SNCF : un audit montre des anomalies de maintenance au nord de Paris

 |   |  424  mots
La SNCF, reconnaît que l'audit est mauvais, mais, selon Alain Krakovitch, directeur général sécurité et qualité de service ferroviaire à la SNCF, il y a eu une procédure de redressement, accompagnée d'un plan d'actions. (Photo : Reuters)
La SNCF, reconnaît que "l'audit est mauvais", mais, selon Alain Krakovitch, directeur général sécurité et qualité de service ferroviaire à la SNCF, "il y a eu une procédure de redressement, accompagnée d'un plan d'actions". (Photo : Reuters) (Crédits : reuters.com)
La SNCF confirme que cet audit est le plus mauvais de l'année 2012, elle souligne que "cela ne veut pas dire qu'il y a un problème de sécurité".

Un audit interne de la SNCF, réalisé fin 2012, montre des anomalies de maintenance sur le réseau francilien de la Gare du Nord, a-t-on appris vendredi de la compagnie ferroviaire, confirmant une information de Mediapart.

De nombreuses irrégularités constatées

Si la SNCF confirme que cet audit est le plus mauvais de l'année 2012, elle souligne que "cela ne veut pas dire qu'il y a un problème de sécurité".

"Défauts de surveillance des rails", "écarts dans l'application de la règlementation" ou "outillages non conformes": selon l'audit publié par Mediapart, de nombreuses anomalies ont été relevées dans les procédures de maintenance, la mise en place des chantiers, l'outillage et la sécurité du personnel.

"Le niveau de sécurité opérationnel de l'infrapôle de Paris-Nord est apprécié comme étant très éloigné de l'objectif", cite Mediapart. Le site détaille: "des tournées de conformité ne sont pas tracées voire pas réalisées", "faute de respect des procédures, des ouvriers risquent de se faire faucher par les trains" ou "faute d'inspections, l'état réel de plusieurs (ponts et tunnels) n'était pas connu".

Par ailleurs, précise le site, les erreurs constatées lors d'un précédent audit fin 2010 "n'étaient, deux ans plus tard, toujours pas corrigées".

La SNCF relativise

La SNCF, reconnaît que "l'audit est mauvais", mais, selon Alain Krakovitch, directeur général sécurité et qualité de service ferroviaire à la SNCF, "il y a eu une procédure de redressement, accompagnée d'un plan d'actions". Ainsi, un nouvel audit réalisé en octobre 2013 "montre que certains domaines étaient en progression, d'autres moins". "Nous sommes dans une démarche de progrès continu, donc les audits sont permanents", précise-t-il. Un audit est actuellement en cours.

"Les audits SNCF sont sévères et ne relèvent que les écarts, que les points négatifs. (...) Un écart dans une procédure n'engage pas la sécurité", assure Alain Krakovitch.

"Si on était face à des audits qui sans arrêt marquaient 'zéro défaut, tout va bien', on se poserait des questions. C'est normal qu'il y ait des écarts. L'important est qu'ils soient identifiés puis rectifiés."

Chacun des 103 établissements en charge de l'infrastructure fait l'objet d'un audit tous les deux ans. Après l'accident de Brétigny-sur-Orge en juillet 2013, le Bureau d'enquête sur les accidents de transport terrestre (BEA-TT) avait mis en cause les règles de maintenance de la SNCF.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/07/2014 à 12:12 :
toujours la rengaine du manque de moyens, d'effectifs, mais si on faisait un audit sur la performance, l'efficacité, les consigne set bilans, les horaires... on trouverait qu'il y a des axes de progrès immenses et que les fonctionnaires sont trés bien payés en comparaison des horaires, responsabilité, efficacité du privé et qu'ils sont trop nombreux, qu'on peut faire mieux avec moins de moyens - diagnostic qui vaut pour l'ensemble de la fonction publique ....mais silence, c'est l'électorat de la gauche....
a écrit le 15/07/2014 à 19:44 :
il est clair que si on faisait un audit sur l'efficacité, lé performance, les consignes et suivi, les vraies responsabilité...et qu'on applique le régime de travail normal, le management du privé...on trouverait que les fonctionnaires sont trop payés pour le peu qu'ils font et sont bien trop nombreux.. mais silence radio, c'est l'électorat de gauche, donc on parle du sexe des anges;..
a écrit le 15/07/2014 à 19:41 :
dans ce beau monde public à l'abris, on peut faire l'erreur dans la largeur des trains ce qui va occasionner 50 millions de travaux dansles gares sans être inquiété, responsable mais pas coupable comme disait un ministre en place....les mêmes qui enverraient n'importe quel patron derrière les barreaux pour infiniment moins ...le délire à la française, pas étonnant qu'on coule !
a écrit le 15/07/2014 à 17:58 :
marre de ces rapports complaisants, et étrange qu'aucun journal qui n'hésites pas à trainer chaque patron dans la boue sans qu'il y ait de preuve ne fasse jamais d'articles sur le laxisme au travail, l'effet dévastateur des syndicats...car si on applique les 40h, suppression des régimes spéciaux, qu'on instaure un minimum de mesures de performances et de travail sur l'efficacité avec primes au mérite, il est clair qu'on va baisser les effectifs et la masse salariale tout en améliorant les résultats !!! et à ceux qui sont sceptiques, comme disait coluche : rigoles pas c'est ton pognon !!!!
a écrit le 15/07/2014 à 17:54 :
au pays des employés au chaud et qui votent à gauche pour maintenir ce confort (35h, 22h..avantages sociaux inouis), il n'y a jamais de coupable, même pour celui qui s'est trompé de largeur de wagon et provoque pour 50 millions de travaux dans les gares...et ils nous sortent le ritournelle des problèmes de moyens avec leurs collègues syndicats, mais si on faisait un audit su l'efficacité, la performance...il y aurait de quoi dire et de quoi remettre le réseau à niveau à effectifs et moyens constants, voire moins... mais silence, pas de vagues, la hiérarchie énarque couvre et est complice, aux client et contribuables de financer leur absence de travail ...
a écrit le 13/07/2014 à 23:43 :
je suis surpris à chaque fois que problème il y à on pense toujours à l'argent...augmenter les fonds de la sncf et recruter le personnel...la même théorie est valable pour les autres établissements publics....et si chacun faisait simplement correctement son job ...
et avec les syndicats....pas de salut concernant les progrès à la SNCF
Réponse de le 15/07/2014 à 19:49 :
totalement d'accord, c'est la ritournelle du public, manque de moyens et d'effectifs, mais aucun management en place, aucune mesure d'efficacité et de performance...si on manage et qu'on gére comme dans le privé, il y aura de bien meilleurs résultats avec beaucoup de moyens en moins ... au bénéfice des clients et des contribuables ...encore faudrait il qu'il y ait un management et des gestionnaires ...comme dans tout le domaine public et politique ...
Réponse de le 16/07/2014 à 12:17 :
totalement d'accord, je refais mon message censuré (la vérité géne t elle ?) je connais quelqu'un qui est rentré à la sncf, c'est café et journal à 7h30, pause institutionnelle à 10h, 1h30 pour déjeuner, départ à 16h30 max (sinon les "heures sup" sont payées double) et le cadre a du mal à empécher que certains partent le vendredi am sans poser de congés....et il joue sur le fil du rasoir car il risque fort se faire désavoué par la hiérarchie (énarque qui donne raison à toute requette syncicale)....vraie grandeur, mais bien sûr pas assez de moyens ....il faut privatiser pour que ça coûte moins cher aux clients et contribuables qui payent 70% du billet !!!
a écrit le 13/07/2014 à 10:15 :
Voilà la cause principale des défauts de contrôle et de maintenance du réseau.
Il faudrait mettre plus d'argent, embaucher du personnel nouveau et améliorer les conditions de travail des agents.
Réponse de le 13/07/2014 à 17:33 :
Bien sûr il faut des départs à la retraite à 45 ans pour les agents de la Société des Nantis Contre-productifs Français...
a écrit le 13/07/2014 à 3:11 :
a quand la mise en examen du pdg pour mise en danger des voyageur des mort
Réponse de le 13/07/2014 à 10:18 :
Même si une mise en examen est ordonné, vous pouvez toujours rêver à une ferme condamnation... Intouchable.
a écrit le 12/07/2014 à 18:05 :
L'énergie bon marché est un handicap pour la SNCF; et cela ira en s'aggravant.
a écrit le 12/07/2014 à 13:14 :
Quelque soit votre destination, dites vous bien que ce sera la dernière fois.
Matériel roulant hors d'âge, grèves, vols à la tir (une belle gifle pour votre smartphone et hop vous donnez), réseau ferré délabré, mares d'urine...
Vous ne vomirez plus la SNCF par hasard.
a écrit le 12/07/2014 à 11:22 :
Tous ses signaux sont des précurseurs d’un immense tremblement de terre à venir, et ce n’est probablement pas une coïncidence que le gouvernement allemand a décidé de déposer 4 projets de loi pour fixer la date d’entrée en vigueur du nouveau mécanisme européen de bail-in (renflouement interne aux dépens des épargnants) à 2015, un an plus tôt que prévu à l’origine.
a écrit le 12/07/2014 à 7:38 :
Le déraillement partiel d'une locomotive — l'un des essieux a quitté la voie — a été provoqué vendredi 12 juillet par une pièce soulevée sur cette voie longue de deux kilomètres située au lieu-dit du Pradelet, à 30 km au nord de Limoges, sur la commune de Fromental.
Accident de Brétigny : le troublant constat d'un usager
Il n'a pas fait de blessés. Le déraillement s'est produit le même jour que l'accident de train qui a tué six personnes à Brétigny-sur-Orge. Selon l'Agence France presse (AFP), c'est une traverse qui a été sabotée alors que le quotidien local le Populaire du Centre met en cause une éclisse, la pièce de métal impliquée dans la catastrophe de Brétigny.
a écrit le 12/07/2014 à 7:33 :
Comment se fait-il que la justice ait choisi Robert Hazan pour expertiser les causes d’un problème ferroviaire puisque cela-ci n’est pas spécialisé dans le domaine, il est en fait expert automobile.
a écrit le 12/07/2014 à 7:26 :
Les médias nous l’ont répété à de nombreuses reprises, une éclisse qui sort ainsi de son emplacement, c’est une avarie qui ne s’est jamais produite auparavant, et qui ne pouvait se produire, un événement impossible, et pourtant, c’est arrivé. Question simple: combien de chance y-avait-il que deux éclisses sortent de leur emplacement le même jour dans le même pays alors que c’était considéré comme étant techniquement impossible?
a écrit le 12/07/2014 à 3:53 :
J'observe que le lobby des conducteurs de train (très privilégiés) a bien oeuvré pour se libérer de la sécurité des passagers au lieu de pratiquer la modération de la vitesse à l'état du rail...
a écrit le 12/07/2014 à 0:55 :
Je suis contrôleur de train.
Le réseau ferroviaire est dans un état bien pire que ce que vous pouvez vous imaginer dans vos plus sombres cauchemars.
Je sais de quoi je parle, je l'emprunte tout les jours.

Vous avez le choix : Vous bercez d'illusion avec la poudre aux yeux envoyer par Pepy et ses communiquant.
Lui qui essaye a tout prix de vendre sa réforme ferroviaire qui va anéantir le peu de sécurité qu'il reste mais remplir convenablement ses poches de sous.

L'autre choix, plutôt que de nous dénigrez et stigmatisez (usager, cheminot d'autres branches, média...) quand nous sommes en grèves...,
mobilisez vous et luttez pour exigez une autre politique du ferroviaire! Une politique ou la sécurité est la priorité!
Car cette adage était vrai il y a encore une vingtaine d'années, ce n'est plus le cas aujourd’hui.

L'argent l'argent, toujours l'argent...
Pourquoi croyez vous que l'état nous interdit de faire la grève du controle tout en faisant circuler normalement les trains ?
Pour nous contraindre a faire la grève des circulation... qui nous fait perdre de l'argent, et fait chier tout le monde... histoire de bien diviser tout le monde pour mieux régné.

Combien de fois ont a fait grève pour dénoncer et alerté l’opinion sur les conditions lamentables dans lesquels circulent les trains ou bien
pour exiger le retrait de certains matériel qui roulent parfois depuis 40 ans. Renseignez vous.

Je ne vous dis pas ça pour vous faire peur, mais c'est la triste réalité. Même les cheminots roulants ne sont pas tranquille lorsqu'ils sont dans les trains car ils savent que ça peut partir en sucettes à tout moment.
Les instances dirigeante ont fait le choix de privilégié la rentabilité au détriment de la sécurité.

Ca fait plusieurs années que les haut dirigeants sont régulièrement alertés mais ne bouge pas. Sans les usagers, ont pourra pas faire changer les choses dans ce domaines et les catastrophes vont se multiplier.
Réponse de le 12/07/2014 à 4:33 :
il suffirait en effet de reculer l'âge de la retraite comme pour le privé, cela dégagerait des moyens nécessaires
Réponse de le 12/07/2014 à 4:41 :
Vous voyez les dangers, vous êtes membre du personnel SNCF, vous ne faites rien ... vous êtes donc responsable des futurs accidents, décès, blessés, ...
Ne rien faire est criminel!
Réponse de le 12/07/2014 à 9:05 :
Avec tout le respect que j'ai pour les cheminots (sérieux) et vous semblez en faire partie des quelques sérieux qu'il reste je pense que vous vous trompez de combat, ca fait N année que tous les secteurs publics ou assimilés demandent des moyens et des effectifs etc et que la qualité ne cesse de baisser. J'ai côtoyé plusieurs cheminots et ai eu l'occasion de monter dans les locomotives, et je pense que vous êtes gangrénés par cette espèces d’endoctrinement de lutte des classes grotesques qui consiste a se focaliser sur tout sauf sur du travail bien exécuté. Lorsque j'ai visité les ateliers de maintenance de Helemmes (Lille) j'ai eu le droit a la messe sur les grand patrons la lutte des classes etc et les classiques pleurnicheries sur les moyens alors que j'etais dans des ateliers immenses avec profusion de matériel et les mecs sans douter me disent "tu vois pas les moyens qu'on a" alors que je revenais de me boite dans laquelle il n'y avait qu'un seul jeu de clef allen dans l'atelier et ou par manque de place il fallait escalader les palettes… (mais on se demerdait pour livrer en temps et en heure de bon produits !) depuis j'ai changé de job et bosse désormais dans l'industrie auto et dans mon service nous avons un syndiqué qui bâcle absolument tout, on ne peut rien lui demander car on perd trop de temps a verifier son travail il faut mieux le faire à sa place et si on a le malheur d'exiger de lui qu'il revoie sa copie et fasse bon du premier coup c'est tout de suite "moi je me soumet pas au capital" le seul truc qui l’interresse c’est buller au CE, donc voila ce qu'il vous arrive vous êtes un noyau de gens comme ca qui se défient de leur responsabilité et se considèrent comme responsables de rien, au final on comprends bien ce qu'il s'est passé à bretigny, et pour couronner le tout une video est sortie y'a pas longtemps qui confirme ce que tout le monde s'imaginait a savoir que le sérieux a quitté l'entreprise depuis longtemps quand on voit des types se prendre une cuite dans le poste d'aiguillage de St Lazarre, un truc équivalent dans le privé, vous êtes viré la minute qui suit, mais vous on peut rien vous dire vous êtes invirables, et des qu'un drame arrive c'est toujours les mêmes pleurnicheries sur les moyens et vos avantages déjà exorbitants.
Réponse de le 12/07/2014 à 12:57 :
Délégué du personnel CGT ou Sud-rail?
Réponse de le 12/07/2014 à 15:48 :
Premiere erreur cher amis mais nous ne sommes pas des usagers mais des clients. Le rail est dans le meme etat de delabrement qu etaient les pays de l est au temps du communisme. A memes causes meme consequences. Si les employes de la SNCF bossaient plus et mieux on n en serait pas la. J en connais quelques uns dans mon entourage familial ce sont des boulets dont jamais une entreprise prive ne voudrait. Meme passer un repas de famille avec eux ca vous gache la journee entiere tellement leur esprit archaique est reste fige dans les annees 50. Si le pix des billets ne permet pas d entretenir le rail c est que ce moyen de transport doit etre remplace car il n est pas rentable.
Réponse de le 13/07/2014 à 13:07 :
Je pense qu'il faudrait donner des cours d'orthographe aux contrôleurs de train...
a écrit le 11/07/2014 à 23:13 :
le syndicalisme du service public à la française ! SNCF ça sonne comme SNCM ...
a écrit le 11/07/2014 à 19:45 :
cette entreprise est propriété de la CGT et SUD aux frais du contribuable
a écrit le 11/07/2014 à 18:43 :
Lorsqu'on est plus souvent en grève qu'autre chose, difficile de faire du bon boulot. Il faudrait engager personnellement chaque ouvrier dans la tâche qu'il accompli, en cas de problème il est responsable de cette erreur.
Réponse de le 11/07/2014 à 19:08 :
C'est déjà ce qui est pratiqué. En revanche c'est juste long a déterminer que les patrons sont bien au courant mais décide de ne pas faire les réparations.
Réponse de le 11/07/2014 à 19:36 :
ça, c'est une bonne blague : les patrons sont au courant mais ne veulent pas faire les reparations ???? puisque chaque ouvrier ne sait même pas quel l'état du pont ou du tunnel, je ne vois pas comment il aurait pu en parler aux patron !!!!
Réponse de le 11/07/2014 à 22:32 :
il y a toujours eu des audits cela permet de faire le point sur la maintenance et d'effectuer par la suite les travaux nécessaire .
Réponse de le 11/07/2014 à 23:19 :
@Harry, elle est nulle ta remarque, si tu t'étais renseigné, les 17% de grévistes dans l'entreprise sont concentrés chez les mécanos et personnel de bord. Qu'elle rapport avec l'INFRA? Où sont les limites de tes préjugés?
Réponse de le 12/07/2014 à 4:39 :
Ce n'est pas le patron qui est responsable, c'est celui qui voit l'anomalie qui doit tout faire pour la réparer. C'est donc la base (gréviste) qui est respirée sable de notre sécurité.
Pour Ragnor, une entreprise qui fait grève, c'est 100% du personnel qui approuve sinon il n'y aurai pas de grève... Ou est la limite de votre absurdité pour défendre vos coûteux acquis?
Réponse de le 12/07/2014 à 8:11 :
On parle toujours des soi disant privilégiés de la sncf. Mais nos parlementaires n'ont ils pas un vrai régime spécial? Vous savez ceux que vous avez élus et qui vtent les lois pour anéantir les services publics pour se remplir les poches.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :