"SNCM n'est pas viable à cause des amendes de Bruxelles" (Frérot)

Le PDG de Veolia environnement, Antoine Frérot, a à nouveau défendu lundi la saisine du tribunal de Commerce pour la SNCM. Selon lui, c'est le seul moyen de protéger la société contre les amendes de Bruxelles. La direction désapprouve.
Antoine Frérot, le PDG de Veolia, craint que les amendes de 440 millions d'euros imposées par Bruxelles à la SNCM n'aient un caractère éxecutoire et ne coulent la compagnie. (Photo : Reuters)
Antoine Frérot, le PDG de Veolia, craint que les amendes de 440 millions d'euros imposées par Bruxelles à la SNCM n'aient un caractère éxecutoire et ne coulent la compagnie. (Photo : Reuters) (Crédits : AFP)

"Pour que la SNCM puisse vivre, il faut lui trouver un plan viable et pérenne. Aujourd'hui, l'entreprise n'est pas viable à cause des amendes de Bruxelles, de 440 millions d'euros, qui un jour ou l'autre seront exécutoires".

Pour Antoine Frérot, le PDG de Veolia environnement, le responsable des déboires de la SNCM, dont son groupe est le principal actionnaire, est tout trouvé : c'est Bruxelles. Et c'est pour protéger la compagnie maritime qu'il défend la saisine de la justice, selon ses propos au micro de BFM Business lundi matin.

Il s'est par ailleurs défendu de vouloir un dépôt de bilan pour la société. "D'ailleurs, (...) quand on va au tribunal de Commerce c'est pour éviter le dépôt de bilan, pour se mettre sous la protection du tribunal afin de trouver une solution et utiliser le temps nécessaire", a plaidé Antoine Frérot.

La direction en total désaccord

La simple évocation d'un recours au Tribunal de Commerce - une décision qui n'appartient pas à Antoine Frérot - avait suscité jeudi la critique de l'état-major de la compagnie maritime Corse-Continent, détenue à 66% par Transdev, la filiale commune de Veolia et de la Caisse des Dépôts.

L'Etat, malgré la pression de Bruxelles, "a en effet déclaré qu'il n'entendait pas notifier ces demandes de remboursement à la SNCM et qu'il recherchait d'autres solutions juridiques", avait fait valoir la direction.

"Il n'existe donc, à ce jour, aucune raison ni économique, ni juridique, qui pourrait contraindre la direction de l'entreprise - seule compétente - à solliciter la protection du tribunal de commerce de Marseille pour déposer le bilan ou mettre en oeuvre quelques procédures collectives que ce soit", selon la direction.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 10
à écrit le 07/03/2014 à 15:41
Signaler
Prendre exemple sur la "Corsica Ferries", là, ça tourne !ils en veulent les mecs

à écrit le 07/03/2014 à 11:00
Signaler
Trop parresseux, à la SNCM! un peu d'huile de coude!

à écrit le 04/03/2014 à 10:39
Signaler
Allons allons le Frérot, il faut bien le dire, le port de Marseille n'est pas viable à cause de la CGT qui vérole TOUT!

à écrit le 04/03/2014 à 9:59
Signaler
vite que sncm coule ,et aussi la sncf ,que l on passe au prive ,et qu on oublie la cgt qui coule la france ex le port de marseille ..ect...!

à écrit le 04/03/2014 à 6:47
Signaler
Outil,0 de Matrice des nouvelles Politique economique des nouveaux ensembles presidentiel du 21 eme Siecle modulabilite de politique pour les Entreprises a Bruxelle bien connu que les sanctions sont les resultats des comportements d'Entreprises en...

le 04/03/2014 à 10:27
Signaler
Et en décodé, ça veut dire quoi ? La ponctuation, vous connaissez ?

à écrit le 03/03/2014 à 22:37
Signaler
Monsieur Frérot essaye de masquer l’essentiel. Oui, le passage devant le tribunal de commerce aura pour résultat la liquidation de la SNCM. Pourtant, il essaye de présenter la chose de manière biaisée : Non l’obstacle ce n’est pas l’affaire des 4...

le 04/03/2014 à 11:59
Signaler
Il y a bien un recours dans les 2 affaires de remboursement d'aides publiques. Le 1er est un recours de Corsica Ferries contre la décision de Bruxelles d'autoriser une première aide, le 2ème un recours de la SNCM contre la décision de Bruxelles d'int...

à écrit le 03/03/2014 à 20:36
Signaler
Mais bien sur, méchante Bruxelles ... que cette société soit pillée par ses salariés ne semble pas émouvoir plus que ça ce brave monsieur ...

le 04/03/2014 à 15:02
Signaler
La SNCM n'est pas viable. Point !

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.