Qantas prévoit de supprimer un millier d'emplois

 |   |  361  mots
La compagnie australienne Qantas appelle le gouvernement australien à l'aide.
La compagnie australienne Qantas appelle le gouvernement australien à l'aide. (Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
La compagnie aérienne Qantas, confrontée à un coût élevé des carburants et une forte concurrence, a annoncé un plan de restructuration ce jeudi.

"Les défis auxquels nous faisons face sont immenses", a prévenu le PDG de Qantas, Alan Joyce. Le patron de la compagnie aérienne a annoncé ce jeudi qu'il comptait supprimer "au moins "1.000 emplois". 

Circonstances extraordinaires

Confronté à "des circonstances extraordinaires", notamment des  "coûts de carburant record", une devise élevée et la concurrence des transporteurs étrangers, le groupe australien a accumulé de lourdes pertes. 

La compagnie prévoit une perte avant impôts comprise entre 250 et 300 millions de dollars australiens (166 et 200 millions d'euros) au cours de la période allant de juillet à décembre 2013. Le taux de remplissage des avions passagers a en outre reculé en novembre.

"Le marché international australien est le plus difficile au monde", a ajouté le PDG de Qantas. Ses avions consomment en moyenne plus de carburant que d'autres grandes compagnies étrangères en raison de l'éloignement géographique de l'Australie des destinations les plus courues, telles que les Etats-Unis et l'Europe.

Réductions et gels de salaires

Le groupe a pris d'autres mesures pour tenter de faire face à ses difficultés.  Symboliquement, le salaire d'Alan Joyce sera baissé tout comme celui des membres du conseil de direction. Plus généralement, tous les salaires et bonus seront gelés. Les dépenses encourues avec les principaux fournisseurs seront révisées. 

Le patron de la compagnie a appelé le gouvernement australien au secours:

 "Les dirigeants politiques reconnaissent l'importance stratégique de Qantas, son rôle crucial pour fournir des services aériens essentiels et les bénéfices pour l'Australie d'avoir une compagnie nationale forte et viable. (...) L'action du gouvernement sera clé pour nous permettre d'être un concurrent efficace dans un environnement équilibré". 

Qantas réclame l'aide de Canberra

Concrètement, Alan Joyce réclame depuis plusieurs semaines que soit levée l'interdiction pour Qantas d'avoir son capital détenu à plus de 49% par des investisseurs étrangers.

Il a enfin pointé les distorsions impliquées par des concurrents comme Virgin Australia, contrôlée par Singapore Airlines, Air New Zealand et Etihad (basée à Abou Dhabi). Trois compagnies dont il a souligné qu'elles étaient soutenues par les gouvernements de leurs pays d'origine respectifs. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/12/2013 à 10:18 :
Pauvre Qantas !

Je ne pense pas que beaucoup de gens vont s'apitoyer sur le sort de cette compagnie aérienne, par contre pour le personnel licencié : oui.
Qantas n'est pas une bonne compagnie et se fait concurrencer par d'autres transporteurs.

Mourad GALOCHE
Réponse de le 06/12/2013 à 9:33 :
Et peut-on savoir sur quoi vous vous basez pour affirmer que "Qantas n'est pas une bonne compagnie"?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :