Report de la privatisation de quatre aéroports de province

 |   |  146  mots
Copyright Reuters
Le gouvernement, qui souhaitait privatiser quatre aéroports régionaux pour renflouer un peu les caisses de l'Etat, a dû abandonner le projet faute d'accord avec les collectivités impliquées, repoussant ce dossier délicat à l'après-présidentielle de 2012.

Le gouvernement va reporter sine die la privatisation de quatre grands aéroports régionaux en raison de l'hostilité des élus locaux et des collectivités territoriales à ce projet qui aurait pu rapporter quelque 500 millions d'euros à l'Etat.

L'Etat détient 60% du capital des aéroports de Lyon, Toulouse, Bordeaux et Montpellier. Les Chambres de commerce et d'industrie (CCI) en ont 25% et les 15% restants sont aux mains des collectivités territoriales.

Mais les collectivités se montraient réticentes à cette privatisation, souhaitant racheter elles-mêmes ces actifs stratégiques. Le gouvernement leur avait laissé jusqu'au 15 septembre pour se prononcer sur ce dossier.

Il semble que "les acteurs locaux veulent garder la main" sur les aéroports, a appris l'AFP auprès d'une source proche du gouvernement, confirmant ainsi une information parue mercredi matin dans Les Echos. "Donc l'ouverture du capital ne pourra pas intervenir dans l'immédiat".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :