Top départ pour la concurrence entre les trains

 |   |  506  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dimanche, Thello, la coentreprise de Veolia et de Trenitalia, lancera le premier train privé sur une ligne internationale au départ de France entre Paris et Venise. Mais il faudra attendre avant une vraie libéralisation.


Le 11 décembre restera marqué d'une pierre blanche pour le rail français. Ce même dimanche, trois grands événements vont impacter le transport ferroviaire. Le premier c'est la mise en service opérationnelle de la nouvelle ligne TGV Rhin-Rhône, 140 km de voies à grande vitesse qui relieront désormais Dijon à Mulhouse. Et permettront de rallier Strasbourg à Besançon en 1h39 au lieu de 2h27 jusqu'à présent. Le deuxième qui découle en partie du premier, c'est le grand bouleversement de 85 % des horaires des trains et parallèlement la montée en charge du cadencement, c'est-à-dire la fixation d'heures de départs des trains à horaires réguliers tout au long de la journée.

Le troisième revêt un aspect plus symbolique même s'il est très concret. Ce dimanche partira de Paris vers Venise pour la première fois dans l'histoire du transport de voyageurs international, un train qui sort de la sphère de la SNCF. La compagnie Thello, aux couleurs turquoise et rouge, née du mariage des sociétés Veolia Transdev et de l'opérateur historique italien, Trenitalia, inaugurera son premier Paris-Milan-Venise via Dijon. Une première qui concrétisera formellement l'ouverture du rail à la concurrence décrétée par Bruxelles dès 2001 et effective en France pour le fret international dès mars 2003, pour le fret national à partir de 2006 et pour les trains internationaux de voyageurs à compter de décembre 2010.

La libéralisation du rail européen a été initialement présentée comme un gage du développement des chemins de fer européens. En 1997, cinq années avant l'ouverture à la concurrence du fret, le ministre des Transports de l'époque, Jean-Claude Gayssot, prévoyait que la dérégulation entraînerait « un doublement du trafic fret ». Las, quelques années plus tard « c'est le contraire qui s'est produit », pointe le délégué général de la fédération des industries ferroviaires (FIF), Jean-Pierre Audoux. La part du rail dans le transport de marchandises qui était encore de 14 % en 2000 a chuté à moins de 10 % en 2010, déplore-t-il. Essentiellement au profit de la route.

Rentabilité en question

Du coup, alors que la dérégulation est désormais autorisée pour les trains de voyageurs internationaux et bientôt pour les trains de voyageurs nationaux (trajets intervilles, TER, trains de banlieues), beaucoup s'interrogent sur la rentabilité d'une telle activité.

« La rentabilité et la capacité de durer est la première question que se posent aujourd'hui les acteurs du rail », selon une étude sur le rail européen que vient de publier le cabinet Roland Berger. Cette question sera forcément étudiée par les autorités lorsqu'elles plancheront sur l'ouverture du marché intérieur français des grandes lignes.

Faut-il un libre accès à ce marché comme dans l'aérien ou bien un système de concessions attribuées (après appel d'offres) sur des parties du réseau? En espérant que les Assises du Ferroviaire apportent une réponse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2011 à 9:10 :
C'est une bonne nouvelle. Nous payons déjà des impôts pour un service que nous n'avons pas .... à l'heure. Il est difficile de continuer à payer toujours plus pour des retards et autres grèves à répétition. Cela montre encore une fois qu'avec des syndicats "amateurs" la SNCF s'est créée une mauvaise image auprès de ceux qui l'enrichissaient avant ...... les usagers (différents des "clients" du TGV).
Réponse de le 12/12/2011 à 9:52 :
Quand on voit la hausse des tarifs de "GDF version privatisée", on va voir le meme alignement par le haut des prix des billets de train
a écrit le 11/12/2011 à 20:45 :
c'est une tres bonne chose que la SNCF est de la concurrence, la situation actuelle en France au niveau du rail n'est pas bonne. Meme si critiquer, le Royaume uni possede des dizaines de compagnies privée, c'est moins chere (dans l'ensemble), le service est de meilleur qualité et desert tt les petites villes et il y a tres peu de retard comparé a la France. Donc pourquoi s'obstiner a garder se service public pourri?
a écrit le 11/12/2011 à 14:47 :
La concurrence va casser la coordination des transports entre les villes et dans la cohésion nationale entre les territoires. Le privé viendra seulement sur les lignes rentables qui sert a amortir les lignes les moins fréquentées. En somme ce sera moins de train au ptit matin et au soir, sans oublier une hausse du ticket de 25 pour cents. Et c'est dans les cartons!
Réponse de le 11/12/2011 à 15:38 :
@economiste des transports,
Je me moque de vos arguments !!!!
Tout ce que je voit c'est que les employés sncf ont profité et abusé du monopole pendant de longues années !
Vive la concurrence à la sncf !
a écrit le 10/12/2011 à 20:43 :
Enfin la concurrence entre train !
Cela promet des difficultés à la SNCF !
Que voilà une bonne nouvelle !
Réponse de le 11/12/2011 à 19:01 :
Des problèmes à la sncf certes, et des problèmes encore plus grand pour nous autres usagers...
a écrit le 10/12/2011 à 12:21 :
Mon cher Rony
Vous faites de la d?nformation et chacun sait que lorsqu'on s? des fonctionnaires et agents publics, on r?lte des imp?
a écrit le 10/12/2011 à 9:06 :
Révélateur de l'immobilisme mental français:
peur panique de l'ouverture à la concurrence et peur du changement avec cette énorme bulle des nouveaux horaires:
Inimaginable: on va changer les habitudes des français qui prennent le train, et on va attaquer ce merveilleux service public que le monde entier nous envie .
C'est presqu'un crime de lèse majesté !
Réponse de le 10/12/2011 à 20:46 :
C'est un crime de lèse majesté ! c'est pire que cela !!
Touché au sacro saint service public ! Mais malheureux, vous allez fiinir sur le bucher ! Repentez vous de votre hérésie et reconnaissez, le service public comme seul sauveur !! (Ironie évidemment)
a écrit le 10/12/2011 à 7:49 :
L'arrivée d'acteurs ferroviaires privées donnera enfin le choix à l'usager de choisir sa compagnie pour voyager.




Réponse de le 10/12/2011 à 20:46 :
+1
Réponse de le 12/12/2011 à 8:37 :
Comme si le privé allait s'intéresser aux lignes de province non rentables. Privé = philanthropie chez vous ? Le privé ira uniquement sur les grandes lignes et les prix s'aligneront par le haut (Penser privatisation de GDF par exemple ..)
a écrit le 10/12/2011 à 4:50 :
J espere que la concurrence mettra au chomage les gars de la SNCF qui nous ont fait tant soufert par leurs greves, la secu de leur enfant (jusqua 27 ans)leurs retraites ( a partir de 50ans) qui nous coutent si cher...
Réponse de le 10/12/2011 à 5:25 :
reflechissez a ce que vous dites ! heureusement la democratie reconnait le droit de greve .... contrairement a certains moutons de panurges ils ne se laissent pas faire cest tout !
et pour les retraites, les cheminots se la paient eux memes
Réponse de le 10/12/2011 à 7:40 :
Les actifs cheminots n'étant pas assez nombreux pour cotiser ce sont les salariés du privés qui " subventionnent " les retraites des cheminots.
Encore un sujet explosif sur la SNCF si tous les salariés du privés étaient au courant.
Réponse de le 10/12/2011 à 9:40 :
Arrêtez vos conneries! La retraite pour les agents du public est un salaire différé, c'est à dire qu'elle est incluse dans le calcul budgétaire de l'emploi. En d'autres termes, y cotisent les fonctionnaires et agents, le reste étant payé par les impôts quels qu'ils soient, comme un salaire !

Le mythe du privé payant le public est une escroquerie intellectuelle ; en fait, c'est plutôt dans l'autre sens que cela fonctionne car on prélève sur les traitement de la fonction publique une cotisation de solidarité chomage, que les fonctionnaires par chance ne toucheront jamais! Vous n'entendrez d'ailleurs pas un seul agent d l'Etat de se plaindre de cette cotisation de solidarité...

Quant aux greves, je suis d'accord avec zinzin. Il est plus que normal que les gens qui bossent défendent leur steak. Ceux qui n'ont pas voulu le faire pour des raisons diverses dont une bonne dose d'individualisme le payent maintenant. Tant pis pour eux, mais faut pas jalouser ceux qui agissent pendant que d'autres préfèrent lécher les bottes de leur boss!
Réponse de le 10/12/2011 à 11:36 :
Contre le droit de grève aux fonctionnaires.
Réponse de le 10/12/2011 à 12:19 :
Je vais vous donner un exemple aujourd hui si je me permet un seul jour non paye je me retrouve ds la merde.
La gr? est un droit en effet mais faire gr? tous les deux mois..... Et dans les compagnies de bus c est pareil ils savent tr?bien Qu ils auront pour la plupart du temps satisfaction car derri? ce sont les usagers qui vont se pleindre. Un exemple m? si maintenant c est priv??a poste un pr?is de gr? est d?s?yst?tiquement tous les samedis les employ?qui ne veulent pas aller bosser peuvent faire gr? et rester chez eux..... Et je suis bien content que la concurrence soie ouverte car on est en tortils savent nous coller des pv mais qd c est eux les excuses ne Pleuvent pas. Je connais une contr?se qui dit elle m? Qu il y a de l abus dans les gr?s incessantes.....
Réponse de le 11/12/2011 à 15:31 :
@Ronny 92,
Hélas vous faites ERREUR ! Les retraites des fonctionnaires en générale, sont des engagements financier de l'état non crédité !!
Il faudrat donc emprunter pour les financer, ou les réduire !!!!! (Cf la grece)
Réponse de le 12/12/2011 à 9:44 :
La SNCF vient se servir dans la caisse de la CPAM pour combler le déficit de sont budget de retraite et le gros des impôts sont payés par les salariés du privés.
Réponse de le 12/12/2011 à 19:01 :
@ gg

Le calcul du cout de l'emploi est budgété en fonction de l'espérance de vie des individus, et la pension est bien un salaire différé. Elle rentre en ligne de compte pour le calcul des coûts consolidés des emplois de la FP d'Etat ! Elle est bien sur budgétée tous les ans et figure dans les prévisionnels à plusieurs années avec en recettes en face les revenus de l'impôt.

Le salaire différé est l'explication du fait que les salaires (on devrait dire les traitements) des cadres A de la FP sont très inférieurs aux salaires équivalents du privé. C'est un "trade off" entre revenus modérés mais garantis y compris à la retraite, et revenus beaucoup plus élevés mais avec un risque non nul de chomage avant la retraite.

a écrit le 09/12/2011 à 22:04 :
vivement la concurrence pour les trains de banlieues meme si c est plus cher je prendrais la concurrence la sncf et la ratp se sont trop foutus de ses usagers pendant des annees avec leurs greves y en a tjrs une en novembre et en avril
Réponse de le 11/12/2011 à 15:31 :
+1
a écrit le 09/12/2011 à 15:52 :
Le transport par rail sur longue distance est intrinsèquement peu ou pas rentable, particulièrement si l'on accorde des avantages délirants aux cheminots, et si l'on paye le vrai coût de l'énergie (l'électricité en France est largement subventionnée de manière indirecte par report de charges sur le contribuable).

Actuellement, la moitié du chiffre d'affaires de la SNCF est constitué de subventions ou de transferts de coûts vers le contribuable (par ex au travers de RFF), ce qui signifie que le véritable prix des billets de train devrait être le double de ce qu'il est.

Pas étonnant dans ces conditions que les opérateurs privés ne se précipitent pas, surtout s'ils se retrouvent coincés avec des conventions collectives et des barrières diverses de tous les côtés. La baisse du fret, elle, ne fait que transcrire cette réalité : le fret ferroviaire n'étant pas rentable, sa libéralisation conduit à sa disparition, ce qui est une excellente chose, cela fait un trou noir destructeur de richesses en moins.
Réponse de le 09/12/2011 à 18:59 :
Pas délirant les avantages.
Ils ne sont pas remis en cause par les gouvernements,donc ils existent,et le personnel en profite,puisque c'est la loi.
Remettre en cause est un mal bien Français qui en l'absence de reflexion sensée perdure.Alors les écrits de protestation de M.Bruno!!!
Réponse de le 09/12/2011 à 20:34 :
Excellente nouvelle, l'entrée du privé sur le rail!!! De ce fait, petit a petit, les nantis actuels de la sncf seront en portion congrue au fur et a mesure de l'emprise du privé!!!
Réponse de le 10/12/2011 à 15:55 :
super le privé arrive ! les prix vont augmenter pour un service moindre !! génial !
Réponse de le 11/12/2011 à 15:33 :
@HHN,
Peut être que OUI ! Peut être que NON !
Mais j'en ai plus qu'assez des gréves pour un oui ou un NON !
Alors, a mon avis ces gens ont coupé la branche sur laquelle ils étaient assis !!!
Vive la concurrence à la SNCF !!
a écrit le 09/12/2011 à 10:52 :
Pour que cela marche, il faudrait peut être que les syndicats ne mettent pas des barrières et que l'accé soit plus facile.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :