Trafic aérien quasi-normal ce jeudi

 |   |  630  mots
Près de 100% des vols seront assurés jeudi en Europe après la levée progressive des restrictions sur la circulation aérienne. Pour l'Association internationale des transports aériens (IATA), la paralysie du trafic a coûté 1,7 milliards de dollars aux compagnies.

Près de 100% des vols seront assurés ce jeudi en Europe après la levée progressive des restrictions sur la circulation aérienne imposées il y a six jours par l'éruption d'un volcan en Islande, a fait savoir Eurocontrol. L'intégralité de l'espace aérien européen en dessous de 20.000 pieds est disponible, à l'exception de certaines zones comme la Finlande et le nord de l'Ecosse.

L'agence européenne de l'aviation civile précise que pour la journée de mercredi 22.500 vols au total auront été assurés, soit 80% des 28.000 vols habituels. Les vols transatlantiques ont pu être assurés normalement, avec 338 appareils qui se sont posés mercredi en Europe.

L'heure est désormais aux comptes. Ce mercredi, l'Association internationale des transports aériens (Iata) annonce que ce volcan a coûté aux compagnies aériennes 1,7 milliard de dollars (1,3 milliard d'euros) après avoir jusque-là fait état un manque à gagner de plus de 200 millions de dollars par jour.

Depuis, IATA a affiné ses comptes en ajoutant les coûts supportés par les compagnies pour l'hébergement, la nourriture et parfois le transport par d'autres moyens de voyageurs bloqués. Et de préciser que lorsque les perturbations étaient les plus importantes, entre le 17 et le 19 avril, 29% du trafic mondial et 1,2 million de passagers ont été affectés et le coût estimé pour les transporteurs était de 400 millions de dollars par jour. Or, le blocage au sol des avions a permis de réaliser des économies de carburant d'environ 110 millions de dollars par jour, reconnaît l'association. Rapidement montée au créneau face aux restrictions de vol jugées excessives, elle répète que cette situation extraordinaire a été aggravée par les mauvaises décisions prises par les pouvoirs publics. IATA maintient son appel aux gouvernements concernés afin qu'ils étudient les moyens d'indemniser les compagnies aériennes pour leur pertes de revenus. Pertes que les compagnies évaluent peu à peu.

Les aéroports européens estiment de leur côté avoir perdu un total de 250 millions d'euros en raison du nuage de cendres volcaniques venu d'Islande. "La plupart de leurs frais étant fixes, les économies de coûts pendant la suspension (des vols) ont été minimes pour les aéroports d'Europe et ont été annulées par les frais supplémentaires d'assistance aux passagers", explique le Conseil des aéroports pour l'Europe (ACI), instance regroupant les aéroports européens.

En France, une réunion avec les professionnels du secteur aérien et touristique a permis d'évaluer l'impact financier de ce nuage vocanique à 200 millions d'euros dont 150 millions pour les compagnies.

Au sujet d'éventuelles aides, le secrétaire d'Etat au Tourisme, Hervé Novelli a précisé mardi soir qu'elles se feront sous la surveillance de la Commission européenne et concerneront plutôt les compagnies de taille moyenne. Ce soutien détaillé lundi prochain devrait se manifester sous la forme d'aides à trésorerie via l'établissement public Oséo, via une médiation du crédit, mais aussi d'autres mesures concernant un droit à indemnisation du chômage partiel, ou encore un étalement des charges sociales.

Ce mercredi, la présidente du Medef, Laurence Parisot, a réclamé la création d'un fonds spécifique pour venir en aide aux compagnies aériennes. Elle est également favorable au fait de "débloquer des dispositifs pour les agences de voyage et les tours opérateurs" qui pâtissent de ces événements.

Insistant sur la nécessité pour les entreprises françaises de produire davantage dans l'Hexagone, le ministre de l' Industrie, Christian Estrosi a estimé Christian Estrosi, a estimé les perturbations dans le trafic aérien européen n'avaient pas provoqué à ce stade de "difficultés majeures" pour l' industrie française.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :