entre eux vont bien réussir à en capter la moitié : résultat rien ne changera pour le déficit qui continuera de se creuser à l'infini ....pour le bon plaisir d'une infime minorité!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le principe de casser les monopole d etat ne resout rien,voir dans la telephonie et l energie partage du gateau par deux ou trois grand groupe etpar la suite entente sur les prix.resultatsils s enrichissent surnotre dos
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
pour information sur le fait que les nouvelles entreprises ferrovieres privees vont resoudre tous les problemes sachez que veolia transport a vendu a la sncf sous couvert d une filiale son entrepries ferrovieres(wagons ,machines, sillons) motif despertes donc non rentable!!!! renseignez-vous sur les sujets avant de parler!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Suis cheminot qui se la coule douce devant son PC à lire les réactions beauf des français moyens pour qui tout va bien...
Mais cette nuit j'irai tirer mon train de FRET quand ces mêmes français MOYENS seront au fond de leur lit...IDEM dimanche soir
MAIS à part ça TOUT VA BIEN!!!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le Fret acheminerait les matériaux et matériels pour la rénovation des sites industrielles abandonnées en "Logements-Ateliers", plusieurs corps de métiers seront à solliciter, une activité économique local et régionale en premier temps favoriserait l'assise de ce projet qui répond aux urgences démographique et économique.SNCF deviendrait le principal et incontournable acteur économique dans le transport.
Dans le cas où il détiendrait la propriété du site, il deviendrait alors bailleur, une rentrée d'argent régulière et assurée.
Les services necessaires comme l'alimentation et la santé devront être présentes.
Les ateliers devront être fournis en matériaux et ils devront utiliser le Fret ferrovière pour exporter leur produit.
Une étude appronfondie est réalisée pour connaitre la viabilité à long terme, une école professionelle peut connaitre le jour sur cette zone où l'usine deviendrait atelier et logement.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La seule solution c'est de faire comme en suisse: obliger le transport par voie ferré. Encore pour cela aurait il fallu conserver un vrai réseau ce qui n'est pas le cas de notre tout TGV...
Voie d'eau et fer souffre du fait que la collectivité subventionne outrageusement les couts liès au PL (entretient, surcharge etc) et en ne faisant pas payer les externalités (nuissances à la collectivité: bouchons, pollution, dangerosité etc..sur ce dernier point voir le calculateur comparatif de VNF EVE).
Bref, contrairement à nombre de message d'exité, le déclin du fret ne vient pas des salariés de la SNCF, mais bien d'une politique d'équipement qui privilégie le transport routier en particulier, et ne souhaite pas réguler la circulation des bien et marchandise de manière générale (l'explosion des transports de marchandise est une abération écologique, et un désastre économique quand l'on pense à la désindustrialisation et aux délocalisation qu'elle permet)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le projet "Logement-atelier" à la place de zones industrielles abandonnées ferait de l'Etat propriétaire et premier bailleur, la population active dans cette démographie grandissante voie dans ses zones une réponse à leurs attentes.
Le transport existant sera repensé à moindre coûts, l'habiliation en logements apportera une action rapide à la vie sociale, les ateliers de petite et moyenne taille garantiraient l'expansion des services et commerces.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ce n estle droit de greves qu il faut supprime mais plutot une concurrence deloyale entre la route et le le chemin de fer;le groupe SNCF etant un des plus grand transpoteur routier (voir ses filiales) aller comprendre?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Franchement posons nous les vraies questions.
Tout ça n'est que de la désinformation et de l'hypocrisie.
Pour moi, il y a une seul chose qui fait que le fret SNCF ne marche pas.
La SNCF doit payer un péage (sillons) pour faire circuler ses trains sur le réseau français. (Toujours s'en prendre à la SNCF c'est de la connerie vu que les entreprises privées de Fret en France n'y arrivent pas non plus et sont déficitaires).

Les camions circulent en France quasiment sans payer le réseau surtout que nombre d'entre eux empruntent allègrement les routes nationales ENTRETENUES PAR L'ETAT donc payées par NOUS LES CONTRIBUABLES.

Selon la DDE, l'usure du passage d'un camion 35 tonnes sur une route équivaut au passage de 300000 voitures.
Le jour où les camions payerons 300000 plus que les voitures sur l'autoroute peut-être que le ferroviaire sera compétitif? Non??

Au delà de cela, les enjeux sont financiers car qui dit camion dit pétrole et dit taxes pour l'ETAT.
Instaurons plutôt, une taxe pour les camions étranger circulant en France, qui se retrouve au carrefour de l'Europe.
Faisons comme en Suisse et interdisons les camions sauf sur les trains.
Et surtout achetons des produits français, pourquoi manger des champignons de Pologne ou des tomates du Maroc????
Le prix des produits sont composés à 2 tiers par le coût du transport au détriment de la qualité du produit lui-même.

Réveillons-nous!!! Et réveillons les politiques.

Sur ce, VIVE LA MONDIALISATION...:-)
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le logement et l'atelier peuvent faire bon ménage et rendre une zone industrielle abandonnée en un pôle d'activité économique et sociale sous forme d'une ville "fabricante" où l'emploi et le lieu de travail ne font plus qu'un.
Le Fret OUI mais pour redonner vie à une zone sensible et animée d'espoir.
7 milliards d'euros en réhabilitation (chauffage, carrelage, toiture, fenêtre, partitionnement de l'espace...) un investissement solide pour répondre à une demande très forte.
Prenez exemple sur les zones militaires où logement et activités font d'une profession un moteur social et économique.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
OK, il y a des grèves à la SNCF mais je ne pense pas que ce soit la seule raison pour laquelle le transport de Fret en France n'est pas aussi développé qu'ailleurs. N'oubliez pas que dans plusieurs pays d'Europe, le ferroutage est obligatoire à partir du moment où l'on traverse le pays!
Avant de dépenser des millions, essayons d'etre aussi intelligents que nos voisins et imposons le ferroutage. L'activité se rentabilisera par elle même...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
il faut penser que ce n'est pas un wagon qui va livrer la grande distribution ,le boulanger,ou le boucher mais bien un camion,que la sncf s'arrange pour mettre sa pendule a l'heure car elle en a bien besoin avant de vouloir distribuer du fret.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout d'abord un petit erratum dans l'article :
"TGV ferroviaire", ça tombe sous le sens, j'imagine qu'il s'agit de "TGV Fret".

En réponse à tous ces commentaires éclairés et tout à fait documentés que je viens de lire ...

De tous les agents que j'ai pu voir et aux conducteurs que j'ai pu rencontrer, personne n'a parlé ni même osé évoquer la grève.
Ils attendent plutôt de retrouver un trafic "normal" et leur charge de travail quotidienne après la très forte baisse depuis la crise.
Et ce qui les énervent le plus, c'est de se retrouver le vilain petit canard de la SNCF, montré du doigt partout comme "non rentable" alors que rien n'ai fait pour le fret ferroviaire soit rentable.

Et je ne parle pas uniquement des infrastructures.
Les trains de fret sont en retard ? Normal, ils sont systématiquement garés pour amener les trains de voyageurs à l'heure.
La locomotive de votre train a eu un problème ? Ne bougez pas, on va récupérer la locomotive du fret.
Les machines sont immobilisées ? Normal, pourquoi les faire rouler pour le plaisir.
Vous ne voyez pas votre voisin conducteur de fret aller travailler ? Normal, il prend son service quand vous sortez du travail pour aller se coucher alors que vous aller vous lever.
Vous êtes excédés par les grèves et les mouvements sociaux ? Sûrement et c'est tout à fait compréhensible, mais les agents de fret n'y sont pour rien : ce ne sont pas eux qui vous amènent au travail.

A part ces considérations basiques, il reste un problème de fond : le système de transport ferroviaire n'est pas fait pour les marchandises mais pour les voyageurs.
Pour citer un pays qui ne l'a pas été, prenons les États-Unis. Ce pays a misé sur le transport ferroviaire bien plus que sur le transport de voyageur.
Résultat ?
- Des trains fret à l'heure
- Des infrastructures adaptées (pour les connaisseurs 30t/essieu et un gabarit qui permet 2 conteneurs en hauteur, des trains de plus de 3km, ...)

Pour ceux qui parleraient de l'Allemagne, il suffit de comparer le tissu industriel : complètement éclaté en France et concentré dans la Ruhr en Allemagne.

Pour les reste, l'image du cheminot gréviste, syndiqué et qui dit non à tout, ça existe, comme partout, mais n'en faites pas une généralité.
Les cheminots ont aussi envie de bouger et surtout ils en ont marre d'être pointés du doigt systématiquement.

Et pour ce qui est de la concurrence : ils ont autant de mal que Fret SNCF.
- Veolia a vendu sa partie Fret à SNCF en dehors de la France et à Europorte2 (Eurotunnel) pour la France.
- ECR (filiale de DB : responsable de l'accident de Viareggio par exemple ...) a les mêmes problèmes de rentabilité.
Et plus importants, certains clients reviennent chez Fret SNCF après leur déception devant les prestation des concurrents.
Pourtant Fret SNCF est plus cher d'environ 30% ...

En espérant lire des remarques constructives ....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour répondre à Parago:Est-ce-que l'on va se débarrasser des cheminots francais ou subir la mainmise de leurs syndicats, pour enfin créer un véritable fret......
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La tribune a censuré le second texte écrit.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Certaines Zones industrielles abandonnée d'activité dont le Fret dessert ce dernier peuvent être réhabilités en "Logements-Ateliers" avec des services comme la santé l'alimentation..
Le rail combinera donc voyageur et Fret afin de subvenir au besoin de ses nouvelles villes de taille moyenne.
l'activité des ateliers peuvent venir de l'automobile, de l'agriculture...des métiers proches des activités du Fret de la SNCF.
Ce projet concerne la SNCF EDF, ministère du logement, ministère de l'industrie..toutes les entités qui concernent à l'épanouissement d'une vie économique et sociale.

Le Fret acheminerait les matériaux et matériels pour la rénovation des sites industrielles abandonnées en "Logements-Ateliers", plusieurs corps de métiers seront à solliciter, une activité économique local et régionale en premier temps favoriserait l'assise de ce projet qui répond aux urgences démographique et économique.SNCF deviendrait le principal et incontournable acteur économique dans le transport.
Dans le cas où il détiendrait la propriété du site, il deviendrait alors bailleur, une rentrée d'argent régulière et assurée.
Les services necessaires comme l'alimentation et la santé devront être présentes.
Les ateliers devront être fournis en matériaux et ils devront utiliser le Fret ferrovière pour exporter leur produit.
Une étude appronfondie est réalisée pour connaitre la viabilité à long terme.
une école professionelle peut connaitre le jour sur cette zone où l'usine deviendrait atelier et logement.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Belle idée que de mettre les camions sur les trains. Si la RFF (infrastructures) de son côté fait ce qu'il faut... Mais je suis sceptique. La direction SNCF est-elle suffisamment motivée ? Sceptique aussi.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mesure de bon sens, developper le frêt SNCF est une bonne chose, le réseau et son maillage est important. Moins de camions sur les routes, moins de CO², moins d'accidents et surtout (le plus important à mon sens) torde le cou au lobbie routier.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis effarée d'entendre ces propos sur les employés SNCF. A croire qu'il n'y a que le privé qui bosse. Vraiment les beaufs sont toujours là.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'annonce d'un plan d'investissement conséquent dans le développement du fret ferroviaire est une très bonne nouvelle. Les flux terrestres de marchandises sont, effet crise déduit, sur une tendance haussière importante et s'accompagnent d'une restructuration de leur localisation (importance des grands ports hanséatiques, spacialisation et relocalisation entre l'ouest et l'est de l'Europe et l'hinterland asiatique). Le mode routier en est le premier bénéficiaire car il a largement démontré son efficacité depuis de nombreuses années (flexibilité, réactivité, coûts) mais cette situation de peut, ne doit pas perdurer. La saturation de certains points géographiques névralgiques (par exemple, le sillon rhodanien) pose problème. La prise de conscience du coût environnemental de la traction thermique va amener à ré-évaluer le coût relatif du camion par rapport autres modes et notamment les trains électriques. Bref, vouloir redonner à la France les moyens de son futur développement est une bonne chose.
Une question reste cependant cruellement en suspend. Comment seront investis ces 7 milliards d'euros ? Depuis 10 ans, la SNCFa montré à de nombreuses reprises que ses programmes de modernisation / développement / redressement étaient systématiquement des échecs. De grands dirigeants se sont pourtant courageusement attelés à la tâche (A. Poissot, F. Rol-Tanguy, M. Veyron, O. Marembaud, L. Nadal et P. Blayau) et ont mobilisé sur leurs projets des cheminots vraiment désireux de "sortir par le haut" du gouffre honteux dans lequel ils s'enfoncaient un peu plus chaque jour. Les plus grands cabinets de conseil et stratégie et en transformation ont appporté leur expertise et leur support pour élaborer ces programmes de transformation puis convaincre les tutelles nationales et les instances européennes de leur pertinence et de leur robustesse. Ils les ont aussi accompagné dans les efforts déployés pour transformer les promesses en résultats. Las. Le trafic s'écroule, les réformes sont stoppées au milieu du gué, les résultats financiers ne connaissent de la couleur que les différentes teintes de rouge ... et plus de 10.000 emplois directs sont en jeu !
Toute histoire de fret ferroviaire est-elle nécessiarement tragique ? Non. En Grande-Bretagne, EWS a su devenir un champion très rentable dominant son marché et prenant avec succès des positions dans d'autres pays. La grande rivale séculaire de la SNCF, la Deutsche Bahn, a bâti un groupe remarquable, DB Schenker, en osant confié les rênes de l'activité ferroviaire aux logisticiens de Schenker. Aux USA, les compagnies de fret ferroviaires ont si bien réussi qu'elles transportent près de 3000 milliards de tonnes-km et en étant rentables ! Cette performance est à comparer aux 40 milliards de SNCF Fret, 2ème derrière DB Cargo avec 117 milliards de tk en 2007.
Le développement du fret ferroviaire est très souhaitable. Il peut aussi être rentable. Vouloir faire réaliser cet objectif à travers la SNCF est plus douteux.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A attendre tous ce que vous dites, ça me fait bien rigoler! Les 7 milliards d'?uros ne sont pas pour enlever le déficit de la sncf, qui d'ici peu deviendra privé, mais bien pour augmenter la part du transport sur rail. Et sa, toutes les entreprises de fret: (VFLI, ECR, veolia, naviland) en profiteront. Et la bien sur personne ne les critiques et pourtant il perde du marché tous les jours face aux camions. Donc les critiques, ça aportent lorqu'ils ont réaliste.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Robert, le camion, il reprend le pain usagé ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@Marc : Pourquoi la SNCF est-elle plus cher de 30% par rapport à ses concurrents? Tiendrait-elle une année face à la DEUTSCH BAHN : non. Les syndicats ont fait que la structure des coûts de ces entreprises est différente. Pour autant les cheminots Allemands sont-ils à plaindre?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@Fatman : La preuve que si puisque ECR (Euro Cargo Rail) est une filiale à 100% de la DB et pour l'instant ils sont loin de faire aussi bien que Fret.
Les prix plus chers viennent de plusieurs choses : certes il y a le statut des cheminots mais il n'y a pas que ça, le prix des sillons ou encore la sécurité dans son ensemble : ça prend du temps et donc de l'argent, ... et ce n'est sûrement pas exhaustif.
Et pour info l'accident de Viareggio est en grande partie à responsabilité DB. Même si ce n'est pas jugé, les enquêtes le prouvent.
Et la sécurité n'est pas leur credo, contrairement à la SNCF dans son ensemble.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ce plan fret d'avenir manque de dimension européenne car les politiques du Château n'ont écouté que les X-ponts du 7eme arrodissement , les technocrates et bureaucrates du sous ministère des transports . A relire les différents communiqués des CIADT de 2003 et 2004 , le copié collé a bien fonctionné. Ce plan est un nouveau succès du lobby des travaux publics , pares la relance des autoroutes non rentables ( A65 pau langon) en violation des congratulations du grenelle de l'environnement. une fois de plus on mise tout sur le béton et la ferraille avant de se poser les bonnes questions : quid de l'avis de la clientèle qui passe par la route?. L'emprunt national, véritable traite sur nos impôts d' après demain, est une double peine digne de l' ancien ministre de l'linterieur qu est notre Sarko national. je profite de l'occasion pour rappeler que la ville de Saragosse est la plus grande plate-forme logistique d Europe ( l Espagne est un gros partenaire financier de la france) et que depuis 30 ans la france mégote sur la réouverture de la ligne Pau Canfranc alors que nous exportons par camion dans la vallée notre mais du sud ouest qui est chargé à la frontière dans un train !! Hitler etait il plus pragmatique que nos politiques aveugles? lire le livre l' Or de Canfranc.. des exemples identiques j'en ai d'autres dans le sud de la France et partout pareil . Rappelons que les autoroutes super rentables ont été bradées par les amis politiques de Sarko il y a quelques années ... Maintenant, on emprunte au lieu de payer cash avec les profits de la route concédée. les actionnaires de Vinci Eiffage, axa et consorts leur disent merci !!! je finis ce post en rappelant qu' aujourd hui les volumes viennent des ports et y aboutissent et que le fret ferroviaire n'est rentable qu' au delà de 500 kms en massifiant les volumes transportés

un électeur-contribuable qui sait compter et qui a de la mémoire

Message personnel : la prochaine fois que le président reçoit Zappatero à casser la croute , si quelqu un a des entrées à l'Elysée : transmettez le message . pensez au Canfranc !! on peut faire une autoroute ferrovaire Sarragosse canfranc le tunnel sous la Manche , autre succes boursier qui a plumé l" epargne populaire !!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Les zones industrielles, desservies par le Fret de la SNCF, dont les activités sont arrêtés depuis des années sont un espace où l'habilitation en "Logements-Ateliers" arpporterait une solution à la démographie grandissante et à une implantation centralisé des petites et moyennes entreprises.Le réseau ferrovière répondrait aux besoins logistique de la vie familiale et économique des PME ( ou autres dénominations).
Une restauration centrale et une école pourrait y voir le jour, en effet certaines zones employaient des milliers de personnes ce qui réprésentent une ville moyenne.Les services (santé, éducation...) doivent exister de sorte que le travailleur, l'habitant aient le même accès ( cantine ). Le Fret SNCF serait le transport incontournable pour cette ville "Logement-ateliers", l'espace interne de la zone industrielle deviendrait dans limite du possible une aire où l'écologie serait la ligne de conduite à tenir.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
une question doit etre posée et sur laquelle il est à reflechir ! FRET ferré est il d'interret public ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Cette décision du gouvernement me fait bien rire, quand je pense que je suis salarié d'une société qui pratique le transport multimodal filiale à 100pour 100 du groupe SNCF et que je serai sur le carreau à mi-décembre.Et oui sachez le tous,nos ministres pronent le grenelle de l'environnement mais cela ne les empechent pas de laisser mourir les transporteurs multimodaux. Pour info, Notre société transporte chaque semaine l'equivalent de 300 camions entre Nancy et Avignon. Au 15 décembre, ces véhicules traverseront à nouveau la france en passant par la vallée du rhone qui apparement est aujourd'hui un point géographique sensible du fait d'un trafic relativement soutenu en permanence....
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
L'Etat va investir 7 milliards d'euros d'ici 2020 dans le cadre d'un "engagement national" en vue de développer le fret ferroviaire en France...Qui vous dit que ce sera au profit de la SNCF, si le fret ferroviaire a de l'avenir, je ne pense pas que la volonté de notre gouvernement soit de faire un cadeau à ma chère entreprise...Je vous propose simplement d'être aux aguets de l'actualité ferroviaire et de constater que l'excellence en matière de sécurité ferroviaire est bien une spécificité de la SNCF, chaque cheminot y travaille, cela vaut bien 30% de plus !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
7 milliards de nos impôts qui vont être encore engloutit dans un puits sans fond et n'a jamais été et ne sera jamais rentable, jusqu'à quand les français vont être la vache à lait de cette entreprise qui à couté des centaines de milliards à la France sans jamais rien rapporter.
Ne serait il pas plus judicieux d'employer cet argent à la rénovation du réseau routiers afin que le fret puisse s'écouler plus normalement et surtout à moindre cout pour les consommateurs.
Ne serait il pas judicieux de consacré cet argent à faire des camion encore plus propre qu'ils ne sont actuellement car il faut bien se rendre à une évidence qui est mondiale le transport c'est par la route qu'il est rentable vous ne trouverez aucun pays qui à réussi à rentabiliser le fret par le rail quelque soit sa situation géographique ou économique.
Les exemples autrichiens et suisse sont des leurres, ils coutent une fortune et ces modèles ne peuvent être transposable dans d'autre pays comme les première puissance économiques mondiales.
Enfin je rappelle que derrière le transport routier, c'est toute une économie qui vie plus de camion sur les routes et le carburant augmente en le multipliant par 10 les autoroutes seraient incapable d'être rentable et le prix serait aussi multiplier pour les voitures.
Se serait la fermeture de t4 usines en France de PL avec tous les sous traitant comme valéo Michelin Faurécia et j'en passe beaucoup et je ne parle pas de tous les garages ou l'entretiens se fait qui seraient obligé de fermer, ce serai donc ces milliers de personne qui se retrouveraient au chômage.
Pour résumé ce gouvernement fait encore une erreur en subventionnant le rail comme l'on fait les gouvernement précédents et j'ose espérer que ce n'est qu'un effet d'annonce et que cet argent ne sera pas débloqué pour ça.
Un question se pose également, ou sont les principe défendu par l'Europe de libre concurrence, pourquoi l'UE autorise t'elle une subvention à une entreprise d'état en situation de monople alors que par ailleurs elle demande le désengagement des états dans les entreprises publique.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je ne pense pas que cet argent soit plus pour Fret sncf que pour un autre opérateur privé.
Rappelons que les rails sont la propriété de RFF (et non pas comme le croient de nombreuses personnes à la SNCF) et que l'on peut faire rouler nimporte quel train dessus.
Je crois qu'il est urgent d'investir dans ce type de transport qui, s'il est bien organisé, doit obligatoirement être rentable, au regard des quantités de marchandises que l'on peut transporter avec un seul train de marchandises et en comparant la quantité de carburant consommé par rapport à 20 ou 30 camions. N'oublions pas la venue prochaine de la taxe carbone et de l'éco taxe poids lourds sur le réseau routier national non concédé et les routes départementales susceptibles de subir un report de trafic devrait obligatoirement promouvoir le fret ferroviaire ...
Un fonctionnaire chargé des transports.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :