Alexandre de Juniac ne fera pas comme Christian Blanc : pas de référendum à Air France

 |  | 196 mots
Lecture 1 min.
Copyright Reuters
Alors que l'Unsa demandait un référendum à l'ensemble du personnel au sol de la compagnie pour pouvoir voter ou pas le plan de redressement de la direction, le PDG d'Air France Alexandre de Juniac a refusé ce jeudi en Comité central d'entreprise.

L'Unsa a eu sa réponse. Le syndicat qui demandait au PDG d'Air France Alexandre de Juniac de lancer un référendum auprès de l'ensemble des personnels au sol de la compagnie pour pouvoir se positionner sur le plan de restructuration soumis au vote d'ici au 6 juillet (pour l'instant) devra prendre une décision sans cela. Aujourd'hui à l'occasion d'un Comité central d'entreprise (CCE), Alexandre de Juniac a exprimé son refus à un référendum, au motif qu'il avait commencé une négociation avec les syndicats et qu'il ne voulait pas les contourner. Il ne fera donc pas comme Christian Blanc (qu'il a d'ailleurs rencontré depuis son arrivée à la tête d'Air France en novembre dernier) qui en 1994, au moment où Air France était dans une situation encore plus catastrophique qu'aujourd'hui (elle était en faillite virtuelle), avait lancé un référendum pour contourner l'opposition des syndicats à son plan de redressement. Les syndicats vont consulter leurs membres.

Ce CCE a fait l'objet d'un vote sur le plan Transform 2015 d'Air France, censé redresser l'entreprise. Cela fait partie du processus. Sans surprise, aucun des syndicats n'a voté favorablement. Ils ont voté contre ou se sont abstenus.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/06/2012 à 19:47 :
Pourtant, l'asso des DRH trouve que l'idée de référendum est excellente pour la compétitivité, aussi bien que la suppression des fêtes religieuses !
Voir : http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20120628trib000706293/competitivite-les-drh-ont-des-idees.html#xtor=EPR-2-[Lactu+du+jour]-20120629
a écrit le 29/06/2012 à 7:58 :
Vous avez vu PSA à Aulnay? c'est juste à coté!
Il y un moment où, malheureusement, l'avenir d'une entreprise qui perd autant d'argent tous les jours, prime sur toutes les guerres syndicales qui n'ont à vrai dire plus aucun intérêt.
Le temps presse.
a écrit le 28/06/2012 à 23:56 :
et si on ne gardait que le personnel KLM, est-ce que le groupe AF-KLM deviendrait rentable ?...c'est peut-être là, la solution ..????
a écrit le 28/06/2012 à 22:08 :
une crise ? quelle crise ??? tout va très bien ...! augmentez nos salaires, ça relancera l'économie, et la compagnie AF ira mieux !!! ... c'est si beau, le pays des bisounours !!!
a écrit le 28/06/2012 à 20:54 :
onpourrait aussi vendre air france à Easyjet ou ryanair ??!! à force de trop tirer sur la corde ...
a écrit le 28/06/2012 à 19:15 :
d ailleurs il n y a aucune negociations avec les syndicats sols c est du "comme ca et pas autrement" apres facile de dire le plany a echoue a cause de l obstination des syndicats a qui l on impose les grandes lignes "a prendre ou a laisser"
alors que pour les pnc pnt cela demeure des negociations sur des incitations
la direction d af a une drole de notion de l équité mais qui ne me surprend pas de la part d un sarkozyste
a écrit le 28/06/2012 à 19:10 :
cest vrai que ce serait bete de faire un referendum sur un programme dont la population ne connait pas le contenu en leur posant juste sur la tète l épée de Damoclès "signe ou ce sera pire" pire que quoi ? au juste ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :