Skymark s'envole en Bourse après des rumeurs de rapprochement avec AirAsia

 |   |  493  mots
Les plans de développement de lignes internationales de Skymark sont rendus caducs à cause de la résiliation d'un contrat avec Airbus qui  réclame 525 millions d'euros de pénalités contre la compagnie aérienne japonaise.
Les plans de développement de lignes internationales de Skymark sont rendus caducs à cause de la résiliation d'un contrat avec Airbus qui réclame 525 millions d'euros de pénalités contre la compagnie aérienne japonaise. (Crédits : Reuters)
La petite compagnie aérienne japonaise connaît des difficultés financières, notamment en raison de dissensions avec Airbus. Elle pourrait être aidée par la compagnie malaisienne AirAsia qui a des vues sur le marché japonais, selon la presse nipponne.

Le malheur de Skymark pourrait bien faire le bonheur d'AirAsia. Cette dernière cherche à se faire une place au Japon, et semble prête à prête à voler au secours de la compagnie aérienne japonaise Skymark qui connaît des difficultés financières, a affirmé mardi en une le quotidien Nikkei, se fondant sur des sources proches du dossier.

La compagnie malaisienne AirAsia a démenti ce qu'elle qualifie de "spéculations". Skymark a assuré dans un bref communiqué ne pas avoir connaissance des intentions d'AirAsia et n'avoir reçu aucune proposition de soutien.

L'action de Skymark a perdu plus de 40% en quelques jours

Dans les derniers échanges de la Bourse de Tokyo, l'action Skymark bondissait de 28% lundi. Elle avait perdu plus de 40% depuis fin juillet après la révélation d'un conflit avec Airbus au sujet d'une commande de six A380.

La compagnie n'a pas honoré un paiement dû en avril lié à cette acquisition de très gros porteurs, ce qui a conduit l'avionneur européen à résilier le contrat et à fermer la porte à toute négociation. Aucun des six appareils ne sera livré, même si deux d'entre eux sont déjà en partie fabriqués.

Lire >> Airbus renonce à une commande de six A380 par la compagnie Skymark

Les plans de développement de lignes internationales de Skymark sont ainsi rendus caducs. la compagnie japonaise va en outre abandonner plusieurs routes intérieures, dont celles au départ de Tokyo-Narita.

Airbus réclamerait 525 millions d'euros à Skymark

Pour sauver les projets d'extension et honorer la commande, Airbus suggérait à Skymark de "passer sous la coupe d'un groupe offrant des garanties financières". La proposition a été immédiatement rejetée par le patron, Shinichi Nishikubo, au risque de mettre en danger sa compagnie dont il contrôle 30% du capital.

Selon le Nikkei, AirAsia aurait aussi entrepris des démarches auprès d'Airbus pour alléger la demande de dédommagements exigés auprès de son client japonais. Airbus réclamerait rien moins que 525 millions d'euros de pénalités, l'équivalent de quelque 70% du chiffre d'affaires de Skymark prévu pour cette année.

Air Asia aurait des vues sur l'aéroport de Tokyo-Haneda

AirAsia, gros acheteur d'Airbus, nourrit de grandes ambitions au Japon. En entrant (via une offre publique d'achat ou un autre mode) au tour de table de Skymark, le groupe spécialiste des vols à bas prix viserait les très convoités créneaux de la compagnie nippone à l'aéroport de Tokyo-Haneda, près de la capitale.

AirAsia a décidé il y a peu de créer une nouvelle compagnie filiale au Japon associant plusieurs partenaires inédits, dont le géant du commerce en ligne Rakuten, en lieu et place du transporteur nippon ANA avec lequel le mariage avait tourné court. Les deux ne sont pas parvenus à s'entendre sur la stratégie de gestion et ont divorcé d'un commun accord l'an passé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2014 à 5:28 :
Mais oui ... Je te jure, ces industriels qui refusent de vendre des a380 sous prétexte que leur client ne peut pas payer ... Ils auraient du t'ecouter, toi qui maitrise le dossier de la vente d'un avion à une compagnie aérienne,cet qui en a vendu tant !
a écrit le 19/08/2014 à 20:11 :
Skymark ... ce ne sont pas ceux à qui Airbus a refusé de vendre des appareils? Comme quoi, encore une légère erreur de la part de l'avionneur ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :